Facebook ferme les comptes liés à la junte militaire birmane

Général

Par Anne Cagan le

Facebook ferme les comptes liés à la Tatmadaw, la junte militaire qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu en Birmanie. Une décision notamment liée à la publication, par ces comptes, de contenus incitant à la violence.

La tension monte en Birmanie depuis le coup d’État du 1er février. Dans ce contexte inquiétant, Facebook a annoncé bannir les comptes liés à la Tatmadaw, les forces armées qui ont renversé le gouvernement démocratiquement élu et instauré l’état d’urgence pour un an. Facebook a listé les facteurs qui l’ont amenée à prendre cette décision dans un billet de blog détaillé. La société mentionne notamment le fait que la Tatmadaw a commis “des abus particulièrement graves des droits humains par le passé”, qu’il y a un “risque clair que des violences soient, dans le futur, commises par les militaires” et que la junte a “régulièrement enfreint le règlement” de Facebook.

L’entreprise dénonce d’ailleurs certains comportements de ces comptes notamment la reconstitution “de réseaux ayant un comportement trompeur” et des “contenus qui violent le règlement sur les publications incitant à la violence”. Facebook souligne enfin que ce coup d’état “augmente fortement la dangerosité de l’impact de ces comportements et la probabilité que ces menaces online mènent à des violences physiques”. Le groupe a donc pris la décision de bannir de Facebook et d’Instagram la Tatmadaw mais aussi certaines entités publiques et certains médias contrôlés par les militaires.

Ce bannissement n’est pas limité dans le temps. Les entreprises privées qui ont des liens avec l’armée n’auront, qui plus est, pas le droit d’acheter des publicités sur Facebook. A noter que les ministères et agences gouvernementales fournissant des services publics essentiels comme le ministère de la santé ou celui de l’éducation pourront conserver leur page. Facebook n’est pas seule à prendre des mesures contre la junte à l’origine du coup d’État en Birmanie. L’Union européenne a suspendu toute aide financière directe aux programmes de réforme du gouvernement. Les Etats-Unis ont également pris plusieurs mesures de sanctions notamment le gel, sur leur territoire, des biens et avoirs de certains généraux de la junte.