Dossier

Comparatif DAC KECES vs Cambridge vs Musical Fidelity

Tests et Impressions

Par Laurent le

Le sujet des DAC de salon est toujours intéressant, car il s’agit d’un composant important de la chaîne de restitution (ne dit-on pas que la source est le composant le plus important en HiFi ?) souvent négligé dans le cas de l’écoute au casque ou depuis une source de type PC. Si certains amplis de salon proposent maintenant de plus en plus souvent une entrée USB ou optique, le choix d’un DAC externe revient régulièrement.

Trois constructeurs majeurs dans ce domaine proposent des produits très intéressants au niveau rapport qualité / prix. D’un côté Cambridge et Musical Fidelity, constructeurs anglais reconnus dans le monde de la HiFi. De l’autre Keces, entreprise coréenne spécialisée dans les DAC et plus récemment dans les amplis casque.

Au final des modèles très différents dans la philosophie que nous allons tester aujourd’hui 🙂

keces_cambridge_001

Modèles testés

Ce comparatif porte sur les modèles suivants :

Keces DA-151 mk1 : DAC avec entrée USB
Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : DAC avec entrée USB
Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : DAC avec entrée SPDIF (optique ou coaxiale)
Cambridge DacMagic : DAC avec nombreuses entrées / sorties
Musical Fidelity V-DAC : DAC limité en entrées / sorties au look austère

L’option AG-R301 Silver IEC socket upgrade de Keces est l’upgrade maximale pour les modèles de la marque. Au menu : Un son très neutre, des détails qui fourmillent sont annoncées par la marque.

Les différents DAC de ce comparatif se trouvent la plupart du temps dans les prix suivants :

– Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 400$
– Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 500$
– Cambridge DacMagic : 299€
– Musical Fidelity V-DAC : 299€

keces_cambridge_002

Packaging

Rien à dire dans tous les cas, les DACs sont livrés dans des cartons solides et doublés. Les câbles principaux (alimentation, USB) sont présents dans le packaging mais n’espérez pas y trouver toute la connectique possible et imaginable, à vous de l’acheter en plus.

Seul le V-DAC se distingue des autres par son emballage plastique qui fait plus produit de consommation courant que matériel haut de gamme. La présentation est un peu tape à l’oeil, mais le tout reste quand même solide, c’est le principal.

Finition

La finition des DAC Keces est vraiment excellente, très soignée. Les différents modèles respirent la solidité, et le design du boîtier Keces (boitier générique commun à tous les modèles) est très agréable à l’oeil. Les pieds massifs sont du plus bel effet, la robe noire mate s’accorde très bien avec les autres équipements audio, et la plaque de verre teinté sur le dessus des DAC donne un petit look sympa, surtout qu’elle laisse apparaître les composants et les LED internes.

keces_cambridge_013

De son côté le DacMagic est également très bien fini et est proposé en deux couleurs, alu ou noir, comme souvent pour les équipements HiFi. En revanche le DAC ressemble plus à un équipement de studio rackable qu’à un bel objet à laisser trôner sur son bureau.

Le V-DAC pour sa part est vraiment le moins joli des DAC de ce comparatif. Son look de brique noire pourrait encore passer inaperçu si les entrées et sorties n’étaient pas disposées des deux côtés du boitier. Le genre d’appareil à cacher dans un tiroir ou derrière son bureau.

musical_fidelity_vdac_10

En utilisation

Les Keces sont très simples d’utilisation : le bouton d’allumage, placé à l’arrière de l’appareil, est très facile d’accès, mais nécessite quand même quelques manipulations pour être atteint. Keces recommande de laisser le DAC allumé de façon à ce qu’il ne mette pas du temps à chauffer, du coup l’utilisateur n’a plus rien à faire pour utiliser le DAC une fois celui-ci branché et allumé.

Le DacMagic possède plus de fonctions et a donc plus de contrôles en façade. Le bouton d’allumage est en face avant, ce qui est agréable. Le DAC reste néanmoins très simple d’utilisation, et permet de passer rapidement d’une entrée à l’autre.

keces_cambridge_021

Le V-DAC suit la logique imposée par son look : Il ne possède pas de bouton d’allumage, c’est plus un boitier de la chaine de transmission du son qu’un appareil à part entière. Seul un switch pour choisir entres les entrées USB et SPDIF est présent. On ne peut pas faire plus simple.

Qualité audio

Pour ce comparatif, l’ensemble des écoutes a été menée en aveugle avec un volume normalisé, en comparant deux à deux les modèles à tester.
Toutes les écoutes ont été menées avec un casque Ultrasone Edition9 et une paire de Graham Slee Solo et un Headamp GS1 pour la partie amplification.
Le Keces DA-131 a été branché en USB via un adaptateur SPDIF->USB ; D’après Keces, le DA-131 est censé surpasser le DA-151 même dans cette configuration.

Remarques générales

Le DA-151 mk2 sort beaucoup moins fort que tous les autres modèles de ce comparatif, sans raison apparente. Néanmoins cela n’a pas gêné lors des écoutes puisque le volume a été normalisé en début de session à l’aide d’un sonomètre. Toutes les écoutes impliquant le DA-151 mk2 ont été faites en utilisant deux amplis Solo de façon à pouvoir gérer les deux volumes séparés sans introduire de variation de signature sonore.

Tests en aveugle

Il semble important de rappeler qu’un test en aveugle c’est bien, mais encore faut-il laisser le temps à son oreille de se faire à la signature sonore d’un équipement. Ainsi il est souvent très difficile de différencier deux équipements si l’on switche de l’un à l’autre trop vite. Tous les comparatifs suivants ont été réalisés en écoutant plus d’une minute d’une piste sans changer d’équipement à chaque fois. Certains passages intéressants des chansons ont ainsi été joués plusieurs fois d’affilée, pour chacun des équipements comparés.

Playlist de test

keces_cambridge_023

Zombie Ghost Train – Bats in the bellfry

DA-151 mk1 : Le DA-151 première version possède d’ores et déjà la signature sonore qui a fait la renommée de la marque : Le son est très neutre, clinique. La scène sonore est un poil resserrée, mais le message reste tout à fait lisible et séparation des instruments est bonne. Comparé au DA-151 mk2, le tout sonne un peu plus fermé et plus pêchu.

DA-151 mk2 : Il n’y a pas de doute, on retrouve le même type de son que son prédécesseur. La scène sonore est un peu plus large, le tout sonne plus ouvert. Le grave me semble plus tendu et le tout gagne en précision et en détails.

DacMagic : Le DacMagic passe encore un cran au-dessus en terme de scéne sonore et d’aération par rapport aux DA-151. La différence est ténue avec le DA-151 mk2 : le DacMagic a un poil plus de patate, et le bas du spectre a l’air légèrement plus présent. J’ai une légère préférence pour le DacMagic.

DA-131 mk2 : Avec le DA-131, on retrouve une scène un poil plus resserrée. Le DacMagic a infimement plus de corps et de détails, mais c’est vraiment très ténu. Le DA-131 sonne comme voilé par rapport au DacMagic. La différence entre le 151 et le 131 est imperceptible en aveugle sur ce morceau.

V-DAC : Le V-DAC est clairement au-dessus de ces petits camarades de jeu. Le DacMagic semble fouilli à côté, surtout sur ce morceau plein de reverb, d’échos, de voix arrières chantant des “ooooh”. Le V-DAC sépare l’ensemble des instruments, tout est plus lisible. La pêche du morceau est toujours là, mais tout semble plus fin, plus vivant. De plus le V-DAC est plus droit que le DacMagic, et traite tout le spectre de manière équivalente. Le plaisir d’écoute n’est pas le même.

The Herbaliser – Clap your Hands

DA-151 mk1 : la voix manque un peu d’émotion, mais le message est très lisible, assez équilibré. les aigus ne se montrent jamais agressifs, le grave est là, mais il manque un peu de tension.

DA-151 mk2 : La nouvelle version du DA-151 apporte un gros mieux au niveau de la scène sonore. Le grave est plus tendu, mieux maîtrisé. Les deux DACs procurent la même lisibilité et le même niveau de détails. La voix est bien mieux rendue, tout en émotion. Globalement le tout a plus de corps.

DacMagic : Avec le DacMagic, le morceau se met à groover : le bas du spectre est présenté légèrement en avant mais tendu et maîtrisé, la scène sonore est raisonnablement large, suffisamment pour que le tout soit aéré mais sans sonner de manière distante. En comparaison, le DA-151 mk2 sonne plus neutre, un poil moins de rondeur et un poil plus d’aération, mais la dynamique est un peu en dessous. Un poil moins de détails pour le 151.

DA-131 mk2 : pareil, ce léger voile en plus par rapport au DacMagic. Le DacMagic semble avoir une légère réverb en permanence, c’est assez agréable et suffisamment maîtrisé pour ne pas noyer les détails sur les passages complexes.

V-DAC : Comparé au DacMagic, le V-DAC marque tout de suite la différence : le son est plus ouvert, plus détaillé, plus vivant. Le V-DAC n’a pas cette bosse charmeuse dans le bas du spectre comme le DacMagic qui peut gêner à la longue, et pourtant les basses ont beaucoup plus de corps. Il sait également se faire doux quand il le faut, là où le DacMagic tente plutôt de passer en force.

Kate Nash – Pumpkin Soup

DA-151 mk1 : Le rendu général du morceau est tout à fait agréable, jusqu’à comparaison directe avec le DA-151 mk2 : La première version sonne un peu plus renfermée.

DA-151 mk2 : Les modifications apportées au DA-151 lui permettent de gagner en corps et en naturel.

DacMagic : Le DacMagic va un cran plus loin en résolution : Des détails apparaissent, la voix de Kate est bien plus naturelle, l’émotion est plus présente. Le petit plus en rondeur rend très bien sur cette chanson.

DA-131 mk2 : Le DA-131 fait revenir au son plus clinique des Keces, au détriment du côté émotionnel de l’écoute au DacMagic. En test en aveugle la différence avec son petit frère le DA-151 mk2 est vraiment ténue ; Le DA-131 gagne grâce à un très léger gain en corps.

V-DAC : Sur l’intro du morceau, le V-DAC montre toute sa maîtrise du bas du spectre : il descend plus bas que le DacMagic, et amène plus de corps à l’ensemble. La scène sonore plus ouverte fait sonner la suite du morceau de manière vraiment charmeuse, bien plus vivante et un peu moins superficielle. Là où le DacMagic se débrouille vraiment très bien, le V-DAC arrive à faire mieux.

Slash’s Snakepit – Neither Can I

DA-151 mk1 : Dès l’intro à la guitare bien rendue, le placement se ressent, le son blues ressort. Les deux guitares sont discernables sans problème.

DA-151 mk2 : Quelques voiles en moins pour la nouvelle génération et tout sonne plus précis. Le mk2 est un bon cran au-dessus du mk1. Celui-ci sonne plat en comparaison. La scène sonore est ici plus large, plus enveloppante, et le message plus aéré.

DacMagic : Il n’y a pas photo, la guitare a ce petit plus de naturel qui change tout. Le tout a encore un peu plus de corps, sonne plus juste.

DA-131 mk2 : Le rendu est très très bon, mais le DacMagic a toujours ce petit plus qui fait qu’on y revient toujours en fin de compte. Le rendu global est vraiment très très proche. Le DacMagic a une scène un poil plus large en test en aveugle, et un peu plus de patate.

V-DAC : Le V-DAC en remet une couche par rapport au DacMagic : L’intro est plus détaillée, l’ambiance est encore plus langoureuse, le son de guitare un peu plus naturel et blues. La suite du morceau confirme cela : L’écoute est plus vivante, plus chargée en émotion. On y revient sans s’en rendre compte. A la fin du morceau, l’impression de se trouver en face du guitariste n’a jamais été aussi présente.

Zenzile – Simple Lesson

DA-151 mk1 : Sur ce morceau également, le DA-151 première génération offre un son clinique, avec moins de vie que les autres concurrents.

DA-151 mk2 : La batterie martèle, les guitares s’envolent. La voix manque un peu d’émotion, mais le jeu de guitare est vraiment bien retranscrit, avec beaucoup de détails.

DacMagic : Le DacMagic a un côté encore plus naturel et mélomane que les DA-151 et 131 mk2.

DA-131 mk2 : Le DA-131 est très proche du DacMagic. Les différences sont quasiment imperceptibles sans concentration. Dans les deux cas c’est excellent, mais le DacMagic a toujours le dernier mot.

V-DAC : La différence entre le V-DAC et le DacMagic se fait ici encore remarquer aisément : La batterie martèle autant, mais n’est pas mise en avant comme avec le DacMagic. La voix du chanteur a bien plus de nuances, l’atmosphère un peu mystique du morceau ressort bien plus. Les basses sont mieux traitées, non écourtées comme avec le DacMagic.

Un outsider de choix : le Musical Fidelity X-DAC V8

Je n’ai pas résisté à introduire dans ce comparatif un modèle haut de gamme que j’ai eu la chance de pouvoir tester et comparer au DacMagic, en environnement casque (celui de ce test) et sur un système HiFi de salon de haut vol (plusieurs milliers d’euros). Dans les deux cas (bien que tout cela soit bien plus perceptible sur le système Hifi de test) la différence saute directement aux oreilles : Une finesse, une ouverture, une émotion et une ampleur que le DacMagic ne possède pas. Celui-ci sonne plat en comparaison, et sa bosse dans le bas du spectre est vraiment marquée.

Le V-DAC (seulement comparé sur mon système casque) s’en sort honorablement. La signature sonore des deux DAC est la même, le X-DAC va seulement plus loin dans tous les domaines. L’ouverture qu’il propose est vraiment agréable, et la finesse de retranscription de la musique est sublime sur les morceaux calmes. Sur des musiques plus rythmées, le X-DAC offre plus de punch et de swing que le V-DAC, il s’adapte bien mieux que ce dernier.

La hiérarchie de prix est donc respectée, heureusement pour l’acheteur. Le X-DAC V8 n’est plus produit, il se trouve d’occasion aux alentours de 1000€. Le V-DAC reste donc une solution plus qu’alléchante avant de mettre un pied dans le haut de gamme.

Conclusion

keces_cambridge_024

Quelque soit votre choix dans cette sélection de DAC d’entrée de gamme, vous ne serez pas déçus du voyage. Les deux modèles de Keces et le DacMagic de Cambridge sont vraiment de très bons modèles, au rapport qualité / prix très intéressants. Les deux Keces sont pour moi pratiquement identiques d’un point de vue purement audio, très neutres et cliniques. Un très bon choix pour ceux qui recherchent une source sans coloration, à la réponse rapide. Le DacMagic a une légère coloration qui lui confère un son plus rond, plus sympathique à l’oreille.

Pour ceux que son look ne dérange pas et qui recherchent avant tout la performance audio, je ne saurais que trop conseiller d’investir dans le V-DAC. Ce modèle peu connu (il n’a pas l’aura du DacMagic) est vraiment le grand gagnant de ce comparatif pour la partie audio. Il se rapproche du rendu que l’on atteint avec des modèles bien plus chers. Il n’est tout simplement pas dans la même gamme que le reste de ce comparatif pour la partie audio.

Notes

– Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 4/5
– Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 4/5
– Cambridge DacMagic : 4/5
– Musical Fidelity V-DAC : 5/5

Galerie photo complète

Le sujet des DAC de salon est toujours intéressant, car il s’agit d’un composant important de la chaîne de restitution (ne dit-on pas que la source est le composant le plus important en HiFi ?) souvent négligé dans le cas de l’écoute au casque ou depuis une source de type PC. Si certains amplis de salon proposent maintenant de plus en plus souvent une entrée USB ou optique, le choix d’un DAC externe revient régulièrement.

Trois constructeurs majeurs dans ce domaine proposent des produits très intéressants au niveau rapport qualité / prix. D’un côté Cambridge et Musical Fidelity, constructeurs anglais reconnus dans le monde de la HiFi. De l’autre Keces, entreprise coréenne spécialisée dans les DAC et plus récemment dans les amplis casque.

Au final des modèles très différents dans la philosophie que nous allons tester aujourd’hui 🙂

keces_cambridge_001

Modèles testés

Ce comparatif porte sur les modèles suivants :

Keces DA-151 mk1 : DAC avec entrée USB
Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : DAC avec entrée USB
Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : DAC avec entrée SPDIF (optique ou coaxiale)
Cambridge DacMagic : DAC avec nombreuses entrées / sorties
Musical Fidelity V-DAC : DAC limité en entrées / sorties au look austère

L’option AG-R301 Silver IEC socket upgrade de Keces est l’upgrade maximale pour les modèles de la marque. Au menu : Un son très neutre, des détails qui fourmillent sont annoncées par la marque.

Les différents DAC de ce comparatif se trouvent la plupart du temps dans les prix suivants :

– Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 400$
– Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 500$
– Cambridge DacMagic : 299€
– Musical Fidelity V-DAC : 299€

keces_cambridge_002

Packaging

Rien à dire dans tous les cas, les DACs sont livrés dans des cartons solides et doublés. Les câbles principaux (alimentation, USB) sont présents dans le packaging mais n’espérez pas y trouver toute la connectique possible et imaginable, à vous de l’acheter en plus.

Seul le V-DAC se distingue des autres par son emballage plastique qui fait plus produit de consommation courant que matériel haut de gamme. La présentation est un peu tape à l’oeil, mais le tout reste quand même solide, c’est le principal.

Finition

La finition des DAC Keces est vraiment excellente, très soignée. Les différents modèles respirent la solidité, et le design du boîtier Keces (boitier générique commun à tous les modèles) est très agréable à l’oeil. Les pieds massifs sont du plus bel effet, la robe noire mate s’accorde très bien avec les autres équipements audio, et la plaque de verre teinté sur le dessus des DAC donne un petit look sympa, surtout qu’elle laisse apparaître les composants et les LED internes.

keces_cambridge_013

De son côté le DacMagic est également très bien fini et est proposé en deux couleurs, alu ou noir, comme souvent pour les équipements HiFi. En revanche le DAC ressemble plus à un équipement de studio rackable qu’à un bel objet à laisser trôner sur son bureau.

Le V-DAC pour sa part est vraiment le moins joli des DAC de ce comparatif. Son look de brique noire pourrait encore passer inaperçu si les entrées et sorties n’étaient pas disposées des deux côtés du boitier. Le genre d’appareil à cacher dans un tiroir ou derrière son bureau.

musical_fidelity_vdac_10

En utilisation

Les Keces sont très simples d’utilisation : le bouton d’allumage, placé à l’arrière de l’appareil, est très facile d’accès, mais nécessite quand même quelques manipulations pour être atteint. Keces recommande de laisser le DAC allumé de façon à ce qu’il ne mette pas du temps à chauffer, du coup l’utilisateur n’a plus rien à faire pour utiliser le DAC une fois celui-ci branché et allumé.

Le DacMagic possède plus de fonctions et a donc plus de contrôles en façade. Le bouton d’allumage est en face avant, ce qui est agréable. Le DAC reste néanmoins très simple d’utilisation, et permet de passer rapidement d’une entrée à l’autre.

keces_cambridge_021

Le V-DAC suit la logique imposée par son look : Il ne possède pas de bouton d’allumage, c’est plus un boitier de la chaine de transmission du son qu’un appareil à part entière. Seul un switch pour choisir entres les entrées USB et SPDIF est présent. On ne peut pas faire plus simple.

Qualité audio

Pour ce comparatif, l’ensemble des écoutes a été menée en aveugle avec un volume normalisé, en comparant deux à deux les modèles à tester.
Toutes les écoutes ont été menées avec un casque Ultrasone Edition9 et une paire de Graham Slee Solo et un Headamp GS1 pour la partie amplification.
Le Keces DA-131 a été branché en USB via un adaptateur SPDIF->USB ; D’après Keces, le DA-131 est censé surpasser le DA-151 même dans cette configuration.

Remarques générales

Le DA-151 mk2 sort beaucoup moins fort que tous les autres modèles de ce comparatif, sans raison apparente. Néanmoins cela n’a pas gêné lors des écoutes puisque le volume a été normalisé en début de session à l’aide d’un sonomètre. Toutes les écoutes impliquant le DA-151 mk2 ont été faites en utilisant deux amplis Solo de façon à pouvoir gérer les deux volumes séparés sans introduire de variation de signature sonore.

Tests en aveugle

Il semble important de rappeler qu’un test en aveugle c’est bien, mais encore faut-il laisser le temps à son oreille de se faire à la signature sonore d’un équipement. Ainsi il est souvent très difficile de différencier deux équipements si l’on switche de l’un à l’autre trop vite. Tous les comparatifs suivants ont été réalisés en écoutant plus d’une minute d’une piste sans changer d’équipement à chaque fois. Certains passages intéressants des chansons ont ainsi été joués plusieurs fois d’affilée, pour chacun des équipements comparés.

Playlist de test

keces_cambridge_023

Zombie Ghost Train – Bats in the bellfry

DA-151 mk1 : Le DA-151 première version possède d’ores et déjà la signature sonore qui a fait la renommée de la marque : Le son est très neutre, clinique. La scène sonore est un poil resserrée, mais le message reste tout à fait lisible et séparation des instruments est bonne. Comparé au DA-151 mk2, le tout sonne un peu plus fermé et plus pêchu.

DA-151 mk2 : Il n’y a pas de doute, on retrouve le même type de son que son prédécesseur. La scène sonore est un peu plus large, le tout sonne plus ouvert. Le grave me semble plus tendu et le tout gagne en précision et en détails.

DacMagic : Le DacMagic passe encore un cran au-dessus en terme de scéne sonore et d’aération par rapport aux DA-151. La différence est ténue avec le DA-151 mk2 : le DacMagic a un poil plus de patate, et le bas du spectre a l’air légèrement plus présent. J’ai une légère préférence pour le DacMagic.

DA-131 mk2 : Avec le DA-131, on retrouve une scène un poil plus resserrée. Le DacMagic a infimement plus de corps et de détails, mais c’est vraiment très ténu. Le DA-131 sonne comme voilé par rapport au DacMagic. La différence entre le 151 et le 131 est imperceptible en aveugle sur ce morceau.

V-DAC : Le V-DAC est clairement au-dessus de ces petits camarades de jeu. Le DacMagic semble fouilli à côté, surtout sur ce morceau plein de reverb, d’échos, de voix arrières chantant des “ooooh”. Le V-DAC sépare l’ensemble des instruments, tout est plus lisible. La pêche du morceau est toujours là, mais tout semble plus fin, plus vivant. De plus le V-DAC est plus droit que le DacMagic, et traite tout le spectre de manière équivalente. Le plaisir d’écoute n’est pas le même.

The Herbaliser – Clap your Hands

DA-151 mk1 : la voix manque un peu d’émotion, mais le message est très lisible, assez équilibré. les aigus ne se montrent jamais agressifs, le grave est là, mais il manque un peu de tension.

DA-151 mk2 : La nouvelle version du DA-151 apporte un gros mieux au niveau de la scène sonore. Le grave est plus tendu, mieux maîtrisé. Les deux DACs procurent la même lisibilité et le même niveau de détails. La voix est bien mieux rendue, tout en émotion. Globalement le tout a plus de corps.

DacMagic : Avec le DacMagic, le morceau se met à groover : le bas du spectre est présenté légèrement en avant mais tendu et maîtrisé, la scène sonore est raisonnablement large, suffisamment pour que le tout soit aéré mais sans sonner de manière distante. En comparaison, le DA-151 mk2 sonne plus neutre, un poil moins de rondeur et un poil plus d’aération, mais la dynamique est un peu en dessous. Un poil moins de détails pour le 151.

DA-131 mk2 : pareil, ce léger voile en plus par rapport au DacMagic. Le DacMagic semble avoir une légère réverb en permanence, c’est assez agréable et suffisamment maîtrisé pour ne pas noyer les détails sur les passages complexes.

V-DAC : Comparé au DacMagic, le V-DAC marque tout de suite la différence : le son est plus ouvert, plus détaillé, plus vivant. Le V-DAC n’a pas cette bosse charmeuse dans le bas du spectre comme le DacMagic qui peut gêner à la longue, et pourtant les basses ont beaucoup plus de corps. Il sait également se faire doux quand il le faut, là où le DacMagic tente plutôt de passer en force.

Kate Nash – Pumpkin Soup

DA-151 mk1 : Le rendu général du morceau est tout à fait agréable, jusqu’à comparaison directe avec le DA-151 mk2 : La première version sonne un peu plus renfermée.

DA-151 mk2 : Les modifications apportées au DA-151 lui permettent de gagner en corps et en naturel.

DacMagic : Le DacMagic va un cran plus loin en résolution : Des détails apparaissent, la voix de Kate est bien plus naturelle, l’émotion est plus présente. Le petit plus en rondeur rend très bien sur cette chanson.

DA-131 mk2 : Le DA-131 fait revenir au son plus clinique des Keces, au détriment du côté émotionnel de l’écoute au DacMagic. En test en aveugle la différence avec son petit frère le DA-151 mk2 est vraiment ténue ; Le DA-131 gagne grâce à un très léger gain en corps.

V-DAC : Sur l’intro du morceau, le V-DAC montre toute sa maîtrise du bas du spectre : il descend plus bas que le DacMagic, et amène plus de corps à l’ensemble. La scène sonore plus ouverte fait sonner la suite du morceau de manière vraiment charmeuse, bien plus vivante et un peu moins superficielle. Là où le DacMagic se débrouille vraiment très bien, le V-DAC arrive à faire mieux.

Slash’s Snakepit – Neither Can I

DA-151 mk1 : Dès l’intro à la guitare bien rendue, le placement se ressent, le son blues ressort. Les deux guitares sont discernables sans problème.

DA-151 mk2 : Quelques voiles en moins pour la nouvelle génération et tout sonne plus précis. Le mk2 est un bon cran au-dessus du mk1. Celui-ci sonne plat en comparaison. La scène sonore est ici plus large, plus enveloppante, et le message plus aéré.

DacMagic : Il n’y a pas photo, la guitare a ce petit plus de naturel qui change tout. Le tout a encore un peu plus de corps, sonne plus juste.

DA-131 mk2 : Le rendu est très très bon, mais le DacMagic a toujours ce petit plus qui fait qu’on y revient toujours en fin de compte. Le rendu global est vraiment très très proche. Le DacMagic a une scène un poil plus large en test en aveugle, et un peu plus de patate.

V-DAC : Le V-DAC en remet une couche par rapport au DacMagic : L’intro est plus détaillée, l’ambiance est encore plus langoureuse, le son de guitare un peu plus naturel et blues. La suite du morceau confirme cela : L’écoute est plus vivante, plus chargée en émotion. On y revient sans s’en rendre compte. A la fin du morceau, l’impression de se trouver en face du guitariste n’a jamais été aussi présente.

Zenzile – Simple Lesson

DA-151 mk1 : Sur ce morceau également, le DA-151 première génération offre un son clinique, avec moins de vie que les autres concurrents.

DA-151 mk2 : La batterie martèle, les guitares s’envolent. La voix manque un peu d’émotion, mais le jeu de guitare est vraiment bien retranscrit, avec beaucoup de détails.

DacMagic : Le DacMagic a un côté encore plus naturel et mélomane que les DA-151 et 131 mk2.

DA-131 mk2 : Le DA-131 est très proche du DacMagic. Les différences sont quasiment imperceptibles sans concentration. Dans les deux cas c’est excellent, mais le DacMagic a toujours le dernier mot.

V-DAC : La différence entre le V-DAC et le DacMagic se fait ici encore remarquer aisément : La batterie martèle autant, mais n’est pas mise en avant comme avec le DacMagic. La voix du chanteur a bien plus de nuances, l’atmosphère un peu mystique du morceau ressort bien plus. Les basses sont mieux traitées, non écourtées comme avec le DacMagic.

Un outsider de choix : le Musical Fidelity X-DAC V8

Je n’ai pas résisté à introduire dans ce comparatif un modèle haut de gamme que j’ai eu la chance de pouvoir tester et comparer au DacMagic, en environnement casque (celui de ce test) et sur un système HiFi de salon de haut vol (plusieurs milliers d’euros). Dans les deux cas (bien que tout cela soit bien plus perceptible sur le système Hifi de test) la différence saute directement aux oreilles : Une finesse, une ouverture, une émotion et une ampleur que le DacMagic ne possède pas. Celui-ci sonne plat en comparaison, et sa bosse dans le bas du spectre est vraiment marquée.

Le V-DAC (seulement comparé sur mon système casque) s’en sort honorablement. La signature sonore des deux DAC est la même, le X-DAC va seulement plus loin dans tous les domaines. L’ouverture qu’il propose est vraiment agréable, et la finesse de retranscription de la musique est sublime sur les morceaux calmes. Sur des musiques plus rythmées, le X-DAC offre plus de punch et de swing que le V-DAC, il s’adapte bien mieux que ce dernier.

La hiérarchie de prix est donc respectée, heureusement pour l’acheteur. Le X-DAC V8 n’est plus produit, il se trouve d’occasion aux alentours de 1000€. Le V-DAC reste donc une solution plus qu’alléchante avant de mettre un pied dans le haut de gamme.

Conclusion

keces_cambridge_024

Quelque soit votre choix dans cette sélection de DAC d’entrée de gamme, vous ne serez pas déçus du voyage. Les deux modèles de Keces et le DacMagic de Cambridge sont vraiment de très bons modèles, au rapport qualité / prix très intéressants. Les deux Keces sont pour moi pratiquement identiques d’un point de vue purement audio, très neutres et cliniques. Un très bon choix pour ceux qui recherchent une source sans coloration, à la réponse rapide. Le DacMagic a une légère coloration qui lui confère un son plus rond, plus sympathique à l’oreille.

Pour ceux que son look ne dérange pas et qui recherchent avant tout la performance audio, je ne saurais que trop conseiller d’investir dans le V-DAC. Ce modèle peu connu (il n’a pas l’aura du DacMagic) est vraiment le grand gagnant de ce comparatif pour la partie audio. Il se rapproche du rendu que l’on atteint avec des modèles bien plus chers. Il n’est tout simplement pas dans la même gamme que le reste de ce comparatif pour la partie audio.

Notes

– Keces DA-151 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 4/5
– Keces DA-131 mk2, option AG-R301 Silver IEC socket upgrade : 4/5
– Cambridge DacMagic : 4/5
– Musical Fidelity V-DAC : 5/5

Galerie photo complète