Huawei : Donald Trump pourrait l’intégrer à un accord commercial avec la Chine

Business

Par Remi Lou le

La guerre fait rage entre Huawei et les États-Unis, mais elle pourrait être de courte durée. Pour la première fois depuis lundi et la décision de Washington d’interdire aux entreprises américaines de collaborer avec Huawei, le Président américain évoque le sort du géant chinois.

Le géant chinois est pris dans un véritable tourbillon depuis lundi, alors que la firme a été placé sur une liste d’entreprises jugées « dangereuses » par Washington. Depuis, des entreprises comme Google, Intel, Microsoft, Qualcomm ou encore ARM ont dû cesser leurs activités avec la firme chinoise, provoquant de facto un raz-de-marée dans le petit monde de la tech.

Alors que la situation de Huawei semble empirer de jour en jour, la dernière déclaration de Trump entrouvre la porte à une résolution du conflit. Pour la première fois, le Président des États-Unis s’est exprimé sur le sort de Huawei. Donald Trump a laissé entendre que le cas du géant chinois serait sujet à discussion lors des négociations commerciales avec Pékin.

« Huawei est quelque chose de très dangereux. Quand vous regardez ce qu’ils ont fait d’un point de vue de la sécurité, d’un point de vue militaire. Très dangereux. Mais il est possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial. Si on a un accord je vois bien Huawei inclus d’une manière ou d’une autre » a indiqué Donald Trump.

Pour information, le Président américain devrait rencontrer le Président Chinois Xi Jinpin au G20 les 28 et 29 juin prochains au Japon.

Huawei va-t-il récupérer Android ?

Huawei pourrait-il alors récupérer sa licence Android auprès de Google ? La situation reste incertaine. Une chose est sûre, si la firme chinoise met en avant son projet d’OS mobile maison, la tâche semble trop vaste et complexe pour que les affaires de Huawei ne soient pas durement touchées dans l’intervalle si les restrictions sont maintenues. D’autant que dans ce cas de figure, Google serait loin d’être le seul partenaire qui serait amené à prendre ses distances avec Huawei. Intel, Qualcomm, pour ne citer qu’eux, lui ont également emboîté le pas. Et les derniers éléments dévoilés hier suggèrent qu’ARM cessera également de collaborer avec Huawei si les Etats-Unis ne reviennent pas sur leur décision ce qui porte un coup très sévère au géant chinois puisque celui-ci s’appuie sur l’architecture ARM pour élaborer ses processeurs « maison » Kirin.