Donald Trump ne bénéficiera plus d’un traitement de faveur sur Twitter

politique

Par Anne Cagan le

Lorsque le démocrate Joe Biden aura officiellement pris ses fonctions de président des Etats-Unis, Donald Trump ne bénéficiera plus d’un traitement préférentiel sur Twitter.

Crédits : geralt / Pixabay.

La pilule risque d’être dure à avaler le 20 janvier 2021. Twitter a en effet confirmé à Engadget que lorsque Joe Biden aura officiellement pris ses fonctions de président des Etats-Unis, Donald Trump ne bénéficiera plus d’un traitement préférentiel sur la plateforme.

Les politiques de haut rang sont en effet considérés comme des personnes d’intérêt publique et disposent à ce titre d’une liberté de parole accrue sur le réseau social à l’oiseau bleu. Twitter a notamment pris la décision de ne pas les bannir quand bien même ils contreviendraient régulièrement à son règlement. Quoi qu’en dise Donald Trump (qui a maintes fois accusé Twitter de le discriminer), il était en réalité encadré par des règles bien plus souples que celles qui s’appliquent à un utilisateur lambda.

Un exemple ? Lorsque Donald Trump avait réagi aux manifestations organisées contre le meurtre de Georges Floyd en tweetant “S’il y a des pillages, il y aura des fusillades”, son message n’avait pas été supprimé. Twitter s’était contenté d’apposer une alerte dessus indiquant “Ce tweet a enfreint les règles de Twitter relatives à la glorification de la violence. Toutefois Twitter a déterminé que sa disponibilité peut présenter un intérêt pour le public”. En cliquant sur le bouton Voir, il était donc toujours possible d’afficher le contenu du message ce qui n’aurait pas été le cas sur un compte classique.

A partir du 20 janvier 2021, Donald Trump s’exposera aux mêmes mesures de rétorsion qu’un utilisateur lambda s’il publie par exemple de fausses informations sur le coronavirus ou le processus électoral. Les comptes @POTUS, @FLOTUS et @WhiteHouse qui seront transférés à l’administration Biden bénéficieront toujours du cadre spécifique réservé aux personnalités d’intérêt publique. Twitter a toutefois rappelé que ces privilèges ne s’appliquaient pas dans tous les cas et notamment pas si un compte d’intérêt public faisait par exemple la promotion du terrorisme ou menaçait de violence une personne spécifique.

Reste à voir si Donald Trump conservera son aura sur Twitter. Expert en communication de crise et fondateur de l’agence LaFrenchCom, Florian Silnicki nous expliquait en mai dernier : “La grande force de Donald Trump sur Twitter, ça a été de créer la surprise. C’est comme cela qu’il a séduit beaucoup d’internautes et qu’il a pris de court ses opposants : désarçonnés, ils ne savaient pas comment contre-attaquer. Mais cette stratégie atteint aujourd’hui ses limites (…) elle ne surprend plus grand monde et a été abondamment copiée par d’autres personnalités”. Avec 89 millions de followers, Donald Trump a encore malgré tout une sacré force de frappe. Et il ne fait aucun doute que ses messages et ses réactions seront très attentivement scrutées pendant les semaines et mois qui viennent.

Twitter Pour les Nuls

Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Source: Engadget