Vivo présente un prototype de lunettes en réalité augmentée

Gadget

Par Antoine le

Baptisé sobrement Vivo AR Glasses, ce prototype devrait aller de paire avec le futur smartphone 5G, de la marque, le Vivo iQoo 5G.

© Vivo

Durant la Mobile World Conference 2019, qui s’est tenue à Shanghai du 26 juin au 2 juillet dernier, Vivo a présenté un prototype de lunettes en réalité augmentée à 6 degrés de liberté (rotation autour des 3 axes, et déplacement le long de ces trois axes). Relativement légères, elles se connectent via un câble. Baptisé sobrement Vivo AR Glasses, ce prototype devrait aller de paire avec le Vivo iQoo 5G, le téléphone 5G de la marque présenté à la même occasion.

D’après son constructeur, les lunettes AR présentent cinq véritables intérêts pratiques à l’heure actuelle : le gaming, le travail de bureau, la reconnaissance faciale, la reconnaissance d’objets, et même “théâtre 5G”. Si cette dernière dénomination est particulièrement floue, elle fait écho à leur volonté affichée de se servir de la 5G comme tremplin pour “redonner une seconde chance” à l’AR.

L’AR, c’est parti pour de bon ?

Vivo n’a pas encore communiqué de date de sortie ou de tarif. Et si son produit ne présente pas réellement d’innovation révolutionnaire, il vient confirmer un intérêt pour la réalité augmentée qui ne semblait plus évident ces dernières années. Ces derniers temps, on constate en effet un regain d’intérêt pour le secteur qui n’est pas limité à Vivo. En février, Microsoft annonçait son nouvel HoloLens 2, clairement destiné à un usage professionnel. En mai dernier, Google avait de son côté annoncé une nouvelle version de ses Google Glass. Même des constructeurs moins connus comme Vuzix ont investi ce segment. Avec un point commun pour la plupart de ces options : contrairement aux casques de réalité virtuelle (VR) désormais assez courants, la plupart de ces lunettes en réalité augmentée ne sont pas particulièrement destinées au divertissement.

De l’avis de nombreux spécialistes, c’est même plutôt du côté de l’entreprise, notamment de l’industrie, que ces avancées pourraient avoir le plus d’impact. Aujourd’hui, certaines entreprises utilisent déjà cette technologie avec des résultats plus que convaincants. Sur le terrain, cette technologie sert à assister les opérateurs dans leur prise de décision, à faciliter et optimiser leurs tâches et à minimiser les risques. Au point qu’Usine Digitale parle même d’un véritable risque de baisse de compétitivité dans les années à venir pour les entreprises réfractaires !