L’OMS déconseille certains soins dentaires à cause du coronavirus

politique

Par Felix Gouty le

L’Organisation mondiale de la santé recommande à tous de reporter les visites de routine chez son dentiste et de ne s’y rendre qu’en cas d’urgence. Les praticiens sont en effet parmi les plus exposés aux dangereuses gouttelettes de liquide qui transportent le virus de la COVID-19.

Crédits : Movidagrafica / Pixabay.

Prenez soin de vos dents, mais, soyez prudents, reportez votre prochaine visite de routine chez le dentiste. Tel est, en substance, le message qu’a voulu faire passer l’Organisation mondiale de la santé (OMS) hier. « Nous suggérons d’éviter ou de minimiser toutes les procédures générant des aérosols (en particulier en dentisterie), a déclaré le docteur Benoit Varenne, du Programme de santé bucco-dentaire de l’OMS lors d’une visioconférence. Nous recommandons de donner la priorité aux urgences bucco-dentaires et de repousser les visites de routine à caractère non-essentielle pour la santé buccale. » L’intention est avant tout de protéger les praticiens plus que les patients.

Malgré leur port systématique du masque durant une intervention, les dentistes s’exposent toujours à d’importantes projections de gouttelettes provenant de la bouche et de la gorge de leurs patients. Pour rappel, ces gouttelettes constituent le moyen principal de transport des particules virales du coronavirus de la COVID-19. Malgré les tuyaux d’aspiration rapide de la salive utilisés systématiquement en dentisterie, des équipements à haute vitesse, à ultrason ou à pulvérisation (comme la terrible fraise dentaire) entraînent forcément des projections. Par ailleurs, les cabinets et établissements dentaires doivent s’assurer de l’existence d’une climatisation fonctionnelle dans les locaux pour réduire les risques de maintien du virus en suspension dans l’air. L’OMS soutient néanmoins la nécessité de procéder à des soins dentaires réguliers. « Les maladies dentaires sont un fardeau de santé négligé dans de nombreux pays et on estime que près de 3,5 milliards de personnes (dans le monde) sont touchées par des affections bucco-dentaires. » Malheureusement, la pandémie actuelle affecte déjà le secteur puisque « 75% des États membres de l’OMS auraient affirmé que leurs services dentaires avaient été partiellement ou complètement perturbés » par la menace de la COVID-19.