La NASA va envoyer un rover sur la Lune pour trouver de l’eau

Espace

Par Tristan le

La NASA fait un nouveau pas vers la Lune et sait maintenant où elle va poser son rover.

apollo-11-nasa
© NASA

Les missions Artemis battent leur plein. Alors que la NASA est pour le moment embourbée dans une affaire politico-judiciaire avec SpaceX et Blue Origin pour son contrat d’alunisseur, l’agence américaine continue autant qu’elle peut le développement de son projet de la décennie : retourner sur la Lune.
Après le succès des missions Apollo dans la fin des années 60, de nombreux projets, plus ou moins sérieux de retour sur la Lune se sont succédés sans qu’aucun n’aille à son terme. Aujourd’hui la NASA, sous l’impulsion en 2016 de l’administration Trump, est engagée dans un projet très ambitieux, la mission Artemis. Ce vaste programme vise à ramener, d’ici à 2024 des hommes (et pour la première fois des femmes) sur la Lune.

Viper : le chercheur d’eau et d’espoir

Mais d’ici là, notre satellite va être attaqué de toute part par des rovers et autres missions robotiques, pour préparer le plus possible le retour de l’homme sur la Lune. L’une de ces missions devrait être l’arrivée de la sonde Viper sur la Lune. Un point très important du développement de la mission vient d’ailleurs d’être franchi par l’agence américaine. Cette dernière vient en effet de sélectionner le site d’alunissage du rover.

En corrélation avec la mission de Viper, trouver de l’eau dans le sous-sol lunaire pour savoir en quelle quantité elle existe et si elle est exploitable pour l’homme lors de son arrivée. La NASA devait donc choisir un point proche des pôles, les régions les plus froides de notre satellite, et donc les plus propices d’abriter de l’eau. C’est finalement le cratère Nobile qui est sorti le grand vainqueur d’une âpre sélection.

Selon la NASA la zone serait riche en glace d’eau, de quoi faciliter les recherches de Viper. Lancé au cours de l’année 2023 par un Falcon Heavy de SpaceX le rover sera ensuite déposé à la surface de la Lune avant de commencer sa mission. Très rapide, ce rover serait capable selon les estimations de la NASA de parcourir 800 mètres par heure, un vrai bolide comparé à Curiosity ou Perseverance, deux rovers martiens de la NASA qui peinent à parcourir quelques mètres.

L’eau serait un véritable trésor pour les astronautes qui devraient, au cours de l’année 2024 se rendre sur la Lune. Si la présence, même sous forme de glace, de l’eau est confirmée, cela aidera grandement le développement des colonies lunaires. Si les résultats de Viper sont moins bons qu’espérés, ils pourraient mettre un coup d’arrêt aux missions Artemis dans leur ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *