Huawei aurait développé le réseau mobile 3G de la Corée du Nord en secret

Business

Par Remi Lou le

Nouveau scandale dans l’affaire Huawei, qui pourrait avoir d’importantes conséquences s’il se vérifiait. Le Washington Post révèle en effet que Huawei aurait construit et entretenu le réseau 3G en Corée du Nord jusqu’en 2016, l’exposant à un violent retour de bâton du gouvernement américain.

C’est une affaire dont la marque chinoise aurait bien pu se passer, alors que Huawei est toujours dans le collimateur du gouvernement américain. Au moment où les États-Unis s’apprêtaient à assouplir leurs sanctions à l’égard de Huawei, le Washington Post a mis la main sur des documents sensibles et dévoile une collaboration secrète entre la marque chinoise et… la Corée du Nord.

Selon le média américain, Huawei aurait travaillé dans le plus grand des secrets pendant huit années pour le régime de Pyongyang. La marque chinoise aurait notamment construit et entretenu le réseau 3G de la Corée du Nord. Le problème, c’est que, pour ce faire, Huawei aurait utilisé des composants américains dans son installation, aujourd’hui active et utilisée dans le pays gouverné d’une main de fer par Kim Jong Un.

Huawei aurait œuvré pendant 8 ans en Corée du Nord

Cette collaboration expose ainsi Huawei à de graves sanctions de la part des États-Unis, notamment car le gouvernement américain a décrété un embargo sur les exportations américaines vers le régime de Pyongyang. Huawei aurait commencé à travailler pour la Corée du Nord en 2008, alors que le pays cherchait à lancer son réseau mobile 3G. La marque aurait alors œuvré pour construire ce réseau, conjointement à Panda International Information Technology, et se serait établie dans un hôtel bon marché de la capitale nord-coréenne, tout cela dans le plus grand des secrets. Finalement, Huawei aurait quitté les lieux en 2016, alors que le pays commençait à subir de virulentes attaques de la part de la communauté internationale.

Si Huawei a indiqué au Washington Post n’avoir « aucune présence commerciale » dans la dictature nord-coréenne, ce nouveau scandale n’est clairement pas le bienvenu pour la marque chinoise, alors qu’elle est toujours aux prises avec les sanctions américaines qui l’empêchent, entre autre, d’utiliser Android sur ses smartphones. Affaire à suivre…