Le nombre d’abonnés et les revenus générés par Netflix dans le monde donnent le vertige

Business

Par Henri le

Le géant de la SVOD semble inarrêtable, et aucun chiffre ne dira le contraire. Le site comparitech s’est penché sur la question et montre l’ampleur du phénomène.

Netflix a beau augmenter son tarif assez régulièrement, cela n’a pas l’air de faire baisser sa base d’abonnés, bien au contraire. À la fin de l’année dernière, le roi de la sVOD revendiquait 139 millions de clients. Ces derniers ont permis de générer 15,79 milliards de chiffre d’affaires, dont 7,6 milliards rien qu’aux États-Unis, qui comptent 58 millions d’abonnés.

Le site comparitech s’est penché sur la question plus en profondeur et a répertorié le nombre d’abonnés de 50 pays et ce qu’ils rapportent à la firme en moyenne. Étant donné que Netflix ne communique pas toujours ces données (hors US), il s’agit d’estimations, mais le tableur mis en place se base sur des sources solides. Comme vous pouvez le constater, le revenu moyen indiqué est de 9,43 dollars. Il s’agit d’un calcul lissé sur les résultats annoncés par Netflix dans le monde. Il n’est donc pas parfaitement précis.

Crédits : Comparitech

Sans surprise, les États-Unis permettent de générer le plus de bénéfices. Le top 5 est ensuite composé de l’Australie (1,27 milliard), le Royaume-Uni (1,1 milliard), le Brésil (961 millions) et le Canada (712 millions). La France, où le service s’est pourtant développé sur le tard tiendrait déjà la septième position avec environ 5 millions d’abonnés ! Cela représenterait tout de même environ 566 millions d’euros de chiffres d’affaires.

L’hégémonie du géant de Los Gatos devrait continuer à s’étendre puisque les premiers pays du classement continuent de voir leur nombre d’abonnés augmenter. De plus, le reste de la liste compte des nations en voie de développement, où les populations parfois très nombreuses pourraient représenter une immense manne financière dans quelque temps. Autant dire que Netflix devrait viser encore plus haut pour 2019. De quoi écœurer la concurrence ?