Qualcomm prend 242 millions d’euros d’amende pour abus de position dominante en Europe

Business

Par Henri le

Le fondeur américain était dans le collimateur de la Commission européenne depuis un moment. La firme vient logiquement d’écoper d’une lourde amende.

Qualcomm fournit ses puces dans le monde entier et est en relation avec toutes les plus grandes entreprises de la high-tech. Cela faisait un moment que la Commission européenne l’accusait d’abus de position dominante, et elle est cette fois-ci passée à l’acte. Qualcomm vient en effet d’écoper de 242 millions de dollars d’amende.

Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence a fait savoir que la firme a « vendu ces produits à un prix inférieur aux couts de fabrication à de gros clients dans le but d’éliminer un concurrent »

Cette pratique étant illégale au regard des règles de l’UE en matière de pratiques anticoncurrentielles, nous avons infligé aujourd’hui une amende de 242 millions d’euros à Qualcomm.

La stratégie peut paraître saugrenue de prime abord, mais elle est bien connue. De 2009 à 2011, Qualcomm a fourni des puces à des entreprises chinoises comme Huawei et ZTE a des prix défiant toute concurrence. Une façon détournée de mettre hors-jeu son concurrent britannique Icera, qui ne pouvait alors pas proposer de tels tarifs. Le plan a d’ailleurs marché puisqu’Icera a été racheté par Qualcomm en 2011, après avoir dénoncé cette stratégie. Ce type de rachat est souvent synonyme de licenciements.

L’amende n’est pas anodine, mais elle ne représente que 1,27 % de l’entreprise en 2018. Elle commence d’ailleurs à être habituée, car l’Union Européenne lui a déjà infligé 997 millions d’euros d’amende l’année dernière. Qualcomm avait en effet versé des sommes astronomiques à Apple pour s’assurer sa loyauté. Autant dire que la firme risque d’être surveillée pendant encore un bon moment.