La CNIL donne son feu vert pour la mise à jour de TousAntiCovid

Sécurité

Par Julie Hay le

Dans l’objectif d’accélérer la réouverture de certains lieux publics, le gouvernement planchait sur un nouveau pan de l’application TousAntiCovid. Il voulait intégrer des QR codes à scanner dans certains lieux accueillant du public et considérés à risque par les autorités. Ce nouveau dispositif vient d’être validé par la CNIL.

Dans l’objectif d’accélérer la réouverture de certains lieux publics, le gouvernement planche depuis le début de l’année sur un dispositif de contrôle des contaminations avec l’application TousAntiCovid. Concrètement, l’utilisateur devra indiquer sa présence dans un établissement et la plage horaire à laquelle il s’y trouve. S’il s’avère qu’il était positif au COVID-19 pendant sa visite, les autres clients qui l’on croisé sans son masque, seront alertés. Si cette nouvelle fonctionnalité n’est encore qu’à l’état de projet, elle vient de recevoir le feu vert de la CNIL. Dans un communiqué, l’autorité administrative française explique « La CNIL a considéré que l’utilité, au stade actuel de la lutte contre l’épidémie d’un dispositif complémentaire d’identification des contacts à risque de contamination est suffisamment démontré ». Elle émet en revanche quelques réserves. Dans un premier temps, la CNIL insiste sur le fait que l’usage de TousAntiCovid ne sera pas obligatoire pour accéder à un établissement et qu’il sera aussi possible de signaler sa présence grâce à un cahier de rappel par exemple. C’est la stratégie qui avait été adoptée quelques jours avant la fermeture des bars et restaurants en septembre dernier. Elle précise aussi que la technologie de l’application doit toujours de reposer sur celle du Bluetooth et non pas la géolocalisation. Elle ajoute que dans les lieux où « la fréquentation est susceptible de révéler des données sensibles », comme les églises, le dispositif ne pourra pas être obligatoire.

13 millions de téléchargements annoncés

Depuis le 2 juin 2020, l’application TousAntiCovid aurait été activée plus de 13 millions de fois. Des chiffres à nuancer néanmoins puisqu’on ne parle pas ici d’utilisateurs actifs, mais de téléchargements purs et simples. Ainsi, ils ne prennent pas en compte les gens qui auraient par exemple désinstallé l’application. Il y a en revanche fort à parier qu’à la réouverture des lieux publics et la mise en place des QR codes, ces chiffres explosent.

Source: CNIL