Covid-19 : quand, où et comment se faire tester ?

Près d’un mois après le 11 mai qui a vu le pays entamer le processus de déconfinement, les efforts se poursuivent pour éviter une recrudescence du virus. L’application StopCovid est désormais lancée et les autorités sanitaires travaillent d’arrache-pied pour endiguer la propagation du virus, juste avant un week-end qui s’annonce ensoleillé et va mettre les règles de distanciation sociale à rude épreuve. Nous vous proposons un petit guide pratique du test du coronavirus.

Un test en train d’être réalisé par un médecin militaire sur un technicien de l’US Navy. ©Navy Medicine – Flickr

Cela vaut le coup de faire le test si…

  • Si je présente ou j’ai présenté des symptômes

Le cas le plus évident est évidemment de se faire dépister si vous ressentez le moindre symptôme. Le souci étant que la liste de ces derniers est très étendue et assez diffuse, ce qui peut rendre l’interprétation des éventuels symptômes difficile. Mais il existe tout de même un certain nombre d’entre eux que l’on peut surveiller. En cas de fièvre, de toux, de maux de tête marqués et durables, de grosse fatigue persistante ou de perte de l’odorat, le contexte et le principe de précaution devrait vous encourager à vous faire tester.

  • Si un de mes proches a ou a eu des symptômes

Cela vaut aussi si vous apprenez qu’une personne de votre entourage direct avec qui vous avez été en contact récemment a été testée positive. Un contact peut prendre plusieurs formes : un repas ensemble, un peu d’aide pour aller faire des courses, un trajet ensemble en voiture ou dans les transports en commun… Dans ce cas de figure, il est important de ne pas faire dans le sentimentalisme : un proche a tout autant de chances de vous transmettre le virus et la vigilance doit rester la même. Ce n’est pas paranoïaque ni insultant de se faire tester suite à un contact douteux avec un proche; ne pas le faire en invoquant le prétexte de la confiance, c’est risquer de contaminer tout le cercle intime.

  • Si j’ai été en contact “forcé”et n’ai pas pu maintenir la distanciation sociale

Vous pouvez aussi être amené à avoir des contacts non désirés avec des gens, qu’ils soient évitables ou non. Dans la rue, dans les transports en commun, à un guichet, au travail, ce ne sont pas les occasions qui manquent et il est facile de se retrouver en contact avec des gens contre sa volonté; il n’y a qu’à emprunter la ligne 13 du métro parisien autour de 17h pour s’en convaincre. Et si votre voisin collé à vous par le sur-remplissage de la rame est pris d’une violente quinte de toux, il n’y a malheureusement aucun moyen de s’y soustraire, masque ou pas. Si ce genre d’épisode vous arrive, il pourrait être sage d’aller faire un test.

  • Si StopCovid m’informe d’un contact inopiné

Enfin, si vous faites partie des utilisateurs de l’application StopCovid, vous pouvez recevoir une notification “Risque d’exposition au Coronavirus”. Cela signifie que vous avez croisé quelqu’un ayant été testé positif et comme mentionné dans la description, il est recommandé d’aller effectuer le test soi-même.

  • Si je côtoie ou travaille avec des personnes vulnérables

Enfin il y a certains cas où il est important d’être encore plus vigilant, et où faire le test est presque indispensable. C’est le cas, par exemple, de toutes les personnes qui travaillent avec, ou côtoient régulièrement des personnes âgées. Nos aînés sont de loin les plus vulnérables à la maladie et cela impose à leur entourage d’être intransigeant : à la moindre situation à risque, mieux vaut passer par la case test que de risquer le drame. Ce constat s’applique également aux personnes immunodéprimées à cause d’une condition temporaire ou d’une maladie chronique.

Dans tous les cas, nous vous rappelons que votre médecin traitant sera le plus à même de vous dire avec certitude si, oui ou non, votre cas mériterait un test en laboratoire.

© fernandozhiminaicela

Comment et où le faire et combien ça coûte?

Le test se déroule dans n’importe quel CHU ou laboratoire de ville (certifié PSM2). Pour trouver le lieu le plus proche de chez vous, vous pouvez vous rendre à cette adresse. Il est recommandé de se faire prescrire le test par son médecin. Mais si vous vous faites partie des cas contact potentiels recensés dans la base de donnée de la Sécurité Sociale, vous n’aurez même pas besoin d’une prescription médicale. Le test est entièrement remboursé, sauf dans le cas de quelqu’un qui voudrait se faire tester de sa propre initiative, sans exposition ou contact particulier (auquel cas il vous sera facturé 54€).

Comment le test se passe-t-il ? Que faire une fois les résultats connus ?

Malheureusement, le test le plus précis dont nous disposons est assez désagréable. Il consiste à enfoncer un long écouvillon dans la narine pour dépasser les fosses nasales et venir racler le pharynx. L’objectif : vérifier le plus précisément possible la présence du virus dans les voies aériennes. La Direction Générale de la santé souhaite que chacun puisse connaître le résultat de son test dans les 24h, un objectif de plus en plus proche d’être atteint.

Si le test est positif, vous ne serez pas hospitalisé d’office. En revanche, il faudra vous imposer un confinement strict d’au moins deux semaines. Vous serez également contacté par l’Assurance Maladie, qui va tenter avec vous de retracer l’historique de votre maladie et d’identifier la liste de vos cas contacts pour pouvoir les prévenir.