Le télescope James Webb publie une image ultra détaillée de Neptune

Espace

Par Tristan le

Le télescope James Webb n'en finit plus de fasciner. Après Jupiter et Mars il s'est penché sur Neptune avec un résultat historique.

neptune james webb
© NASA / ESA / CSA

Lancé dans l’espace depuis Kourou le 25 décembre dernier, le télescope spatial James Webb n’en finit plus de faire des miracles. Avec son miroir de plus de 12 mètres carrés, il arrive à observer les confins de l’univers avec une précision encore jamais atteinte. Forcément, un tel appareil est très prisé par la communauté scientifique qui essaye de mettre la main dessus.

Récemment, une équipe de chercheurs français et canadiens, dirigée depuis Toulouse par Olivier Berné a pu utiliser le télescope spatial pendant plus de 40 heures pour le pointer vers la nébuleuse d’Orion. Mais d’autres chercheurs ont fait des choix bien différents. C’est le cas de cette image publiée sur le site officiel de l’ESA.

Jupiter, Mars et maintenant Neptune

Après s’être rapidement penché sur Jupiter cet été et sur la planète Mars il y a quelques jours, James Webb a décidé de se tourner vers Neptune. Dernière planète de notre système solaire, la géante glacée nous apparaît généralement comme bleutée, mais les images infrarouges de James Webb donnent un tout autre rendu.

La planète est blanche, brillante. Dans son atmosphère la géante gazeuse dispose de « nuages ». Remplis de méthane glacé, ces amas réfléchissent très fortement la lumière du Soleil, ce qui donne ces nuances de luminosité sur la planète. Dans d’anciennes images prises par Hubble, sur des longueurs d’onde visibles pour l’œil humain, la planète apparaît comme bleu pâle, et ces nuances ne sont pas présentes.

james webb neptune
Triton (en haut) est tellement lumineuse qu’elle présente les signes typiques de diffraction de la lumière de James Webb © NASA/ESA/CSA

Mais le point le plus important avec ce cliché de James Webb, c’est la présence d’anneaux. Connus depuis des années, ils n’avaient été observés qu’une seule fois auparavant. En 1989, la sonde Voyager 2 a fait une approche autour de la planète. Elle prend en photo les anneaux de Neptune. Très fins, ils sont généralement invisibles depuis la Terre.

En plus de Neptune, James Webb a réussi à prendre plusieurs clichés des lunes de la planète. Sept des quatorze satellites naturels ont ainsi été photographiés par Webb. Sur le haut de l’image (voir ci-dessus), Triton apparaît comme une étoile très brillante, encore plus que Neptune. Recouverte d’azote condensé, cette lune brille bien plus que les autres.

Triton, une lune pas comme les autres

L’ESA explique dans son communiqué que Triton renvoie 70 % de la lumière du Soleil. Cette lune intéresse beaucoup les astronomes qui se demandent comment elle a pu se retrouver ici. Massive, elle tourne dans une orbite rétrograde autour de Neptune (dans le sens inverse de toutes les autres lunes).

Les scientifiques se demandent donc si Triton n’est pas à l’origine un objet de la ceinture de Kuiper (comme Pluton) et la lune aurait été capturée par un heureux hasard dans le champ gravitationnel de Neptune. Une théorie assez exotique qui contraste avec l’origine des autres lunes de la planète.

Afin d’en avoir le cœur net, le télescope spatial James Webb devrait mener d’autres missions autour de Neptune et de ses différentes lunes. À terme les quatorze devraient être observés par le télescope de la NASA.

Source: esawebb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *