Plus de Poker, de sang ni de cadavres… la Chine met en place son nouveau système d’approbation des jeux vidéos

Jeux-Video

Par Remi Lou le

La Chine met en place ses nouveaux critères d’approbation des jeux vidéo. Ils entrent en vigueur le 22 avril 2019 et les jeux à venir devront s’y conformer dès la semaine prochaine.

Dans l’Empire du Milieu, chaque jeu doit d’abord passer par l’accord du Ministère de la Culture ainsi que l’Administration d’État de la Radio et de la Télévision afin d’être validé pour être proposé aux joueurs. Hélas, ce système d’approbation des jeux a été bloqué pendant de longs mois l’an dernier, provoquant le ralentissement significatif de la croissance du secteur en 2018, quand Tencent, plus gros éditeur local, avait perdu près du tiers de sa valeur.

Fin 2018, la Chine annonçait relancer son processus de validation des jeux vidéo. Si les nouveaux titres sont bien parus dans le pays, le gouvernement chinois avait également annoncé vouloir introduire de nouvelles conditions dans son processus de validation des jeux. Ces nouvelles règles sont désormais en vigueur depuis le 22 avril.

Toujours plus de contrôle 

La Chine, officiellement préoccupée par les soucis d’addiction des joueurs mais officieusement obnubilée par le contrôle de la population et la censure des médias, vient de mettre en place de nouvelles conditions dans le processus de validation des jeux vidéo.

Ainsi, certains jeux sont dorénavant interdits dans l’Empire du milieu, comme ceux mettant en scène du contenu obscène, les jeux de poker, ou encore le Mah-jong, un jeu de société local.

Les éditeurs devront également respecter scrupuleusement les valeurs chinoises dans leurs jeux, en évitant de travestir l’Histoire ou la politique, mais également faire attention au choix des mots dans les dialogues et ne pas afficher de sang. Par ailleurs, on notera que le nombre de jeux approuvés par an va être réduit à moins de 5 000, d’après Niko Partners.

En ce qui concerne l’addiction aux jeux vidéo chez les plus jeunes dont la Chine se targue d’être le fervent détracteur, des systèmes anti-dépendance vont être mis en place sur les mobiles pour les mineurs.

Source: Gizmodo