En Île-de-France, des radars antibruit à l’assaut des véhicules trop bruyants

Sécurité

Par Amandine Jonniaux le

Après les radars destinés à verbaliser les véhicules trop rapides ou les passages aux feux rouges, c’est au tour des incivilités sonores d’être dans le collimateur des autorités d’Île-de-France. 

Crédits BruitParif

Surnommés les “méduses”, c’est une flotte de radars nouvelle-génération qui vient d’être déployée en guise de test dans les rues de Villeneuve-le-Roi dans le Val de Marne. Équipé d’une caméra et de quatre micros, ce nouveau dispositif, déjà installé le mois dernier à Saint-Forget dans les Yvelines ne vise pas à verbaliser les véhicules trop rapides, mais ceux dont le volume sonore excède un certain seuil. L’idée, explique la créatrice du prototype Fanny Mietlicki au micro de BFMTV, serait à terme de pouvoir réduire drastiquement les nuisances sonores en agglomération urbaine, le radar permettant “non seulement de mesurer les décibels, mais aussi la provenance du bruit” grâce à ses quatre micros qui permettent de trianguler précisément la “trace acoustique” de la nuisance. Pour le moment, l’appareil est capable de photographier la voirie toutes les quinze minutes, mais ne dispose pas encore d’un lecteur de plaque, qui serait nécessaire à l’avenir pour permettre de verbaliser les conducteurs indélicats. 

Déployé par l’Observatoire du bruit en Île-de-France BruitParif, ce nouveau type de radar pourrait très bientôt entrer en activité. Une quarantaine d’appareils ont déjà été installés en région parisienne, et les premières verbalisations pourraient débuter dès l’automne prochain, si les phases de test s’avèrent concluantes et que des mesures légales sont votées. Pour rappel, la loi ne permet pas encore de verbaliser les véhicules trop bruyants, mais un article du projet de loi mobilités prévoit l’adoption prochaine d’un décret allant dans ce sens. Le seuil de décibels toléré par le radar doit notamment être officiellement défini, ainsi que son rayon d’action en agglomération. Malgré ces quelques ajustements encore nécessaires, le maire de Villeneuve-le-Roi Didier Gonzales semble plutôt confiant : “Dès la rentrée de septembre, on doit connecter le radar à notre centre de supervision urbain ». 

Source: Reuters