Covid-19 : l’Île-de-France aura bientôt droit à un dépistage massif

Science

Par Antoine Gautherie le

Le ministre de la Santé a annoncé la tenue d’une campagne de dépistage de grande ampleur en Ile-de-France. La mesure ne concerne pas Paris, mais pourrait être étendue à d’autres régions.

© Gerd Altmann – Pixabay

La France s’apprête à réaliser un vaste état des lieux épidémiologique du Covid-19, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, avec le “lancement dans certains territoires d’une campagne de très grande ampleur qui s’adresse à tous les habitants”. Un changement de stratégie total. Ainsi, “près d’1,3 million de personnes” vivant en Île de France vont se voir remettre des bons de l’assurance maladie leur permettant d’aller se faire tester, sans ordonnance médicale. Et ce “même en l’absence de symptômes”, explique le Ministre au Monde, le tout afin d’identifier d’éventuels clusters dormants, ces foyers de personnes asymptomatiques. À noter que ce test restera facultatif, et que les bons expédiés par l’Agence Régionale Santé ne sont pas contraignants.

La mesure concerne l’Île-de-France mais Paris. La liste, “encore en train d’être finalisée” d’après l’ARS Île-de-France, devrait comprendre plusieurs villes à densité de population “importante” où les dépistages spontanés ne sont que très rarement effectués. C’est le cas en Essonne avec 4 communes, mais surtout en Seine-Saint-Denis, territoire qui a subi la pandémie de plein fouet avec une mortalité particulièrement élevée. Il s’agit donc d’identifier ces clusters fantômes, car ils représentent l’une des raisons qui font craindre un retour en force du virus. Une décision saluée par nombre d’épidémiologistes qui réclamaient un dépistage massif depuis quelques temps déjà et demandent désormais l’extension du dispositif à plusieurs autres régions. Cette éventualité a déjà abordée par le ministre de la Santé, sans toutefois proposer d’échéance ou donner plus de détails. D’après le Parisien, la question pourrait se poser dans le Grand Est, dans les Hauts-de-France et en Paca où 77 clusters seraient encore “en investigation”.