Une énorme masse métallique repérée dans le sous-sol de la Lune

Espace

Par Antoine le

Une masse métallique a été trouvée sous le plus grand cratère de la Lune. Il pourrait s’agir de résidus d’astéroïde, ou d’oxydes issus de la cristallisation d’un océan de magma.

© Baylor University – NASA

Le bassin d’Aitken le plus grand cratère de la Lune, est l’un des plus grands observables directement depuis la Terre. Avec ses 2000 km de longueur, il mesure environ cinq fois la taille de la Grande Île d’Hawaïi. Aujourd’hui, des chercheurs de l’université de Baylor, aux États-Unis, lui ont trouvé une nouvelle particularité : il cache sous sa surface une énorme quantité de métal, qui s’étend jusqu’au pôle Sud de notre satellite.

Deux hypothèses sont avancées pour en expliquer l’origine. La première stipule qu’il s’agirait soit de résidus fondus d’un ou deux astéroïdes à l’origine de la formation du bassin d’Aitken. Ils auraient ensuite été recouverts par d’autres matériaux, laissant une grande nappe métallique en suspension, toujours présente à l’heure actuelle dans le manteau lunaire. La seconde explication suppose que cette masse pourrait être issue du refroidissement d’un océan de magma, présent lors des tous premiers instants de la Lune.

Le sous-sol lunaire, encore largement inexploré

Relevés gravimétriques de la Lune © Baylor University

Cette masse a été découverte à l’aide d’étude gravimétriques, issues des relevés de la mission Gravity Recovery Interior Laboratory. Ces études se basent sur des subtiles différences dans les mesures de gravité, qui permettent d’extrapoler sur le contenu du sous-sol.

Pour rappel, la Lune est elle-même issue de la collision de la Terre avec un autre corps céleste d’une taille comparable à celle de Mars, quelques millions d’années après sa formation. Devant la force de l’impact, la Terre aurait cédé, expulsant un morceau qui deviendra plus tard la Lune. Contrairement à sa grande soeur, la Lune ne possède pas d’atmosphère, elle est donc exposée à un bombardement d’astéroïdes permanent. Il y a fort à parier que d’autres découvertes dans ce genre puissent survenir, au fur-et-à-mesure que son sous-sol sera exploré de façon plus exhaustive.