Willow Cove, Xe… Retour sur les annonces de l’Intel Architecture Day

Hardware

Par Antoine Gautherie le

Alors que beaucoup de monde s’attendait à une nouvelle fuite en avant, Intel a proposé un Architecture Day 2020 plutôt solide avec des promesses intéressantes et, surtout, une feuille de route cohérente. L’équipe bleue sortirait-elle enfin la tête de l’eau ?

© Slejven Djurakovic – Unsplash

Il y a quelques jours se tenait l’Architecture Day 2020 d’Intel, traditionnelle conférence dédiée aux spécificités techniques de son architecture. Une conférence très attendue puisque tout le monde était curieux de savoir comment Intel allait répondre aux coups de boutoir permanents d’AMD… et surprise, il y a de quoi être agréablement surpris du côté de l’écurie bleue.

Première annonce de taille, bien qu’implicite : le 7nm ne fait officiellement plus partie des plans à moyen terme du fondeur. On pourrait y voir une sorte d’aveu d’échec, mais cette décision a du sens. AMD l’a également admis, courir après des gravures plus fines n’’est pas nécessairement pertinent dans l’immédiat, vu les rendements décroissants. Pour Intel, il n’y avait donc plus qu’une voie possible : travailler le plus possible sur son architecture 10nm, qui souffrait d’énormes lacunes après un lancement précipité.

A défaut d’avoir des plans à moyen terme pour le 7nm, Intel a donc revu son architecture de fond en comble. Exit, le “10nm+” : dites bonjour au 10nm “SuperFin”, avec de nombreuses améliorations dont de tout nouveaux transistors. Il est si différent de son prédécesseur que pour Intel, c’est un gain de performance comparable à un bond d’une génération entière. La déclaration est osée. Cela suffira-t-il à contrer l’approche ultra-agressive d’AMD ? L’avenir le dira. Ce qui est sûr, c’est qu’Intel semble avoir une vraie feuille de route claire et cohérente. On n’avait pas vu ça depuis presque deux ans, et c’est une excellente nouvelle pour le fondeur.

L’architecture Willow Cove arrive

Passons aux nouvelles architectures qui vont exploiter ce 10nm “SuperFin”. Cet automne, Intel sortira Willow Cove. C’est une architecture presque entièrement nouvelle, construite sur les fondations de Sunny Cove qu’elle va remplacer. Sur son document censé présenter les perfomances mono-coeur, on constate que Willow Lake semble capé à 5.0 Ghz. Mais l’absence totale de données sur le multi-coeur nous force à prendre cette information avec des pincettes. Rappelons qu’Intel prévoyait d’atteindre les 4Ghz en multi-core sur ses Ice Lake. Mais en pratique, cette génération souffrait de performances très décevantes.

Adieu Ice lake, bonjour Tiger Lake

Les premières puces à bénéficier de cette architecture Willow Cove seront les fameux Tiger Lake. Ces derniers se sont d’ailleurs rappelés à notre bon souvenir il y a peu : ils ont été la principale victime du piratage récent d’Intel. Mais l’écurie bleue a presque réussi à faire oublier cet incident avec un SoC prometteur.

Il devrait équiper la future gamme portable d’Intel, avec des notebooks particulièrement robustes. Avec le Thunderbolt 4 et l’ USB 4 natifs, les notebooks équipés d’un Tiger Lake autoriseront des transferts jusqu’à 40 Gbps. Attention, cela ne sera pas le cas sur toutes les machines équipées. C’est le constructeur qui aura la responsabilité de l’activer. A noter aussi le support de la DDR5 dans le futur, une excellente nouvelle ! Enfin, dernière particularité : les Ice Lakes étaient capable de tirer entre 9 et 28W; les Tiger Lakes, eux, iront de 10 à .. 65W !

La nouvelle architecture graphique Xe 

L’autre grosse nouvelle de cet Architecture Day, c’est l’offensive d’Intel sur la partie graphique. Le fondeur a présenté une nouvelle architecture Xe, subdivisée en cinq segments. Les SoC Tiger Lakes auront droit à la version Xe-LP (pour low power). Ces nouveaux coeurs GPU seront intégrés à une toute nouvelle graphics engine. Plus grande, elle embarquera plus de caches et de nouvelles fonctionnalités natives. Par exemple, le taux d’encodage/décodage devrait être quasiment doublé; une superbe nouvelle pour les créateurs si le contrat est rempli. Quoi qu’il en soit, le gain devrait être conséquent pour les utilisateurs des graphics intégrés. A noter aussi l’arrivée des premières cartes graphiques depuis plus de 20 ans. Dans un premier temps, il s’agira de cartes discrètes d’entrée de gamme. La date exacte n’a pas encore été révélée, mais elle sera bien basée sur l’architecture Xe-LP.

Cette architecture Xe sera également déclinée en Xe-HPG, pour High-Performance Gaming. Cette déclinaison devrait terminer dans une carte graphique dédiée au gaming. Reste encore à attendre l’annonce officielle. Mais dans tous les cas, ce teasing est extrêmement enthousiasmant; de quoi garder les observateurs en haleine pendant les prochains mois. Les deux autres déclinaisons, Xe-HP et Xe-HPC, arriveront respectivement pour les data-center et les machines ultra-avancées, type supercalculateur. Pour ces derniers, Intel a également prévu une nouvelle micro-architecture CPU baptisée Sapphire Rapids. C’est d’ailleurs ce monstre qui devrait se retrouver au cœur du premier supercalculateur capable d’atteindre l’exaFLOP (un milliard de milliards d’opérations par seconde).

Malgré une présentation assez vague, comme souvent lors des Architecture Days, cette édition 2020 s’est plutôt bien passé pour Intel. Attendu au tournant, le fondeur a répondu avec quelques annonces enthousiasmantes et une vraie feuille de route claire. Cela suffira-t-il à reprendre la main sur AMD, qui dispose toujours d’une avance confortable ? L’avenir le dira. Mais ce qui est sûr, c’est que l’horizon s’éclaircit enfin pour l’écurie bleue. Il n’y a plus qu’à assurer le jour de la sortie. Les premiers benchmarks seront juges !