Dossier

Diablo : Retour sur une BlizzCon 2018 qui a déçu

Jeux Vidéo

Par Jules le

Ils attendaient Diablo 4, ils ont eu Diablo Immortal. Les fans de la cultissime saga de hack n'slash ont été particulièrement désillusionnés par la cuvée 2018 de la BlizzCon. Et croyez-nous, ils ne se sont pas retenus de le faire savoir.

En regardant le nombre de pouces rouges sous la vidéo YouTube, on pourrait penser que l’on s’est trompé et que l’on est tombé par erreur sur la bande-annonce de Call of Duty Infinite Warfare ou sur un clip de Justin Bieber. Les fans de Blizzard ne sont pourtant pas difficiles avec les productions de l’éditeur américain. On en veut pour preuve les trailers de personnages d’Overwatch ou les bandes-annonces de World of Warcraft qui croulent sous les retours positifs.

Mais non, on ne fabule pas. Nous sommes bien en face de la bande-annonce de Diablo Immortal, le prochain opus de la saga exclusif aux smartphones, et cette dernière cumule 650K pouces rouges pour “à peine” 24K “J’aime“. Et encore, on vous passe les nombreux commentaires au vocabulaire fleuri et guilleret. Alors pourquoi un tel déferlement de colère contre le premier jeu Diablo depuis 7 ans ?

Tout simplement parce que Blizzard s’est foutu de nous”, estime Nicolas, 25 ans, web-designer et fan de la saga depuis la première heure. Retour sur une BlizzCon qui a déçu et une licence qui semble échapper un peu plus à ses fans.

Back in the days, when the life was easy

Un petit peu d’histoire pour commencer. Le 15 mai 2012, douze années après la sortie de l’excellent Diablo II, Blizzard daignait enfin lâcher Diablo III entre les mains des amateurs de hack n’slash. Le succès fut aussi bien critique (88 de moyenne sur Metacritics, un score équivalent à celui de son prédécesseur) que commercial (l’éditeur américain annonçait 15 millions de copies vendues deux ans après sa sortie).

Tout n’est pas non plus rose, puisque les joueurs reprochent à Tonton Blibli de ne pas les laisser jouer en mode offline, la connexion aux serveurs de Battle.net étant obligatoire, d’avoir fait l’impasse sur le PVP et d’avoir intégré un Hôtel de Ventes qui s’apparente plus à du Pay-to-win car on peut y dépenser de l’argent réel.

Des soucis corrigés par Blizzard dans les mois qui ont suivi. La connexion obligatoire n’a pas disparu, mais les serveurs sont devenus plus stables. L’Hôtel de Ventes a été mis à la porte sans autre forme de procès et une petite zone de PVP a été mise en place. Enfin, une extension majeure répondant au doux nom de Reaper of Souls est ajoutée le 25 mars 2014, intégrant ainsi une nouvelle classe de personnage, un acte supplémentaire et un énième mode de jeu. Bref tout allait pour le mieux.

Charisma : 3

Sauf qu’au fil des ans, la licence Diablo ne donne que peu de nouvelles aux fans, passant en coup de vent lors diverses éditions de la BlizzCon que pour faire connaître les différents portages de Diablo III sur les consoles de salon, ainsi que les mises à jour occasionnelles.

Mais pour la Blizzcon 2018, c’était différent. Cela faisait des mois que Blizzard promettait de grandes choses pour Diablo“, nous confie Tanguy, autre gros amateur de la licence. C’est donc fébrile que les fans de la saga hack n’slash attendent cette cuvée 2018 de la Grand-messe de Blizzard. Pour eux, Blizzard ne peut qu’annoncer Diablo 4.

Le jour J, au fil du bal des annonces, il devient de plus en plus évident que Diablo conclura la conférence de l’éditeur américain. Dans la salle comme sur les réseaux sociaux. Puis soudain, c’est la douche froide avec l’annonce de Diablo Immortal. Plutôt que clou du spectacle, le jeu mobile a des allures de clou dans un cercueil. Imagine que tu n’as pas mangé pendant quatre jours, et que tout ce qu’on te file, c’est un chewing-gum au goût douteux“, enrage Tanguy.

Les représentants du studio se font huer sur scène lorsqu’ils précisent que le jeu ne sera disponible que sur iOS et Android. Un concert de huées qui a repris de plus belle lorsqu’un l’un d’entres eux demande à l’assistance, sur le ton de l’humour : “Bah quoi ? Vous n’avez pas de smartphones ?

Blizzard a vraiment raté sa communication“, constate Nicolas. “Surtout qu’après la conférence, on a appris que Blizzard avait une vidéo d’annonce pour Diablo 4, mais ne voulait pas la montrer à la BlizzCon.”

Pour moi, c’est de la paresse“, tempête Tanguy. “Diablo Immortal a tout de la repompe de Endless of Gods (un hack n’slash mobile chinois sorti en 2016 qui ressemble beaucoup à Diablo). Blizzard se fiche de nous et veux juste envahir le marché chinois. Et je ne vous parle même pas du fait qu’il ne sortira pas sur PC.”

Quoi qu’il en soit la grogne des joueurs n’est pas passée inaperçue puisqu’elle a fait peur aux investisseurs. Depuis l’annonce de Diablo Immortal jusqu’à l’écriture de ces lignes, l’action de Blizzard a connu une baisse de 17,70%. Une chose est sûre : cette BlizzCon 2018 a déçu beaucoup de monde. Dans un sens, la communication de Blizzard était à revoir : s’il fallait présenter Diablo 4, c’était bien lors de la BlizzCon et non à une date ultérieure. En même temps, on comprend l’absence du titre : son annonce aurait complètement éclipsé celle de Diablo Immortal. Si le 4e opus de Diablo avait été présenté lors de la conférence, l’accueil pour le titre mobile aurait cependant sans doute été malgré tout assez froid. Les joueurs occidentaux ne sont pas la cible et Diablo Immortal n’est finalement que la mise en application de la volonté de Blizzard de renforcer sa présence sur le marché asiatique.