Dossier

[On joue à des jeux de société – épisode 28] La sélection de la semaine

Jeux Vidéo

Par Feel le

Nous abandonnons quelques temps les épisodes à thème pour vous proposer une sélection hebdomadaire de neuf titres. Déjà parce que cela permet de coller plus facilement à l’actu tout en glissant quelques titres plus anciens mais qui méritent d’être mis en avant, mais aussi et surtout parce qu’on fait un peu ce qu’on veut. Allez, c’est parti pour la sélection de la semaine, pleine de trucs très chouettes !

8Bit Box

Fiche d’identité
Auteurs : Franck Crittin, Grégoire Largey
Édité par Iello
3 à 6 joueurs / 6 ans+ / 30min+
Prix conseillé : 35€

Il n’est pas rare de voir des jeux de société largement inspirés de jeux vidéo. Mais Iello a décidé de pousser le truc encore plus loin avec sa 8Bit Box, la première « console de jeux de société » ! Bon, alors autant le dire tout de suite, le concept est génial. Vous achetez la boite de base, qui contient le nécessaire pour 6 joueurs (6 manettes de jeu, des dés et des cubes) et 3 premiers jeux. Puis, Iello compte sortir régulièrement des nouveaux jeux, à 10€ pièce ! L’exploit est réalisable du fait que les deux tiers du matos nécessaire à chaque jeu se trouve dans la boîte de base. Attendez-vous donc à voir surgir des dérivés de tous les grands classiques de l’ère 8-16 bits des jeux vidéo.

En attendant, histoire de se faire la main, la 8Bit Box propose un clone de Pacman jouable à 4, un genre de Wipeout dans lequel les pilotes vont devoir prendre des risques et gérer leur précieux carburant et un Track-n-Field basé sur un système d’enchère, qui du coup ne demande pas de fumer ses manettes en bourrinant les touches comme un possédé.
On est fan.

On aime :

  • Le concept, génial
  • La promesse de tout un tas d’autres jeux
  • Le toucher des manettes de jeu et les possibilités

Affinity

Fiche d’identité
Auteurs : Clément Leclercq, Jean Philippe Sahut, Roméo Hennion, Daby Bernard
Illustrateur : Emma Ferraro
Édité par Game Flow
3 à 8 joueurs / 8 ans+ / 30min
Prix conseillé : 20€

« Le père Noël regarde de loin les enfants, caché derrière un buisson » Glauque ? Drôle ? Triste ? Poétique ? À vous de voir, mais ne vous trompez pas, car c’est le concept même d’Affinity. Au début de chaque manche, chaque joueur se voir remettre une de ces quatre émotions, face cachée, qu’il (ou elle) est seul(e) à connaître. Disposant de trois cartes début, milieu et fin de récit, il faudra, lors de votre tour, composer une histoire en trois parties correspondant à l’émotion que vous représentez. Les autres joueurs se concertant alors pour donner leur avis.
Et c’est là qu’on commence à se marrer. Si certains combos donnent lieu à des histoires dont l’émotion ne laisse aucun doute et vous permet d’avancer tous ensemble vers la victoire, d’autres risquent plutôt de provoquer fous-rires et grognements autour de la table.

On aime :

  • Certaines situations hilarantes
  • La boîte qui sert de plateau de jeu

Baïam

Fiche d’identité
Auteur : Shuky
Illustrateur : Gorobeï
Édité par Blue Orange
1 à 4 joueurs / 7 ans + / 1h
Prix conseillé : 25€

Si vous aimez les livres dont vous êtes le héros, les énigmes, les aventures, la fratrie et la BD, alors vous allez adorer Baïam. Il s’agit effectivement non pas d’une , mais de quatre bandes dessinées, relatant chacune les aventures d’un membre d’une famille. Le twist intéressant est que ces 4 aventures se déroulent simultanément et que chaque héros/héroïne aura besoin des autres pour tout découvrir. Vous et vos amis allez donc avancer, chacun en lisant vos propres pages, mais simultanément, chacun découvrant des choses différentes à différents endroits, selon les capacités uniques de votre personnage.

Si l’on sent durant l’aventure que le concept n’est pas encore parfait, on salue l’ambition du projet et surtout le travail graphique, tout à fait à la hauteur d’une publication classique. Aussi bien jouable par des adultes que par des enfants, Baïam vous propose non pas une, mais deux aventures dans a même boîte, histoire de ne pas faire comme tout le monde, une fois de plus.

On aime :

  • C’est très joli
  • Un ambitieux projet

Chronicles of Crime

Fiche d’identité
Auteur : David Cicurel
Édité par Lucky Duck Games
1 à 4 joueurs / 12 ans+ / 30min+
Prix conseillé : 29€

Et voilà, ça devait arriver, la folle à chats de Notting Hill a été assassinée, ainsi que ses chats ! Mais qui pourrait donc en vouloir à cette pauvre dame solitaire, qui sentait le formol et la litière ? Et bien c’est ce que vous allez devoir découvrir, seul(e) ou avec vos amis. Pour cela, le jeu fonctionne conjointement à une app et à un judicieux système de réalité virtuelle très très bien pensé. Inspectez les lieux du crime comme si vous y étiez, en utilisant le gyroscope de votre téléphone pour vous y déplacer d’une façon plus vraie que nature.

L’immersion est totale et l’app fait parfaitement son boulot. À tel point qu’on peu dire qu’il s’agit d’un jeu hybride, tant l’application est aussi importante que le matériel présent dans la boîte. Et comme il s’agit d’un jeu d’enquêtes (5 sont présentes dans la boîte de base et d’autres arrivent en extensions), vous allez devoir tenter de découvrir le pot-aux-roses dans un temps limité. Les suspects et autres témoins vivant leur vie normalement, vous devrez vous organiser pour ne pas les rater.

Tout un tas de spécialistes sont prêts à vous aider, de la scientifique au hacker, et vous demanderont pour cela de scanner le QR code correspondant à l’élément de jeu que vous voudrez partager avec eux.
C’est brillant, c’est intense, c’est TRÈS bien foutu et c’est un de nos coups de cœur de la semaine.

On aime :

  • La gestion réaliste du temps
  • L’immersion
  • L’esthétique

Exit

Fiche d’identité
Auteur : Markus et Inka Brand
Illustrateur : Franz Vohwinkel
Édité par Iello
Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 1 à 6 / 12+ / 1h
Prix conseillé : 15€

Exit est la gamme de jeux d’énigmes de type « Escape Game » de Iello dont le huitième opus, Le Cadavre de l’Orient Express arrive le 26 octobre. Proposant un univers unique dans chaque nouvelle aventure et le matériel nécessaire pour vous en sortir, Exit vous demandera juste du papier, des crayons… et une bonne dose de matière grise. Autant dire que si votre programme favori à la télé est TPMP, c’est peut-être pas le meilleur jeu pour vous. Par contre, si vous êtes amateur/trice d’escape game, d’ambiances à la livre dont fous êtes le héros et de triturage de cerveau, alors c’est une gamme qui ne va pas manquer de vous plaire.

Attention toutefois, il est important de savoir qu’il s’agit de jeux à usage unique, déjà parce qu’une fois qu’on connaît les énigmes il n’y a plus d’intérêt à les refaire, mais aussi et surtout parce qu’il faut généralement défoncer le matos pour avancer (déchirer des cartes, plier ou découper le livret, etc.). Autant dire que les psychorigides du jeu de société vont un tout petit peu grincer des dents. Mais c’est pas grave, c’est dans le thème.
Alors mettez-vous une bonne musique d’ambiance, réunissez vos amis les plus brillants, et lancez-vous dans une des nombreuses aventures que proposent les Exit !

On aime :

  • Le matériel à réellement utiliser pour s’en sortir
  • Jouer à plusieurs pour maximiser les points de vue
  • Les multiples thèmes
  • Le petit prix

 

Kooz

Fiche d’identité
Auteur : Charles Balbont & Amélie Pornin
2 à 6 / 8 ans+ / 20min
Prix conseillé : 14€
Sur Ulule en ce moment même : https://fr.ulule.com/kooz/

« À mi-chemin entre le Poker et le trouduc », voilà comment commencent les règles qui du coup nous mettent directement dans le bain. Kooz est un jeu de cartes où bluff, stratégie et culot sont les maîtres mots. Tour à tour, les joueurs vont devoir poser une série de cartes identiques, face cachée et annoncer ce qu’ils ont posé. Sauf que vous avez tout à fait le droit de mentir (il paraît qu’il faut appeler ça bluffer, que ça passe mieux dans le milieu).

Le joueur suivant doit alors poser une série plus élevée que la votre, tout en ayant là encore la possibilité de bluffer. Et bien entendu, à tout moment, un joueur peut crier « Tu bluffes ! » (ajoutez « Martoni » pour un bel hommage à un grand film). Là, si le joueur accusé avait menti, il se mange toutes les cartes jouées présentes sur la table (il les reprend en main, n’essayez pas de les manger vraiment). S’il a par contre dit la vérité, c’est l’accusateur qui ramasse. Quelques cartes spéciales viennent ajouter du piment et complexifier un peu les règles pour les habitués des jeux de bluff.

On aime :

  • Hurler « Tu bluffes ! » n’importe quand
  • Le format qui tient dans une poche

Orbis

Fiche d’identité
Auteur : Tim Amstrong
Illustrateur : Davide Tosselo
Édité par Space Cowboys
2 à 4 / 10 ans+ / 1h
Prix conseillé : 29€

Devenir un dieu, ça vous chante ? Bon et bien c’est en partie ce que vous propose Orbis. Ça et surtout un excellent jeu abstrait, qui casse bien la tête. Vous allez devoir construire un monde sur une base pyramidale, en empilant des tuiles tout en respectant une règle simple, mais diablement punitive si vous faites une erreur : une tuile ne peut se superposer qu’à au moins une tuile de la même couleur.

Neuf tuiles sont disposées au centre de la table et tour à tour, les joueurs prennent la tuile qu’ils veulent prendre (s’ils peuvent la payer) ou se rabattent sur celle qu’ils peuvent prendre, s’ils n’ont pas assez de fidèles à sacrifier. C’est beau les fidèles, parce que comme l’argent sur un compte épargne, ça fait des petits, qu’on peut sacrifier aussi. En effet, lorsque vous ramassez une tuile, vous placez un fidèle de la même couleur sur chaque tuile adjacente.
Ajoutez à cela de multiples façons de marquer des points et vous obtenez un jeu qui va bien vous triturer les méninges.

On aime :

  • Ça casse bien la tête
  • Vraiment bien pensé

Pict it

Fiche d’identité
Auteur : Pascal Sardaby, Gégoire Sivan
Illustrateur : Zaven Nadjjar
Édité par Play It a Game
2 à 5 / 7 ans+ / 20min
Prix conseillé : 15€

Dans Pict it, vous allez devoir faire deviner un sujet (un plat, un personnage, une situation, un titre de film…) aux autres joueurs/joueuses à l’aide de cartes comprenant chacune un picto (oui, le nom du jeu est effectivement pertinent). Le twist ici vient du fait que vous êtes libres de définir vous même ce que vous allez faire deviner, en fonction des cartes que vous avez en main et qui sont au nombre de 7 (les cartes, pas vos mains).

L’élément qui paraît étrange au premier abord dans Pict-It, c’est que l’on score autant de points qu’on a utilisé de cartes pour faire deviner son sujet. Forcément, on est tenté de se dire que plus on utilise de cartes et plus c’est facile. Et bah pas forcément, non. D’autant que les règles précisent que si vous collez une chiée de cartes que vous ne pouvez pas justifier, vous ne prenez aucun point. Manquerait plus qu’on laisse les gens tricher, tiens !

On aime :

  • Du pur party game
  • S’explique en trente secondes

Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque)

Fiche d’identité
Auteur : Maxime Babad, Nicolas Badoux
Édité par Yoka by Tsume
2 à 5 / 14 ans+ / 1h+
Prix conseillé : 29€

Si je vous dis « Dakishimeta kokoro no KOSUMO Atsuku moyase kiseki wo okose ! » vous pensez à ? Ouais bah en même temps c’est facile, comme ça avec le titre juste au dessus. Au cas où vous viviez encore sous terre ces derniers mois, oui, Yoka vient de sortir un jeu de cartes sur le thème de Saint Seiya. Vous allez vous aussi pouvoir incarner des adolescents pré pubères et perdre des hectolitres de sang en vous chamaillant avec vos copains aux armures plus brillantes que les vôtres, pour protéger une nana qui se prend pour une déesse et n’en a royalement rien à foutre de votre état de santé. Kurumada, ce génie.

Pour en revenir au jeu, il s’agit d’un bon deckbuilding des familles, dans lequel vous n’allez curieusement pas jouer en coop avec vos ami(e)s, mais lutter pour la suprématie… et les armures d’or. À vous donc de combattre tout un tas de personnages plus ou moins célèbres de la série, le tout dans l’arc des 12 maisons, ce qui nous laisse évidemment dans l’expectative d’une suite d’ores et déjà annoncée, d’ailleurs, donc je vous l’accorde, ça n’est plus vraiment une expectative, mais j’aime bien ce mot : expectative.
Bref, tout ça pour dire que le travail effectué par Yoka au niveau de la licence et du matériel est très bon et que les fans vont avoir la tête qui tourne.

On aime :

  • Les cartes brillantes, comme les Panini dans la cour d’école
  • La qualité globale du matos
  • Laisser Seiya se faire défoncer