Pour surfer sans pub, il faudrait payer 8 euros par mois

Business

Par Olivier le

Pas de publicité intempestive, pas de traçage, pas d’exploitation indue des données : bon nombre d’internautes signeraient sans hésiter pour un tel havre de paix. Mais cela aurait nécessairement un coût…

On s’est habitué à profiter gratuitement des services à haute valeur ajoutée de Google, Facebook et autres plateformes en ligne. Il serait aujourd’hui bien difficile de faire machine arrière et de revenir aux premières heures d’internet où tout était à défricher… 

Si c’est gratuit, c’est vous le produit

Mais quand on dit « gratuitement », évidemment le terme est à nuancer puisque rien n’est vraiment gratuit, surtout pas sur internet. Les géants du numérique exploitent avidement les données recueillies auprès de leurs utilisateurs, inventant mille moyens de récolter toujours davantage d’informations. Avec l’objectif d’afficher plus de publicités ciblées.

Si l’on veut surfer sur un internet sans pub tout en bénéficiant de la même qualité de services offerte par les plateformes du web, il faudrait accepter de débourser une certaine somme, en plus de l’abonnement. Le site Recode a fait le calcul : un internaute américain devrait payer en moyenne 35 $ par mois, ou encore 420 $ par an !

Le calcul repose sur un calcul simple : le chiffre d’affaires du secteur de la publicité en ligne, rapporté au nombre d’adultes. Aux États-Unis, cela revient  à diviser 106 milliards de dollars par 250 millions d’Américains. L’internaute français aurait lui à régler une facture de 8 euros par mois (les investissements publicitaires dans l’Hexagone se montant à 5 milliards d’euros pour 50 millions d’adultes).

Évidemment, ces calculs ne prennent pas en compte l’usage que chacun fait d’internet qui peut être plus ou moins important, sa nature (professionnel ou personnel, ou les deux), la profession, l’âge, etc. Néanmoins, cela donne une petite idée de ce qu’un internet sans pub pourrait coûter.