Dossier

[Dossier] On a sélectionné pour vous les 5 pires et les 5 meilleurs films de super-héros

Les pires films de super-héros

Dossiers / Comparatifs

Par Pierre le

Des purges, il y en a eu dans le monde des super-héros. On pourrait vous parler de Green Lantern, de Captain America 1990, de Suicide Squad ou même d’Elektra. Néanmoins, il existe encore pire dans le monde des gens en collants. Des films qui sont certes mauvais, mais qui ont le mérite d’avoir fait comprendre aux studios que quelque chose ne tournait pas rond. De plus, un mauvais film est toujours intéressant à étudier dans son contexte. Nous allons donc nous pencher sur cinq cas de films complètements moisis. Des films qui, même s’ils sont très mauvais, sont toujours agréables à regarder avec des bières et des potes.

L'affreux Elektra de 2004
L’affreux Elektra de 2004

Notons que ces films sont classés par ordre chronologique, et non par ordre de qualité.

Superman IV (1987)

Le premier Superman de Richard Donner a porté brillamment le personnage emblématique à l’écran. Puis, le film a connu trois suites. Et la qualité a baissé au fil des épisodes. Après l’échec du troisième volet en 1983, la licence passe sous l’égide de la Cannon, la plus grande usine à nanars des années 80. Et le studio lance un quatrième volet avec le casting d’origine, mais avec un budget ridicule de 17 millions de dollars.

Superman IV voit donc le jour en 1987 et est un échec total, aussi bien critique que commercial. Il faut dire que le discours neuneu, le scénario complètement surréaliste ainsi que les acteurs faisant simplement acte de présence n’aident pas.

Superman IV enterre la licence Superman au cinéma, tant elle ne fait plus recette. En 1997, Tim Burton essaye de donner un nouveau souffle au personnage avec Superman Lives (avec Nicolas Cage dans le rôle titre), mais le projet est finalement mis à la poubelle. Il faudra attendre 2006 pour un nouveau long-métrage : Superman Returns.

Un film réalisé par Bryan Singer dont la filiation avec la saga d’origine est particulière. En effet, il se veut la suite de Superman I et II, mais occulte totalement Superman III et IV. Néanmoins, il réalise encore une contre-performance au box-office et il faudra attendre 2013 pour revoir le personnage dans Man of Steel de Zack Snyder.

Steel (1997)

Warner veut lancer un nouveau personnage DC à l’écran avec Steel. Bien que petit, le projet naît tout de même d’une bonne volonté. Néanmoins, le film est une catastrophe totale, tant par son non respect du matériau d’origine que sa réalisation aux fraises.

Steel, c’est surtout l’ambition de faire de Shaquille O’Neal, alors basketteur dans l’équipe des Lakers, une star du cinéma d’action. Après l’échec de Kazaam, Steel est donc sa nouvelle chance. Une chance gâchée, tant le film est ridiculement mauvais. Certains affirment même à demi-mot qu’il a convaincu la Warner de ne plus tenter de films avec des super-héros inconnus. Steel a engrangé moins de deux millions de dollars au box-office pour un budget de… 16 millions.

Batman et Robin (1997)

Un classique. Batman et Robin est le film qui a tué Batman au cinéma, l’obligeant à une pause de huit ans. Après Batman Le Défi, la Warner remplace Tim Burton, souhaitant un univers plus cartoon afin de vendre des produits dérivés. Batman Forever sort en 1995 et une suite est lancée. Joel Schumacher rempile et décide cette fois d’y aller à fond, pour rendre hommage au Batman des années 1960.

Néanmoins, le film est mauvais. Très mauvais. Ce n’est pas l’aspect cartoon qui gêne, mais bien la non-compréhension du ton par Schumacher. Si Batman 66 était ridicule mais subtil, Batman et Robin se vautre dans la bêtise crasse et s’y roule avec plaisir. Ajoutez à cela un casting en roue libre total (mention spéciale à un Schwarzy alors décadent qui donne tout ce qu’il a pour ne pas sombrer) et un scénario des plus plats : vous avez Batman et Robin.

Mais ce qui fait le plus mal, c’est de savoir que Batman et Robin ainsi que Batman Forever sont bien considérés comme des suites aux deux films de Burton.

Un cinquième volet devait voir le jour après B&R. Néanmoins, devant la catastrophe critique et l’échec d’autres projets comme Steel, la Warner abandonne, laissant Batman tranquille pour un temps. Les huit années suivantes sont parsemées de projets plus ou moins sérieux. Clint Eastwood est envisagé pour jouer un vieux Batman dans l’adaptation de The Dark Knight Returns, Darren Aronofsky travaille un temps sur un film Batman très (trop ?) sombre, où notre héros pète sauvagement des dents et vit comme un clochard dans le métro. Mais la renaissance viendra avec un certain Christopher Nolan, qui met en scène Batman Begins en 2005.

Catwoman (2003)

Un gros bon navet, celui-là. Réalisé par le français Pitof (Vidocq), Catwoman est sans doute le pire film de super-héros que nous ait offert Warner. Le matériau de base ? On s’en cogne !

Halle Berry, Sharon Stone, Lambert Wilson, le film jouit d’un casting très correct. Mais la réalisation aux fraises (ce montage, au secours !), son histoire complètement farfelue racontée d’un ton très premier degré, ses scènes de combats tournées à l’arrache, ses effets spéciaux des années 80 (mon Dieu, les chats !)… rien ne va dans ce film.

Pourquoi Catwoman ? Batman étant en friche depuis Batman et Robin, il fallait bien trouver un personnage à exploiter pour Warner, qui a finalement choisi d’utiliser une héroïne inédite (Patience Phillips) dotée d’un nom connu du public. Un échec total.

Fantastic Four (2015)

Celui-ci est intéressant. Alors que Marvel est en faillite à la fin des années 90, la Maison des Idées vend ses licences à divers studios histoire de se sauver. Les Quatre Fantastiques atterrissent chez la Fox, qui produit deux films en 2005 et 2007.

Mais les droits sont limités dans le temps. Si la Fox n’exploite plus la licence pendant un certain temps, elle revient dans le giron de Marvel. Et Marvel a les dents longues à partir de 2008, créant son Marvel Cinematic Universe. La Fox cherche donc à garder sa licence (avec d’autres, comme X-Men) et souhaite faire un nouveau film consacré aux Quatre Fantastiques. La réalisation est confiée à Josh Trank, réalisateur de Chronicle.

Mais à la sortie du film, c’est la cata. Il est mauvais à s’en arracher les yeux. Une véritable débâcle commence chez la Fox. Josh Trank est très vite sorti de son silence, accusant la Fox de l’avoir saboté. En guise de réponse, la Fox l’accuse d’avoir fait n’importe quoi avec son budget alloué (120 millions de dollars). On parle même d’une histoire de consommation de drogue. Bref, c’est le dawa total.

Une suite devait voir le jour, néanmoins, avec l’échec retentissant du projet, elle a été mise de côté. Bien de côté.

Bonus : Les Quatre Fantastiques (1994)

Ici, le cas est un peu similaire au film de Josh Trank. New Horizons, qui avait acheté les droits des personnages, a décidé de faire se film pour ne pas les perdre. Ainsi, ce film est réalisé à la va-vite avec un budget ridicule de 1,5 million de dollars. Il n’est jamais sorti en salles.

Parce qu’un trailer vaut mieux que mille mots :