“Un moment historique” : l’Afrique est officiellement débarrassée de la polio

Science

Par Antoine Gautherie le

Ce n’est pas une exagération, mais bien un “moment historique” : au terme d’efforts colossaux, le continent africain est officiellement débarrassé de la polio, annonce l’OMS. De quoi nous mettre du baume au cœur après un début d’année pas forcément réjouissant… et de se rappeler que les luttes contre des maladies ne sont pas perdues d’avance. A bon entendeur.

Image par Arek Socha de Pixabay

Pandémie, invasions de criquets, incendies, marées noires, explosions… Cette année aura été riche en mauvaises nouvelles jusqu’à présent. Mais aujourd’hui, c’est tout l’inverse qui nous arrive d’Afrique. D’après l’OMS, le continent est officiellement débarrassé de la poliomyélite ! Une victoire historique.

Précisément, cela fait désormais plus de quatre ans que personne n’a été infecté par le poliovirus sauvage, responsable de la poliomyélite. Cette maladie infectieuse très grave attaque la moelle épinière et entraîne des déformations des membres. Dans les cas les plus aigus, cela peut aller jusqu’à la paralysie irréversible de l’appareil respiratoire. Il y a peu, elle représentait encore un problème de santé publique majeure avec des milliers d’enfants handicapés par la maladie. Aujourd’hui, seul le Pakistan et et l’Afghanistan comptent encore des cas de polio (87 cas à eux deux en 2020).

Un vaccin au déploiement compliqué

Face à l’ampleur des dégâts, la communauté internationale s’est mobilisée pour l’éradiquer, notamment en Afrique qui est longtemps resté un important foyer infectieux. Et si on peut aujourd’hui se réjouir d’avoir atteint ce but, force est de constater que la route a été longue et semée d’embûches. La première raison : les tensions géopolitiques. Entre les pressions salafistes au début des années 2000, puis l’émergence de Boko Haram en 2009, les campagnes de vaccination ont été extrêmement compliquées. Ces mouvements radicaux voyaient ces campagnes d’un mauvais œil et s’y opposaient farouchement. Il a fallu multiplier les efforts pour dialoguer avec les populations locales et les chefs religieux afin de pouvoir vacciner “environ 400.000 enfants hors d’atteinte” à cause des violences. Une situation qui illustre bien le lien inextricable entre santé publique et contexte géopolitique et social.

Prochaine urgence : le Covid-19 

Aujourd’hui, le tableau s’est éclairci mais la situation reste instable. Boko Haram et l’Etat Islamique sont toujours présents sur le continent, notamment au Nigeria et au Tchad. Selon Sciences et Avenir, environ 30.000 enfants seraient toujours inaccessibles. Et si la polio est éradiquée, ce n’est pas le cas de nombreuses autres maladies… dont le Covid-19, évidemment. La bonne nouvelle, c’est qu’à l’heure actuelle, l’Afrique est le deuxième continent le moins touché, et le nombre de nouveaux cas quotidiens semble baisser.