Le Game Boy a 30 ans, retour sur le succès d’une console culte

Sortie le 21 avril 1989, la console portable mythique de Nintendo a fêté ses 30 ans dimanche. Une bonne excuse pour revenir sur le succès de la machine.

Crédits – parptra via Pixabay CC

Le Game Boy de Nintendo (à genrer au masculin, même si les deux appellations sont validées par Nintendo France) est sorti en 1989, et reste depuis la console portable la plus emblématique de l’histoire. Avec son design massif et son petit écran en noir et blanc, la console n’a quasiment pas changé d’apparence pendant ses 12 ans d’existence (jusqu’en 2001 avec le lancement du Game Boy Advance), et aura accumulé au cours de sa vie, près de 200 millions d’exemplaires vendus. Remplacée en 2004 par la Nintendo DS, la première console portable aura accueilli près de 2 000 jeux dans son catalogue.

5 jeux qui ont marqué l’histoire du Game Boy

Tetris – Sorti en 1989, le jeu avait le don de nous rendre fous, mais surtout de nous implanter durablement dans le crâne son entêtante musique qui nous suit depuis 30 ans. Avec plus de 35 millions de cartouches vendues dans le monde, Tetris reste encore aujourd’hui le plus gros succès du Game Boy.

Pokemon bleu, rouge et jaune – Licence culte parmi les cultes, Pokemon a permis en 1995 de relancer les ventes du Game Boy en France. Présents sur chaque génération de consoles fabriquée par Nintendo, les jeux n’ont pas faibli depuis, et se sont imposés comme l’une des saga les plus célèbres du jeu vidéo.

The Legend of Zelda, Link’s Awakening – Sortie en 1993, les premières aventures de Link sur Game Boy étaient une vraie réussite graphique pour l’époque. La durée de vie du jeu, son histoire, sa musique et ses personnages ont fini de classer le titre parmi les plus emblématiques de l’époque.

Super Mario Land – Premier jeu de la série éponyme, Super Mario Land est un jeu de plateforme sorti en 1990 en Europe, et c’est aussi le tout premier jeu Mario sorti sur console portable.

Donkey Kong 94 – Comme son nom ne l’indique pas, Donkey Kong 94 ne met pas en scène le célèbre primate de Nintendo, mais bien Mario, qui doit sauver sa belle Pauline des pattes du singe géant. Un bel hommage au jeu d’arcade de 1982 Donkey Kong, ou les joueurs découvrent pour la première fois un petit plombier du nom de Jumpman.

En noir et blanc, sur un écran non rétroéclairé, on se souvient avec nostalgie de ces récréations passées à (essayer de) jouer à Tetris malgré le soleil. Des échanges par câble dans Pokemon rouge et bleu, et des petits malins qui pensaient que débrancher ledit câble au bon moment pouvait dupliquer à l’infini un Pikachu. Vendu 590 francs à l’époque (l’équivalent de 90 €), la console portable restait un passe-temps onéreux, obligeant son possesseur à la partager à contre-cœur avec ses frères et sœurs ou ses amis.

Ce week-end le Game Boy a eu 30 ans. Un sacré coup de vieux pour tous les jeunes qui ont connu leurs débuts sur un des titres cultes de la console.