Ces lunettes intelligentes font elles-même la mise au point sur ce que vous regardez

Gadget

Par Amandine Jonniaux le

Mises au point par l’université de Stanford, ces lunettes nouvelle génération, bourrées de composants électroniques, pourraient bientôt permettre de voir net en permanence, grâce à un tracking visuel actif.

GIF : Stanford University

Nos lunettes de vue seront-elles bientôt connectées ? C’est en tout cas ce que semblent prévoir les chercheurs de l’université de Stanford, qui ont récemment mis au point une paire de lunettes capable de détecter automatiquement le “sujet” fixé par son porteur, et de se focaliser automatiquement dessus. Un moyen de rendre net le monde qui entoure les malvoyants, et plus particulièrement les personnes atteintes de presbytie. 

La presbytie, c’est quoi ?

Si vous avez plus de quarante ans, ou des capacités oculaires particulièrement limitées, il y a de fortes chances pour que vous souffriez de presbytie. Caractérisée par un manque d’élasticité au niveau du cristallin, cette affection rend difficile, voir impossible la mise au point de la vision proche, sollicitée au moment de la lecture par exemple. Pour soigner la presbytie, on utilise généralement des lunettes à verres progressifs, équipés de plusieurs focales différentes selon l’angle de vue. Une solution efficace, mais qui atteint rapidement ses limites quand il s’agit de regarder furtivement un sujet proche, ou de se concentrer sur une situation périphérique. 

Pour remédier à cela, l’université de Stanford a ainsi mis en place plusieurs prototypes de lunettes intelligentes baptisées autofocals, et qui consistent en une lentille remplie de liquide, capable d’ajuster sa distance focale en devenant, selon les besoins, de plus en plus épaisse. Un prototype amélioré au moyen de capteurs de eye tracking intégrés dans les lunettes, qui, une fois couplés à un logiciel, permettent d’ajuster automatiquement les lunettes pour s’assurer que la cible fixée par l’utilisateur est toujours nette. 

Pour le moment, des tests réalisés sur 56 personnes atteintes de presbytie ont été réalisés, et ils sembleraient qu’ils soient assez mitigés, comme le révèle site Gizmodo : Si les sujets ont établi que le confort visuel lié aux lunettes connectées était une bien meilleure solution que les verres progressifs classiques, l’encombrement et le poids de ces dernières, comparables à des casques de réalité virtuelle posent pourtant problème. Il faudra sans doute attendre encore quelques années avant de voir débarquer sur le marché des lunettes intelligentes et connectées réellement portables au quotidien. 

Source: Gizmodo