« Nous devons faire mal à Apple » : Mark Zuckerberg croque la Pomme

Apple

Par Remi Lou le

Après de virulents échanges entre Apple et Facebook ces derniers mois, Mark Zuckerberg aurait déclaré vouloir « faire mal » à la firme à la Pomme devant ses équipes.

Crédits : Brett Jordan via Unsplash

« Nous devons faire mal à Apple ». Voilà ce qu’aurait déclaré Mark Zuckerberg à certains employés de Facebook, comme on peut le lire dans les colonnes du Wall Street Journal, et relayé par 01net, après des échanges virulents avec Tim Cook il y a quelques semaines. Autrefois copains comme cochons lorsque l’iPhone en était encore à ses balbutiements, la guerre est désormais déclarée entre Facebook et Apple. La firme fondée par Mark Zuckerberg ne voit pas d’un bon oeil les changements opérés avec iOS 14 dans le but de protéger la confidentialité des utilisateurs. Ces fonctions ont fait enrager Facebook au point que la firme a désigné Apple comme une ennemie du « Web libre », dans une communication publiée en décembre dans le Wall Street Journal, le New York Times et le Washington Post. Pour cause, ces changements menacent directement le modèle économique de Facebook, qui repose sur la collecte des données et la publicité ciblée pour générer des profits.

Mais ces nouvelles fonctions d’iOS 14 n’ont fait qu’alimenter un feu déjà brulant depuis 2017 entre les deux sociétés. Cette année-là, Mark Zuckerberg et Tim Cook avaient eu un premier échange très virulent concernant l’approbation des applications de Facebook sur les appareils d’Apple. Zuckerberg s’était alors inquiété du pouvoir de la Pomme, tandis que l’année suivante, Tim Cook critiquait ouvertement la collecte des données personnelles opérée par Facebook sur une chaîne de télévision. Depuis, les deux sociétés se taclent régulièrement sur certains sujets précis. Au-delà des batailles de communication, ce sont bien deux visions du web qui s’affrontent : celle de Facebook, du tout-gratuit et de la publicité ciblée, et celle d’Apple et son écosystème fermé mais garant de la vie privée de ses utilisateurs. Reste à voir quelle tournure prendra cette affaire, mais il y a des chances pour que celle-ci finisse devant les tribunaux, d’autant plus depuis que les autorités antitrust cherchent à limiter le pouvoir engrangé par les GAFA au fil des ans.

Source: 01net