La NASA découvre de l’eau et des molécules organiques sur Ultima Thulé

Espace

Par Amandine Jonniaux le

De l’eau et des molécules organiques auraient été découvertes à la surface d’Ultima Thulé, un corps céleste situé à plus de quatre milliards de kilomètres de notre planète.

Crédits NASA

Découvert en 2014 sur la ceinture de Kuiper, Ultima Thulé (ou 2014MU69 pour les puristes) est l’astéroïde le plus lointain jamais étudié par une sonde spatiale. Après avoir fait l’objet de plusieurs études scientifiques, le corps céleste d’une trentaine de kilomètres de long fait aujourd’hui parler de lui pour une raison bien précise. En effet, la NASA aurait découvert à sa surface non seulement de l’eau, mais aussi du méthanol et des “molécules organiques”, comme l’agence scientifique le décrit dans une récente revue publiée dans le magazine Science. Une récolte “très différente de celles relevées sur la plupart des objets glacés grâce à des engins spatiaux”, et qui pourrait nous en apprendre plus sur l’histoire de notre système solaire.

Nous sommes actuellement en train d’étudier ces vestiges bien conservés. Il ne fait aucun doute que les découvertes faites sur Ultima Thulé vont faire progresser les théories sur la formation de notre propre système solaire” – Alan Stern, Southwest Research Institute

Situé à près de quatre milliards de kilomètres de la Terre, bien au-delà de l’orbite de Neptune, Ultima Thulé est encore aujourd’hui considéré par la communauté scientifique comme le résultat de la fusion entre deux corps célestes. Une sorte de fossile spatial hybride, formé il y a près de 4,6 milliards d’années, et qui n’avait, jusqu’à présent, jamais été aperçu. Son étude par le satellite New Horizon depuis l’année 2015, est prévue jusqu’à l’été 2020. Un délai qui pourrait laisser le temps aux scientifiques de la NASA d’en apprendre un peu plus sur les matières organiques qui recouvrent Ultima Thulé, et qui pourraient en partie être responsables de sa couleur rouge vif.

Source: Fox News