Le palmarès des villes les mieux couvertes en 5G

Smartphone

Par Olivier le

Il a a fallu attendre la fin de l’année dernière pour voir apparaitre les premiers réseaux 5G en France. Depuis, le déploiement se poursuit et il sera long. Quelles sont les villes les mieux couvertes ? Le palmarès d’Ariase fait le point.

Crédits : mohamed_hassan / Pixabay.
Crédits : mohamed_hassan / Pixabay.

Pour profiter d’une bonne couverture 5G, mieux vaut habiter à Nice, Cannes ou à Vénissieux, ou alors dans de petites communes de moins de 20.000 habitants, selon les données collectées par Ariase, le site de comparaison de forfaits mobiles et box internet. L’observatoire se base sur un indice qui correspond au nombre de sites 5G pour 1.000 habitants, d’après les données fournies par l’Arcep.

Les petites villes en pointe

Dans la catégorie des métropoles de plus de 200.000 habitants, c’est donc Nice qui arrive en première position avec 0,37 site pour 1.000 habitants. La ville a été la toute première à accéder à la 5G. Elle est suivie par Montpellier (0,32) et Marseille (0,30). Et Paris ? Les premiers sites 5G pourraient s’allumer dès la fin du mois de mars, après un processus de débat public.

Dans les communes de 50.000 à 200.000 habitants, Cannes prend la première place (0,37), suivi par Vénissieux (0,36) et Aix-en-Provence (0,34). Le palmarès des villes de 20.000 à 50.000 habitants donne Les Pennes-Mirabeau premier (0,51), puis Saint-Laurent-du-Var (0,48) et Blagnac (0,45). Enfin, au classement des communes de 5.000 à 20.000 habitants, saluons Lesquin avec 0,93 sites 5G pour 1.000 habitants, record toutes catégories, puis Aubière (0,79) et Rungis (0,70).

Les petites villes ont bien compris tout l’intérêt qu’il y a à se présenter comme une championne de la 5G : cela attire les investissements et les entreprises désireuses de bénéficier de la meilleure couverture réseau possible. Les maires des plus grandes villes doivent de leur côté faire face à une opposition plus serrée de la part d’associations et de groupements citoyens inquiets des conséquences, réelles ou supposées, de la 5G sur l’environnement et la santé.

La couverture du territoire a connu un coup d’accélérateur avec la reconversion par Free Mobile de ses antennes 700 MHz qui servaient jusqu’à présent à la 4G. L’opérateur affiche donc un bon taux de couverture, mais les débits ne sont pas forcément au niveau de ce que peut offrir un réseau 3,5 GHz.

Source: Ariase