Europol coffre plus de 30.000 sites illégaux

Sur le web

Par Olivier le

Europol a réussi un coup de filet de grande ampleur dans le milieu du piratage de contenus audiovisuels et de la vente de contrefaçons. Plus de 30.000 sites illégaux ont été démantelés.


Le coup de filet est spectaculaire, et il rappelle aux contrevenants que la police est sur les dents. Et ce, à l’international : Europol, aidé par 18 pays membres de l’organisation ainsi que par le centre américain sur la coordination des droits de propriété intellectuelle a démantelé 30.506 sites web qui distribuaient des contrefaçons (notamment des produits pharmaceutiques) ainsi que du contenu piraté (films, musique, IPTV, etc.).

IPTV, produits contrefaits, contenu piraté…

Et les policiers ne se sont pas arrêtés en si bon chemin : en plus de la fermeture des sites, Europol a procédé à l’arrestation de trois suspects et à la saisie de plus de 26.000 produits de luxe (vêtements, parfums) et 363 litres d’alcools en tout genre, ainsi que du matériel informatique. Les enquêteurs ont également identifié et gelé plus de 150.000 € d’avoirs dans plusieurs banques et plateformes de paiement en ligne.

Pour réussir l’opération, Europol a coordonné en temps réel les enquêtes des polices sur le terrain, vérifié les données recueillies, et organisé avec des experts des formations sur les techniques d’investigation sur internet, en lien avec la propriété intellectuelle. Un gros travail de fond qui a porté ses fruits.

Cette opération a été réalisée dans le cadre de l’initiative « In Our Sites » (IOS), lancée en 2014 par l’organisation européenne et ses partenaires. L’objectif est de faire d’internet un endroit plus sûr pour les utilisateurs, en rapprochant les efforts des pays et des partenaires du secteur privé.

D’autres enquêtes menées sous l’égide d’Europol sont en cours. Une campagne de sensibilisation baptisée « Don’t F***(ake) Up » vise également à informer le grand public sur les dangers des produits contrefaits vendus en ligne, elle donne aussi des conseils pour identifier les sites litigieux.

Source: Europol