IBM fait débattre son IA… Sur la légalisation du cannabis

Il y a des débats qui n’en finissent pas. Ça tombe bien, IBM en a choisi un bien connu pour entraîner son intelligence artificielle à construire une argumentation.

La légalisation du cannabis est un vieux débat, particulièrement entretenu dans l’Hexagone. Notre pays est en effet le plus gros consommateur d’Europe malgré une des législations les plus strictes en la matière. Ce débat sans fin a d’ailleurs été utilisé par IBM pour entraîner Project Debater, une intelligence artificielle développée par le laboratoire israélien de la firme américain.

Bien qu’elle soit parfaitement capable de débattre avec un humain, elle a cette fois-ci effectué l’exercice avec elle-même. Cette dernière a ainsi pu analyser 1037 arguments donnés par différents participants présents à une conférence sur le sujet, qui s’est déroulée à Tel-Aviv. Parmi cette manne de propositions, 637 était en faveur d’une légalisation tandis que 388 la refusaient. Chaque argument ne devait pas dépasser 36 mots au maximum.

Il n’a pas fallu bien longtemps pour que les arguments les plus connus refassent surface. Un des plus connus concerne le fait que d’autres drogues comme la nicotine ou l’alcool sont en vente libre.

« Il est illégitime de la part des gouvernements de limiter les choix de consommation des personnes en se fondant sur le mal que peut leur provoquer la substance, en particulier dans la mesure où l’alcool et la nicotine sont actuellement légaux. »

Un autre a par ailleurs évoqué la manne financière que représenterait un contrôle de la vente.

« La Légalisation du cannabis pourrait créer des entreprises que le gouvernement pourrait taxer. »

Les arguments en défaveur de la légalisation étaient également attendus. La machine a ainsi rappelé que la consommation de cannabis pouvait « nuire à la mémoire et faire un pont vers d’autres drogues».

Si elle rapporte certainement de l’argent, elle a aussi « un coût important en termes de santé publique », notamment « pour traiter la toxicomanie et les psychoses ».

Bloomberg précise néanmoins que Project Debater a fait une erreur en interprétant mal l’argument « la légalisation va tuer le marché noir » comme une mauvaise chose, à cause l’emploi des termes « tuer » et « marché noir ». Comme quoi, parfois, ça ne se joue pas à grand-chose.