De la nourriture “faite avec de l’air” veut concurrencer le soja

Science

Par Felix Gouty le

En séparant l’hydrogène de l’air et de l’eau et en en nourrissant des bactéries, une start-up finlandaise a inventé la soléine : une protéine synthétique prête à remplacer la farine !

Des épis de blé.
La soléine pourrait-elle un jour remplacer le blé ou d’autres sources alimentaires agricoles ?

Concurrencer le soja dès 2025 avec une protéine créée presque exclusivement à partir d’air et d’eau. C’est l’objectif ambitieux de la start-up finlandaise Solar Foods. Celle-ci n’a évidement pas révélé en détail le procédé de fabrication de sa protéine miracle baptisé soléine mais dévoile tout de même le principe général. Les ingénieurs et chercheurs de l’entreprise utilisent la méthode de l’électrolyse pour séparer les molécules d’hydrogène de l’air ou de l’eau et alimenter des bactéries avec. C’est la fermentation de l’hydrogène par ces bactéries qui permettrait la production de cette fameuse soléine. Accumulées, ces protéines forment des grains sans saveur mais pas sans utilité : ils peuvent notamment servir de farine de base pour fabriquer du pain. D’après Solar Foods, ce procédé s’inspirerait de recherches effectuées dans les années 1960 par l’industrie spatiale.

L’idée derrière la soléine est de permettre à l’humanité de s’émanciper le plus possible de l’agriculture et de ses contraintes environnementales. En septembre 2019, un consortium de chercheurs publiait ses conclusions sur les promesses de telles protéines microbiennes. Ils indiquaient notamment que la production de ce type de protéines requérait bien moins de surface cultivable et d’eau que le soja. Si la soléine peut remplacer la farine, elle pourrait aussi se soustraire aux nourritures données au bétail ou aux élevages piscicoles. Quant à la consommation énergétique nécessaire, Solar Foods assure se contenter d’électricité provenant de dispositifs à énergie renouvelable pour générer l’électrolyse nécessaire à son invention. Reste à voir si l’impact environnemental restera aussi limité avec une production à plus grande échelle. Solar Foods espère pouvoir construire sa première usine de soléine en 2025. Si cette solution alternative se démocratise dans les années à venir, son coût devrait rester bien inférieur à celui de la protéine animale, selon des recherches menées par le think-tank américain RethinkX.

Source: BBC News