Xiaomi se prépare-t-il à s’affranchir d’Android ?

Android

Par Remi Lou le

Xiaomi vient tout juste d’être retiré de la liste noire américaine, mais le constructeur chinois semble déjà chercher des alternatives à Google en cas de nouveau coup dur.

smartphone xiaomi
© Shiwa ID / Unsplash

Rappelez-vous des dernières heures du mandat de Donald Trump. Quelques jours avant l’investiture de Joe Biden, le président sortant décidait une dernière série de mesure dans l’esprit du décret qui empêche toujours Huawei de commercer avec des entreprises américaines, dont Google. Ainsi, Trump avait pris pour cible plusieurs firmes chinoises et les avait placé sur liste noire. Parmi elles, on retrouvait notamment un nom bien connu des férus de gadgets high-tech : Xiaomi.

Si la présence sur liste noire américaine n’est pas une sanction équivalente à celle dont souffre toujours Huawei, c’était tout de même une sacrée épine dans le pied. À compter du 11 novembre prochain, les investisseurs américains auraient dû cesser de financer la marque. Fort heureusement, Xiaomi s’est battu et vient d’obtenir gain de cause avec le gouvernement Biden : la marque sort de la liste noire et peut continuer de tracer sa route à l’international… mais sans Android ?

HarmonyOS plutôt qu’Android ?

Lorsque Huawei avait perdu sa licence Android, la marque avait intensifié ses efforts afin de concevoir une alternative à l’OS de Google. Cette alternative, c’est HarmonyOS, un système d’exploitation propriétaire qui pourrait bien faire son apparition sur le futur Huawei P50, tout du moins en Chine, si l’on en croit les dernières rumeurs. Surtout, ce système d’exploitation alternatif pourrait même s’étendre au-delà des appareils de Huawei et équiper des produits d’autres marques chinoises, dont ceux d’Oppo, Vivo ou encore… de Xiaomi.

L’hypothèse avait déjà été mise sur la table récemment, mais elle est encore renforcée par cette vidéo repérée sur Reddit et dans laquelle on peut voir un smartphone de la marque – de la gamme Redmi – affichant un énigmatique « Powered by HarmonyOS » sur l’écran de démarrage.

La question est donc légitime : Xiaomi ne serait-il pas en train de tester des alternatives à Android pour diminuer sa dépendance envers Google et Android ? En effet, même si la marque est parvenue à se retirer de la liste noire américaine, ce sombre épisode ainsi que les sanctions qui pèsent toujours sur Huawei représentent autant de risques qui planent toujours au-dessus de sa tête. Si la situation semble s’améliorer actuellement avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, la guerre commerciale qui oppose les États-Unis à la Chine est toujours en cours, et la dépendance des marques chinoises envers une entreprise américaine comme Google est une menace potentielle dans le futur.

Les entreprises chinoises semblent donc s’organiser pour faire face à de futurs problèmes avec les États-Unis, aujourd’hui avec HarmonyOS, hier avec l’alliance « Peer-toPeer Transmission Alliance » afin de combiner leurs forces pour proposer un équivalent d’AirDrop interprétable entre smartphones Xiaomi, Oppo, Vivo, Meizu et Realme. Quand on l’attaque, l’Empire du milieu contre-attaque doucement, mais sûrement.

Xiaomi Mi 11 128 Go au meilleur prix Prix de base : 749 €
Voir plus d'offres