La sonde spatiale Hayabusa-2 est parvenue à créer un cratère artificiel sur l’astéroïde Ryugu

Espace

Par Remi Lou le

Mission réussie pour la sonde japonaise Hayabusa-2, qui est parvenue cette nuit à former un cratère artificiel sur l’astéroïde Ryugu.

Après avoir récupéré des échantillons sur la surface de Ryugu en février dernier, la sonde japonaise Hayabusa-2 est parvenue à créer un cratère artificiel sur la surface de l’astéroïde. Le but de la manoeuvre est de récupérer des échantillons qui n’ont jamais été altérés par le vent solaire ou les rayonnements ultraviolets, à l’intérieur même du cratère.

Une mission délicate

Former un cratère sur la surface d’un astéroïde peut sembler relativement simple. La manœuvre est pourtant très complexe. Pour créer ce cratère artificiel, la sonde Hayabusa-2 a dû envoyer une « petite boîte » avant de s’écarter afin de libérer une caméra qui était destinée à filmer le tir, et ainsi avoir confirmation de la réussite de la mission.

Aux alentours de 4h du matin le 5 avril (heure française), la boîte a tout simplement explosé, ce qui a permis de libérer « un projectile de 2 kg qui a tapé à 7 200 km/h la surface de Ryugu », explique Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur, et membre de l’équipe de la mission japonaise.

Ensuite, il a fallu récupérer les images de la caméra, qui ont montré que « l’impact s’est bien produit en montrant un jet de matière sortant de la surface de l’astéroïde. » L’équipe précise qu’il faudra maintenant attendre deux semaines avant que la sonde ne revienne sur le site afin de récupérer les échantillons dans le cratère ainsi formé.

La sonde devrait revenir sur Terre et prendre sa retraite fin 2020, rapportant avec elle les précieux échantillons récoltés sur l’astéroïde Ryugu.