Trois pépites du catalogue Netflix US à découvrir d’urgence

Netflix a beau être accessible partout, son catalogue peut différer d'un pays à un autre. Et si la plate-forme de streaming a largement de quoi satisfaire le public français, il y a quelques pépites qu'on ne trouve que dans son catalogue américain. On vous en a sélectionné trois.

Crédits : CardMapr / Unsplash

On connaît tous la frustration de voir un film ou une série, disponible sur Netflix, disparaître du catalogue du jour au lendemain. Il faut dire que lorsqu’il ne s’agit pas d’un contenu produit par la plate-forme de streaming elle-même, on tombe dans une question de droits.

En simplifiant, on peut dire que le service de SVoD loue les droits de « diffusion » à son propriétaire d’origine pendant une durée prédéfinie. Comme à l’époque où les plus anciens d’entre nous allaient louer une K7 au vidéo club. Quand la période arrive à son terme, le contenu disparaît, sauf si Netflix prolonge le contrat. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un film ou une série qui disparaît du catalogue s’y retrouve à nouveau ultérieurement.

Cette longue introduction était nécessaire afin d’en venir au point crucial : la différence entre les catalogues Netflix US et Netflix français. Il s’agit simplement d’une différence de propriétaires des droits de diffusion. Certains contenus se retrouvent ainsi uniquement sur la plate-forme US.

Et ce sont ces contenus qui nous intéressent aujourd’hui puisqu’on a sélectionné deux films et une série, indisponibles chez nous, qui méritent vraiment le coup d’œil. Pour y avoir accès, il vous suffit d’utiliser un VPN, comme NordVPN, disponible à moins de 3 euros par mois.

Voir l’offre NordVPN

Orange mécanique : le film culte

Dans un futur dystopique où règne sexe et violence, un groupe de jeunes mené par le terrible Alex sème une terreur aveugle. Capturé, il va subir diverses expériences pour tenter d’effacer ses pulsions criminelles. Même sans l’avoir vu, tout le monde connaît Orange mécanique, l’un des films les plus cultes de Stanley Kubrick. Une iconographie unique, des scènes chocs sur l’immoralité et la violence, c’était du jamais-vu à l’époque et c’est inoubliable aujourd’hui.

Angoissante, surprenante, gênante, chaque séquence dénote avec la précédente tout en marquant durablement l’esprit. Le genre de film dont il est impossible de ressortir indemne et qu’il ne faut surtout pas mettre devant tous les yeux.

Kubrick y dépeint une vision acerbe de la société et de ce qu’elle devient face à ses dérives, sociales ou politiques. Une satire qui bouscule les consciences et qu’on peut analyser de bien des manières, après avoir pris le temps de bien digérer. Un immanquable.

Quelques minutes après minuit : le chef-d’œuvre méconnu

Face à la maladie de sa mère, la dureté de sa grand-mère et les brimades de ses camarades de classe, le jeune Connor O’Malley se sent bien seul. Mais une rencontre fantastique va bouleverser ses nuits et l’obliger à faire preuve de courage, affronter ses peurs et accepter la vérité…

Passé relativement inaperçu lors de sa sortie dans nos salles, Quelques minutes après minuit est pourtant un film à ne manquer sous aucun prétexte. Déjà pour la réalisation de Juan Antonio Bayona qui, après les très bons L’Orphelinat et The Impossible (et avant Jurassic World : Fallen Kingdom), prouvait qu’il maniait l’imagerie fantastique avec un talent évident. Les plans sont puissants, oniriques, capturant chaque émotion du scénario.

En parlant de ce dernier, difficile de ne pas s’émouvoir de cette magnifique histoire qui recèle énormément de surprises. On finit totalement chamboulé, dans le meilleur sens du terme. C’est un long-métrage poétique où le fantastique permet de raconter quelque chose de profondément humain. Un véritable coup de cœur cathartique.

Death Note : le meilleur anime japonais

Lorsque Light Yagami, jeune étudiant surdoué, trouve par hasard le Death Note, le cahier de Ryuk, un Dieu de la Mort, il découvre qu’en y inscrivant un nom, la personne meurt. Il va s’en servir pour devenir Kira, un justicier voulant purifier le monde des criminels. Mais ses agissements finissent par alerter la police qui va mener l’enquête avec l’aide d’un certain L.

Oubliez le film produit par Netflix, l’anime original Death Note fait partie de ses immanquables qui justifient pleinement l’utilisation d’un VPN comme NordVPN pour y accéder sur le Netflix US. Car oui, après un long moment chez nous, il a fini par disparaître du catalogue francophone. Et si vous n’en avez pas profité, il est temps de vous rattraper !

Death Note est un thriller fantastique qui n’a rien Moriarty niveau intelligence. Les retournements de situation sont nombreux et, même si sa qualité chute dans sa troisième partie, on est tenu en haleine tout au long de la série.

Et puis l’anime permet également de questionner les notions de bien et de mal, Kira étant prêt à tout pour arriver à ses fins au nom de la « justice » tout en évitant de se faire attraper. Bref, une œuvre aussi captivante par son enquête que par sa dimension psychologique qui vaut bien moins de 3 euros par mois.

Comment regarder Netflix US avec NordVPN en trois étapes ?

La procédure pour regarder le catalogue Netflix US avec NordVPN est particulièrement simple. Il suffit de 3 étapes

  • S’abonner à NordVPN pour moins de 3 euros par mois
  • Se connecter sur un serveur aux USA (préférez la côte Est, par exemple New-York)
  • Rendez-vous sur Netflix et connectez-vous à votre compte. 

Si vous êtes amateur de VF, sachez que vous n’en trouverez sans surprise pas sur le catalogue US, mais les sous-titres en Français sont disponibles dans la très grande majorité des cas. 

Rappelons par ailleurs, que nous avons sélectionné ici trois films, mais le catalogue US de Netflix regorge d’autres pépites. On pourra citer pêle-mêle Total Recall, Into The Wild, Max Max (celui de 1979) ou encore Le Château de Cagliostro de Miyazaki. Sans oublier quelques James Bond, des films de Tarantino et tant d’autres.

Voir l’offre NordVPN

Cet article est sponsorisé par NordVPN. Il a été réalisé en partenariat par une équipe dédiée, indépendante de la rédaction du Journal du Geek.