Critique

[Critique] John Wick 3 Parabellum : Keanu Reeves bute encore plus de monde

L'avis du Journal du Geek :
Cinéma

Par Remi Lou le

John Wick en a fait du chemin depuis la mort de son chiot dans le premier volet. Mais heureusement, il n’a pas perdu son sens du spectacle.

Cette suite démarre directement après la fin du deuxième film, alors que John Wick devient la cible des tueurs à gage après avoir assassiné un membre de la Table Haute et être devenu un « excommunicado ». Sa tête est alors mise à prix pour 14 millions de dollars, et il a une heure pour fuir, livré à lui-même dans un environnement hostile et traqué de toute part par des tueurs à gages tous plus dangereux les uns que les autres.

Tel est le postulat de départ de John Wick Parabellum, duquel s’ensuit une avalanche de scènes d’action épique, sans jamais tomber dans le too much. Les chorégraphies sont maîtrisées sur le bout des doigts, et Chad Stahelski, le réalisateur du film, après avoir porté les deux premiers volets, renouvelle son savoir-faire en la matière.

Un scénario en demi-teinte (mais après tout, ce n’est pas le genre de la maison)

Malgré un scénario qui s’était quelque peu développé dans le deuxième volet, ce troisième opus nous ramène tout droit sur les sentiers du premier, à savoir un film d’action au rythme maîtrisé et aux scènes ultra-léchées. Ne vous attendez donc pas à vibrer de ce côté . L’axe narratif est si pauvre que les brefs moments d’histoire s’effacent très rapidement, balayés dès qu’une nouvelle scène d’action se profile. On notera tout de même une référence plutôt bien trouvée et hilarante au synopsis du tout premier volet, mais on ne vous en dit pas plus.

Bien sûr, on ne va pas voir John Wick pour le scénario, mais pour voir de l’hémoglobine qui gicle et des fusillades qui partent dans tous les sens. Et à ce niveau, c’est peut-être le meilleur John Wick à ce jour.

Action brute : ni trop, ni trop peu

Sans réinventer le genre, John Wick Parabellum fait le pari de dresser le portrait type du film d’action exigeant, à l’image de cette scène dans laquelle une jeune danseuse se relève encore et encore sous le joug de sa professeure dans le « Tarkovsky Theater ». John Wick se colle à ce rythme, en essayant dans chaque scène de monter un peu plus haut en excellence, jusqu’à un final en apothéose.

Clairement, les scènes de combat de ce John Wick sont certainement ce qui se fait de mieux en matière de maîtrise, de rythme et d’intensité au cinéma. Les scènes sont variées, les techniques avec lesquelles John fait couler le sang ne sont jamais les mêmes, tout en s’avérant toujours subtiles (dans la mise en scène, entendons-nous, car ne vous attendez pas à de la subtilité de la part de John Wick). On notera également la forte inspiration du cinéma d’action asiatique, ce qui ne sera pas pour nous déplaire.

Visuel soigné (entre deux gerbes de sang)

John Wick Parabellum fait l’effort de sublimer l’action en proposant un visuel extrêmement soigné, et des décors variés qui ont le mérite de renforcer le côté spectaculaire de certaines scènes. À n’en pas douter, le travail admirable de David Schlesinger sur les décors est important à souligner, même s’il n’a certainement pas dû apprécier voir Keanu Reeves exploser tout ce qu’il avait mis plusieurs mois à fabriquer.

Quant à la prestation des acteurs, ils n’ont plus rien à prouver, sinon leur excellence. Du haut de ses 54 ans, Keanu Reeves se paye le luxe d’être plus convaincant que jamais. De Halle Berry à Mark Dacascos en passant par Lance Reddick, le gardien d’hôtel au tempérament imperturbable, les prestations offertes dans John Wick Parabellum sont à la hauteur.

Mention spéciale à Ian McShane, responsable de l’hôtel Continental, qui nous livre ici une prestation particulièrement convaincante, tout en nous arrachant quelques rires en plein milieu d’une scène d’action épique.

Notre avis

John Wick Parabellum est spectaculaire dans ses scènes de combat, intelligent dans sa mise en scène, et suit un rythme millimétré qui ne sombre jamais dans l’excès tout en déroulant une aventure palpitante. Pour les amateurs du genre, c’est une pépite. Du grand John Wick. Et au fait, oui. Il y aura une suite.

L'avis du Journal du Geek :

Une réponse à “[Critique] John Wick 3 Parabellum : Keanu Reeves bute encore plus de monde”

  1. J’ai apprécié la première moitié du film, plutôt rafraîchissante ; la 2e partie m’a semblé être diluée avec beaucoup de scènes rallongées artificiellement. 
    Du coup le film et son protagoniste perdent de leur efficacité au fur et à mesure qu’on avance, c’est bien dommage parce que c’était leur marque de fabrique et ce qui nous plaisait.
    Je pense d’ores et déjà que le 3 et le futur 4 auraient pu être condensés pour ne faire qu’un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *