Le généticien chinois à l’origine des jumelles génétiquement modifiées derrière les barreaux

Science

Par Felix Gouty le

Trois ans de prison et une amende de plusieurs centaines de milliers d’euros : c’est la peine infligée à He Jiankui, le généticien chinois qui a modifié génétiquement des jumelles et, a priori, un troisième enfant encore inconnu.

L'ADN, support chimique de l'information génétique.

Rejeté par le monde scientifique pour ses expériences allant à l’encontre de l’éthique, un généticien chinois désormais bien connu a maintenant été condamné par la justice de son pays. He Jiankui s’est rendu célèbre en annonçant, en novembre 2018, la naissance de jumelles génétiquement modifiées par ses soins. Grâce à la méthode de « ciseau moléculaire » CRISPR-Cas9, il attestait les avoir rendu résistantes au VIH, le virus du SIDA. Il y a quelques semaines, le journal américain MIT Technology Review révélait des informations supplémentaires inquiétantes concernant l’expérience menée par He Jiankui : la modification n’aurait notamment pas été correctement obtenue et aurait entraîné d’autres mutations.

En conséquence, selon l’agence de presse chinoise Xinhua, le tribunal de Shenzhen aurait condamné le scientifique à trois ans de prison ferme et à une amende de trois millions de yuans (soit 384 000 euros). Ses collègues, Zhang Renli et Qin Jinzhou, auraient, eux, écopés de peines plus légères. La justice chinoise aurait déclaré que ces trois hommes avaient agi uniquement « en quête de leurs gloire et fortune personnelles (en) troublant l’ordre médical établi. Ils ont franchi les limites de l’éthique en matière de recherche scientifique et de santé. » He Jiankui serait détenu dans une prison chinoise depuis février dernier, dans l’attente de ce récent verdict. Les jumelles – surnommés Lulu et Nana, pour garantir leur anonymat – seraient suivis médicalement par les autorités de la province de Guangdong, près de Hong-Kong. Enfin, d’après les informations des journalistes chinois, He Jiankui aurait effectué d’autres modifications génétiques sur un troisième enfant, dont le cas était encore jusque là inconnu, né en même temps que les jumelles. Les frontières de la génétique n’est pas un sujet anodin dans le milieu scientifique chinois. Des chercheurs confirmaient la naissance de « chimères », des êtres hybrides cochons-macaques dont l’objectif à terme serait de servir de culture à organes humains.

=
Source: BBC News