Paris veut ses taxis volants pour les JO 2024 !

Urban Mobility

Par le

La RATP, Airbus et les Aéroports de Paris (ADP) ont présenté un projet de taxis volants qui devrait desservir Paris et l’Ile de France. Pas pour le siècle prochain, mais à l’horizon 2024 !

© Aéroports de Paris

Du 17 au 23 juin, l’aéroport du Bourget accueille le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE). A cette occasion, la RATP, ADP et Airbus se sont associés autour d’un projet retentissant : d’après les informations du Parisien, les trois groupes prévoient une flotte de taxis volants pour Paris et l’Île-de–France !

Les premières expérimentations en conditions réelles devraient arriver d’ici cinq ans. L’objectif étant de les rendre utilisables pour les Jeux Olympiques 2024, organisés par la capitale française. Avec un double objectif qui bénéficierait autant à la ville de Paris qu’aux entreprises concernées.

La compétition est une formidable tribune pour l’innovation technologique, et une occasion de briller aux yeux du monde. Un échange de bons procédés dans lequel tous les acteurs devraient se retrouver. Il ne fait aucun doute que déplacer des touristes en taxi volant serait un coup de communication retentissant pour les entreprises concernées et la ville. Tous semblent en tout cas convaincus de la faisabilité du projet, comme l’explique Guillaume Faury, le grand patron d’Airbus :

C’est un sujet dont on parle depuis 100 ans, mais désormais, la technologie est mature. Ce sera d’abord un moyen de transport très sélectif, comme l’aérien à ses débuts, mais qui pourra se démocratiser avec la baisse des coûts de production et l’absence progressive de pilotes

En somme, l’obstacle n’est même plus la technologie, mais l’adaptation à un environnement urbain et la mise en place d’une réglementation. Mais ces taxis volants ne sont pas qu’une affaire de buzz; la problématique des transports est absolument central à Paris, où le réseau frise l’asphyxie tant il est congestionné. Le Parisien évoque ainsi « 10 à 15 minutes pour couvrir 30 kilomètres », pour un prix envisagé d’environ 20 euros par trajet. A titre de comparaison, rallier le centre de Paris depuis l’aéroport d’Orly revient à environ 60€ en Uber ! Un prix pas si exorbitant en somme, à condition qu’il soit confirmé. Ouvrir la troisième dimension aux transports de tous les jours serait un progrès logistique considérable, à condition que tout fonctionne correctement bien sûr…

Les Jeux Olympiques, une vitrine qui va bien au-delà du sport

Tous les quatre ans, les Jeux Olympiques représentent la grand-messe du sport à l’échelle mondiale. La plus prestigieuse des compétitions sportives est une formidable occasion pour les athlètes du monde entier de briller devant des dizaines de millions de téléspectateurs. Mais les enjeux sont bien plus importants que la seule composante sportive. Accueillir les JO, c’est l’assurance pour un pays d’être au centre de l’attention médiatique pendant environ deux semaines. Une occasion sans équivalent de se montrer sous son meilleur jour et de faire la promotion du pays tout en affichant fièrement ses infrastructures rutilantes, souvent construites pour l’occasion. Forcément, c’est la débauche d’efforts du côté du pays hôte pour réussir son opération séduction. Le Japon, organisateur de l’édition 2020, fait la promotion en grande pompe de ses propres projets depuis quelques mois déjà.

Pour la ville de Paris, l’idée a également de quoi faire saliver. “Première ville à proposer des taxis volants”, c’est une étiquette très alléchante et on imagine que coup de publicité serait magistral. Il s’agirait d’une extraordinaire vitrine pour l’industrie aéronautique, et plus largement l’ingénierie et l’innovation à la française. Il y a fort à parier qu’à moyen terme, les retombées économiques puissent être réelles et que le projet de taxis volants puisse bénéficier de l’aura des jeux, autant que l’inverse.

Les Jeux Olympiques sont donc l’occasion parfaite pour Paris et les trois entreprises concernées de frapper un très grand coup. Reste à tenir des délais qui s’annoncent excessivement serrés, surtout quand on sait que les délais et le budget initial sont très rarement respectés…