Les États-Unis ne considèrent plus Xiaomi comme une “société militaire communiste chinoise”

Business

Par Remi Lou le

Après avoir été placé sur liste noire américaine en début d’année puis en être retiré il y a quelques semaines, les États-Unis admettent s’être trompés sur le cas de Xiaomi.

Xiaomi Mi 11
© JDG

La semaine dernière, les États-Unis retiraient définitivement Xiaomi de la liste noire, qui devait interdire aux citoyens américains d’investir dans la marque. Dans son dernier élan, l’ancien président américain Donald Trump avait décidé, le 14 janvier dernier, de placer le constructeur chinois sur liste noire en raison d’un petit détail. Le fondateur de Xiaomi aurait en effet reçu une distinction particulière du régime chinois en 2019, et il n’en a pas fallu plus pour que le ministère américain de la Défense n’y voit un potentiel problème pour la sécurité nationale.

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour faire marche arrière. Après avoir levé les sanctions qui pendaient au nez de Xiaomi, le tribunal du district de Columbia vient de rendre son ordonnance définitive et raye la marque de la liste des « sociétés militaires communistes chinoises » (CCMC). Suite à cette décision, Xiaomi a déclaré auprès de The Verge que « nous réaffirmons être ouverts, transparents, cotés en bourse et gérés de manière indépendante. Nous continuerons de fournir des services et produits fiables aux utilisateurs ». La marque peut dorénavant prospérer en paix à l’international.

Une lueur d’espoir pour Huawei ?

Si Xiaomi a frôlé de peu la catastrophe, la situation est aujourd’hui bien moins reluisante du côté de Huawei. La firme avait en effet été l’une des premières à subir les conséquences d’une décision américaine qui lui avait valu la perte des services de Google, puis, plus tard, l’impossibilité de fabriquer ses propres puces.

Pour l’heure, on ignore si le gouvernement Biden compte lever les sanctions qui pèsent à son encontre, même si la marque ne semble pas compter là-dessus et serait plutôt partie pour tracer sa route seule, sans l’aide de Google. Huawei vient de révéler que son système d’exploitation maison, HarmonyOS, sera officiellement présenté le 2 juin. Cet OS devrait logiquement être généralisé sur les appareils de la marque dans les mois à venir, et pourrait même gagner d’autres constructeurs chinois dont… un certain Xiaomi.

Xiaomi Mi 11 128 Go au meilleur prix Prix de base : 749 €
Voir plus d'offres