Game of Thrones : L’exaspération du réalisateur Miguel Sapochnik envers les showrunners

Série

Par Antoine le

Il n’y a pas que les fans qui ont été déçus par la dernière saison de Game Of Thrones. Le réalisateur Miguel Sapochnik a travaillé, entre autres, sur deux épisodes de la dernière saison. Il a récemment exprimé toute son exaspération sur une expérience qui l’a visiblement beaucoup frustré.

© HBO

Attention : CET ARTICLE CONTIENT DES SPOILERS.

Plus le temps passe et plus les langues se délient par rapport aux conditions de tournage de la dernière saison de Game of Thrones. Après Lena Headey, c’est Miguel Sapochnik, réalisateur, qui a manifesté sa frustration dans les colonnes d’IndieWire, ensuite relayé par EcranLarge. Il explique que l’ambiance lui a été hostile d’entrée, avec une volonté de le “laisser couler”. Et ce ne sont pas ses rapports avec les deux producteurs, Benioff et Weiss, qui auraient contribué à amélioré l’ambiance.

Sapochnik raconte qu’il souhaitait une scène plus élaborée pour de la mort du Mestre Aemon Targaryen. Dans son idée, le vieil homme aurait dû être transporté jusqu’à son bûcher funéraire avec son oreiller toujours placé sous sa tête, en signe de respect et par souci de continuité scénaristique. Une idée repoussée par le couple décisionnaire :

[Ils ont dit qu’ils] détestaient ça, en gros. […] On m’a fliqué en termes d’image pendant mes trois premiers mois de tournage, et ça a rendu la création de “Durlieu” extrêmement difficile parce que je les avais emmerdés.

Un exemple -pas le seul- de divergence d’opinion qui ont largement compliqué le processus. Il regrette également d’avoir été régulièrement mis devant le fait accompli par rapport à des lieux de tournage qui ne correspondaient pas au script. Ainsi, lors du tournage de “Durlieu”, l’emplacement n’avait strictement rien à voire avec l’océan décrit dans le script.

Le problème que j’ai avec la majorité des scènes d’action aujourd’hui, c’est qu’elles sont trop recréées artificiellement. Je ne peux pas tourner si je ne peux pas créer un environnement durable dans lequel mes acteurs peuvent travailler. Je voulais créer un endroit, un terrain de jeu où les acteurs pourraient être tellement immergés qu’ils se croiraient vraiment dans la scène.

La sempiternelle guerre entre impératifs économiques et vision artistique

L’épisode a finalement été un succès critique, après quoi les deux producteurs lui auraient accordé un peu plus de liberté artistique. « Dan et David n’aiment pas qu’on leur dise qu’on ne peut pas faire quelque chose ».  Un fait qui s’est confirmé lors du tournage de « La Longue Nuit », comme le rappelle Vanity Fair. Sapochnik souhaitait tuer Jorah Mormont dès la première charge de l’épisode, pour donner le ton. Et il ne comptait pas s’arrêter là…

J’étais ouvert à l’idée de tuer absolument tout le monde. Je voulais que ça soit implacable, que dans les premières minutes le spectateur se dise « Les dés sont jetés, tout le monde pourrait y passer ». David et Dan ne voulaient pas.

Mais malgré ces différences d’opinion et sa frustration, il reste humble et reconnaît tout de même qu’il a apprécié le processus même s’il reste mécontent du résultat.

Je pense que le point clé, c’est que ce n’est pas mon émission, n’est-ce pas ? Ce n’est pas moi qui suis arrivé avec Game Of Thrones et qui l’ai fait. Je suis un réalisateur, employé pour faire son travail. Ils m’ont laissé m’impliquer, et j’ai vraiment aimé faire ça. Mais le résultat final ne m’appartient pas. C’est le leur, ce sont leur choix.

Si les frictions entre Benioff, Weiss et Sapochnik ne reflètent pas forcément toute la réalité du tournage, la parole de ces dernier offre en tout cas quelques éclaircissements sur les conditions dans lesquelles la fin de la série s’est déroulée. Cela peut expliquer – au moins en partie – certaines des critiques, parfois très véhémentes, à l’encontre de cette dernière saison…