COVID-19 : des centres de dépistage gratuits ouvrent à Paris

politique

Par Felix Gouty le

Pour empêcher que de trop nombreux Parisiens propagent le virus sans le savoir, la capitale présente désormais plusieurs centres de dépistage gratuit.

Un médecin avec un masque dans un laboratoire.
Crédits : Pixabay.

Malgré l’obligation du port du masque, la capitale française compte encore tous les jours de nouveaux malades du COVID-19. Selon Santé Publique France, 287 personnes seraient actuellement hospitalisées à Paris. Pour combattre la propagation du virus, le dépistage est nécessaire : tester le plus rapidement les cas éventuellement positifs permet de les traiter plus rapidement et surtout de les isoler pour éviter qu’ils contaminent d’autres personnes, saines. Dans cette optique, la Ville de Paris a annoncé aujourd’hui qu’elle renforcerait son réseau de centres de dépistage gratuit, mis en place cet été à Paris Plages. L’objectif est de conduire à l’installation d’un centre par arrondissement après le 7 septembre. Pour commencer, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé l’ouverture de trois tentes fixes pour la réalisation de tests PCR naso-pharyngés (qui détectent la présence éventuelle de particules virales dans les cavités nasales) ou sérologique (qui déterminent si une personne présente des anticorps contre le COVID-19 et donc a été infectée). Les tentes sont installées sur le parvis de l’Hôtel de Ville (IVe arrondissement), au centre sportif Émile-Anthoine (XVe) et sur le parvis de la mairie du XIXe. Deux laboratoires itinérants, fixes seulement pendant une demi-journée par jour, ont été ouverts. Pour connaître leur emplacement, il suffit de se rendre à la page consacrée sur le site de la municipalité.

A ces tentes, « il y a aura un préenregistrement administratif, puis les prélèvements seront effectués, explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, dans Le Parisien. Enfin, une fois les analyses réalisées par les laboratoires privés [où les prélèvements sont envoyés ; ndlr], les résultats sont adressés par courrier ou par téléphone, pour les cas positifs, pour déclencher au plus vite tous les dispositifs d’alerte.«  Si Paris augmente donc sa capacité à tester, le nombre quotidien de ces tests reste aujourd’hui limité. Le plafond a été établi à 1500 dépistages par jour, afin de ne pas encombrer les laboratoires d’analyse.