Dossier

[Sélection] 15 films d’action à voir au moins une fois dans sa vie

Cinéma

Par Mathieu le

Qu’est-ce qu’un film d’action en 2017 ? Comment définir, sans s’y tromper, ce genre cinématographique qu’on s’accapare parfois, pensant qu’il regroupe certaines œuvres populaires, alors qu’il reste à part. Un long-métrage d’action se limite-t-il à des fusillades, des courses poursuites et quelques petites phrases bien senties ? Pour de nombreux fans de Belmondo en passant par Schwarzenegger ou Willis, on ne peut pas simplement penser qu’une réalisation regroupant ces quelques situations est une réussite. Il en faut plus, bien plus.

D’ailleurs, si vous regardez attentivement, il existe très peu de films d’action brut. Tous ont droit à d’autres définitions, tels que « Guerre », « Science-fiction », « Arts martiaux, « Aventure » ou « Drame » . Mais alors qu’on a souvent tendance à penser « que le film d’action existe pour se vider l’esprit, mais n’apporte rien au spectateur », nous nous sommes penchés sur ce genre du cinéma. Et nous pensons qu’il est grand temps pour vous de découvrir les quinze œuvres à avoir vues au moins une fois, histoire de ne pas partir au ciel totalement inculte.

PS : Notre liste n’est pas exhaustive, et on pourra toujours trouver à redire sur nos choix. C’est néanmoins, on le pense, un noyau solide constitué des œuvres marquantes du genre et de coups de cœur plus récents.

[nextpage title= »La crème du XXe siècle »]

Predator sorti en 1987 et réalisé par John McTiernan

Ça raconte quoi ?

En 1987, un vaisseau spatial survole la Terre et envoie une nacelle sur l’Amérique centrale. Le major Alan « Dutch » Schaefer (incarné par Arnold Schwarzenegger) est appelé quelques temps après au Guatemala afin de retrouver le ministre du cabinet présidentiel. Il arrive donc avec son équipe d’élite afin d’en finir avec la guérilla locale qui pourrait être la cause de cet enlèvement. Mais au fur et à mesure que la troupe avance dans la jungle, les preuves sont de plus en plus mystérieuses. Et si c’était une créature venue d’un autre monde qui était la cause de tous leurs tourments ?

Notre avis

Après Conan, Commando et Terminator, Arnold Schwarzenegger s’enfonce donc un peu plus dans le film d’action pur et dur. L’une des icônes badass des années 80/90 signe là l’un de ses succès les plus populaires. Le Predator, cette créature aux origines similaires à celles des Aliens de Ridley Scott, deviendra par ailleurs une véritable mascotte qui inspirera beaucoup de réalisateurs par la suite. Au-delà de ses gunfights et de ses répliques cultes, le film vaut surtout pour la performance de Schwarzy, notamment dans la dernière partie et sa confrontation avec le monstre. Une oeuvre jamais égalée puisque ses suites sont toutes de piètres qualité. En attendant la version de Shane Black prévue pour le 7 mars 2018.

Une journée en enfer (Die Hard 3) sorti en 1995 et réalisé par John McTiernan

Ça raconte quoi ?

Cinq ans après ses dernières aventures, le lieutenant John McClane, pourtant mis à pied, est de retour. Un terroriste nommé Simon vient de faire exploser une bombe en plein New York et demande expressément à ce que le flic réponde à tous ses caprices. Contre sa volonté, McClane va devoir faire équipe avec un certain Zeus et résoudre de nombreuses énigmes pour éviter que la ville sombre peu à peu. Et les deux compères vont devoir faire vite pour sauver leur peau et celles des new-yorkais.

Notre avis

Alors qu’il n’avait pas souhaité réaliser le second épisode, nommé 58 minutes pour vivre, John McTiernan signe à nouveau pour ce troisième volet, le plus réussi à ce jour. Doté d’un rythme extraordinaire et d’un duo d’acteurs génial, Une journée en enfer est le symbole même du film d’action réussi. Course poursuites, cascades, répliques et acteurs charismatiques (génial Jeremy Irons), tout est mis en oeuvre pour nous faire passer deux heures sous adrénaline. Un film à voir de toute urgence.

Last Action Hero sorti en 1993 et réalisé par John McTiernan

Ça raconte quoi ?

Danny, un jeune garçon de onze ans, est un grand fan de Jack Slater. Il a vu tous les films de ce super-héros/flic et attend impatiemment la sortie du nouveau volet. Un soir, alors qu’il se rend au cinéma de son quartier, son ami lui donne un billet magique qui le transporte directement à l’intérieur du film afin de vivre les aventures de Slater. Entre réalité et fiction, il va devoir apprendre à survivre et à déjouer les plans du maléfique Benedict en compagnie de son idole, l’acteur Arnold Schwarzenegger.

Notre avis

Au sommet de son art, Schwarzy a l’intelligence de nous livrer une prestation remarquable où il se moque de lui-même et des clichés d’un genre parfois trop utilisé à l’époque. Oeuvre brute et totalement décomplexée, Last Action Hero rassemble tous les ingrédients d’un film réussi. Très drôle mais surtout bourré de références, le film nous emmène dans une aventure loufoque mais qui a l’intelligence de ne pas se prendre au sérieux. L’un des must-have de son interprète principal, Arnold Schwarzenegger.

Heat sorti en 1996 et réalisé par Michael Mann

Ça raconte quoi ?

Neil McCauley (Robert de Niro) et sa bande décident d’attaquer un fourgon blindé et s’emparent d’une très belle somme. Cependant, durant le braquage, la dernière recrue, Waingro, tue l’un des convoyeurs ce qui oblige Chris Shiherlis (Val Kilmer) a terminer le travail. Tandis que Neil essaie de retrouver Waingro afin de l’éliminer, une enquête est ouverte et c’est le lieutenant Vincent Hanna (Al Pacino) qui s’en charge.

Notre avis

Premier face à face entre deux immenses acteurs, Heat est une réussite en tout point de vue. Son scénario tout d’abord, en fait un classique du genre qui se doit d’être montré dans les écoles de cinéma. Au-delà de ses personnages, complexes, le film vaut surtout le détour pour la confrontation entre Pacino et De Niro, attendue depuis plus de vingt ans par les fans des deux acteurs. Et tandis que des rumeurs circulaient sur le fait qu’ils n’avaient jamais tourné un seul plan ensemble, Michael Mann a récemment démenti expliquant, par exemple, que la scène du restaurant avait été faite avec le duo. Un face à face de légende qu’il faut avoir vu.

True Lies sorti en 1994 et réalisé par James Cameron

Ça raconte quoi ?

Un agent secret, Harry Tasker tente de reconquérir sa femme Hellen tout en essayant de débusquer un terroriste qui menace la sécurité des Etats-Unis. Alors que cette dernière ignore tout des activités de son mari, elle va s’embarquer dans une fausse romance avec un inconnu baratineur. Tasker réussira-t-il à sauver le monde et son couple en même temps ?

Notre avis

Version américaine de La Totale de Claude Zidi, True Lies se veut plus ambitieux et surtout plus réussi dans sa partie action. Dôté d’un casting cinq étoiles avec notamment Arnold Schwarzenegger (encore), Jamie Lee Curtis et le regretté Bill Paxton, le film mélange habilement l’ensemble des critères nécessaires pour faire d’un film d’action une oeuvre à part. Drôle, touchant et explosif, il se doit d’être regardé pour les nombreuses punchlines balancées par Schwarzy, la scène du strip-tease de Jamie Lee Curtis et surtout la mise en scène d’un des ténors du cinéma, James Cameron.

L’arme fatale sorti en 1987 et réalisé par Richard Donner

Ça raconte quoi ?

Martin Riggs (Mel Gibson) et Roger Murtaugh (Danny Glover), deux policiers de la ville de Los Angeles vont devoir faire équipe afin de résoudre plusieurs affaires. Alors qu’ils sont diamétralement opposés, les deux hommes finissent par s’apprécier et faire la paire au sein de la Police. Un jour, la fille de Murtaugh se fait enlever par d’anciens agents des forces spéciales qui sont devenus trafiquants de drogue. Les deux hommes font alors tout leur possible pour la sauver et arrêter les criminels.

Notre avis

Avec un duo qui crève l’écran au bout de quelques minutes, le film de Richard Donner ne pouvait que fonctionner. Mel Gibson qui voulait en finir avec son rôle de Mad Max se trouve un nouveau personnage fort qui en fera une mégastar du film d’action. Tout est réuni pour faire de L’arme fatale une saga riche et pleine de rebondissements. Au total, c’est quatre épisodes qui seront tournés, rapportant ainsi des milliards de dollars à travers la planète.

Rambo sorti en 1983 et réalisé par Ted Kotcheff

Ça raconte quoi ?

John Rambo, héros de la guerre du Vietnam parcourt les Etats-Unis à la recherche de ses anciens camarades et partenaires. Un jour, un shérif l’arrête pour vagabondage et l’enferme dans la prison locale. Maltraité, Rambo finit par s’enfuir dans les bois, blessé et traqué par des policiers sans scrupules. Démarre alors une chasse à l’homme contre celui qui ne demandait rien, tandis que son ancien mentor, le colonel Trautman, tente de dissuader les deux camps de recourir à la force.

Notre avis

Après Rocky Balboa, Stallone nous livre une nouvelle prestation ô combien appréciée par les amateurs d’action brute. Pierre d’édifice d’une saga de quatre épisodes, Rambo (first blood) est une oeuvre violente qui dépeint une Amérique au bord de la crise. Calé sur un rythme imprévisible, le film nous donne une autre vision du film d’action, plus mature et dédié aux accros à l’adrénaline. Un long-métrage fort qui est aujourd’hui encore une pièce maîtresse dans la carrière de son interprète Sylvester Stallone.

Bloodsport sorti en 1988 et réalisé par Newt Arnold

Ça raconte quoi ?

En 1975, Frank Dux, un soldat américain entraîné depuis son enfance à l’art du Ninjutsu par le japonais Senzo Tanaka se rend à Hong-Kong. Son objectif est simple : participer au Kumite, un tournoi clandestin d’arts martiaux mixtes où se réunissent les meilleurs combattants de la planète tous les cinq ans. Problème : à vouloir rendre hommage à son mentor, Frank Dux pourrait finir par perdre la vie, car dans ce tournoi, peu de combattants survivent.

Notre avis

Bloodsport est très certainement encore aujourd’hui le meilleur film d’action avec en tête d’affiche JCVD ou Muscles from Brussels. Violent, ennivrant et ponctué de chorégraphies cultes, le long-métrage a offert l’un des meilleurs rôles à Jean Claude Van Damme. Nombreux sont ceux à avoir tenté de reproduire son coup de pied retourné devenu l’un des symboles de l’acteur. Orchestré d’une main de maitre par Newt Arnold, le film n’a pas vieilli et reste l’un des plus beaux hommages aux arts martiaux asiatiques et notamment le Ninjutsu.

[nextpage title= »La crème du XXIe siècle »]

Kill Bill 1&2 sortis en 2003 et 2004 et réalisés par Quentin Tarantino

Ça raconte quoi ?

Black Mamba se marie. Mais, au cours de la cérémonie, la jeune femme voit un commando de mercenaires faire irruption et tuer l’ensemble des convives. Pourtant enceinte, la mariée se fait assassiner froidement par ses anciens collègues du Détachement International des Vipères Assassines. Malheureusement pour eux, elle n’est pas morte. Après quatre années de coma, elle se réveille et n’a qu’une idée en tête : se venger de ceux qui ont ruiné sa vie et notamment Bill, son ancien chef.

Notre avis

Tarantino offre avec ces deux épisodes un plaisir unique et extrême aux spectateurs. Très artistique et dirigé d’un main de maître, cette oeuvre mémorable du septième art est aussi l’une des frasques les plus violentes de son réalisateur. Marqué par des dialogues extraordinaires et des scènes d’action sublimement chorégraphiés, Kill Bill est un long-métrage à avoir dans sa cinémathèque.

Expendables 2 sorti en 2012 et réalisé par Simon West

Ça raconte quoi ?

L’équipe des Expendables, menée par Barney Ross (Sylvester Stallone) reprend du service. Cette fois, Church leur impose une mission qui pourrait, de prime abord, sembler aisée à remplir. Mais lorsqu’ils sont confrontés à un certain Jean Villain (Jean Claude Van Damme) qui tue le petit nouveau, ils jurent de se venger. Face à une menace plus grande que ce qu’ils avaient imaginé, vont-ils réussir à sauver leur peau mais aussi et surtout, le monde ?

Notre avis

Véritable hommage aux films d’action des années 90, Expendables 2 réunit un casting extraordinaire. Au menu : Stallone, Statham, Willis, Schwarzenegger, Van Damme, Norris, Jet Li ou Lundgren. Une apothéose d’adrénaline marquée par des scènes d’action à couper le souffle et des répliques hilarantes. Et que dire du combat final entre Stallone et Van Damme ? Un film à voir absolument, notamment pour les amoureux de cinéma d’action.

Man on Fire sorti en 2004 et réalisé par Tony Scott

Ça raconte quoi ?

Dans un contexte difficile au Mexique où de plus en plus d’enfants sont enlevés, le richissime industriel Samuel Ramos décide qu’il est temps de faire appel à un garde du corps. John Creasy, ancien agent de la CIA désormais à son compte est embauché pour protéger sa petite fille : Pita Ramos. Une vraie relation commence à se nouer entre les deux personnages, pourtant si différents au départ. Et alors que John retrouve tout doucement le goût de vivre, Pita se fait kidnapper sous ses yeux. Il décide alors de tout mettre en oeuvre pour la récupérer.

Notre avis

L’un des rôles les plus marquants et populaires pour l’excellent Denzel Washington. Dans ce film aux airs dramatiques, le spectateur est touché par la relation qui se noue entre John Creazy et Pita Ramos, incarnée par la jeune, mais déjà talentueuse, Dakota Fanning. Sombre et dépeignant un Mexique dirigé par les cartels, le film vaut surtout pour ses personnages et les performances de ses acteurs. Tony Scott nous livre là un long-métrage poignant qui vaut le coup d’œil.

Ip Man sorti en 2008 et réalisé par Wilson Yip

Ça raconte quoi ?

Le film retrace la vie d’Ip Man, maître de Kung-Fu et surtout le professeur de Bruce Lee. Spécialisé dans le Wing Chun, un art martial traditionnel chinois, Ip Man vit dans les années 30 dans le sud de la Chine, à Foshan, lors de l’occupation du pays par le Japon. Et alors que les Japonnais lui demandent d’entraîner leurs soldats, Ip Man s’y refuse catégoriquement, au point de devoir lutter pour sa propre survie.

Notre avis

Ce biopic est porté par un excellent scénario, des combats majestueux et une bande originale sublime. Donnie Yen, qui interprète Ip Man, se révèle aux yeux du monde entier et prouve que le cinéma asiatique a encore belles années devant lui. Un film d’action au rythme impeccable et aux scènes coup de poing. On comprend mieux pourquoi Bruce Lee est devenu un si grand maître des arts martiaux.

The Raid 2 sorti en 2014 et réalisé par Gareth Evans

Ça raconte quoi ?

Après un combat sans merci pour mettre un terme aux agissements d’une mafia locale, le jeune flic de Jakarta, Rama, pensait retrouver une vie normale. Malheureusement, cette pause ne va pas durer très longtemps. On lui propose une nouvelle mission qui pourrait bien changer la face de son pays : infiltrer un syndicat du crime où coexistent mafia indonésienne et yakuzas. Sous une fausse identité, il doit donc gagner la confiance de ses ennemis et prouver sa valeur. Dans le cas contraire, il pourrait ne jamais revoir sa famille.

Notre avis

Peut-être le meilleur film d’action du XXIe siècle. Réalisé par le talentueux, mais méconnu, Gareth Evans, The Raid 2 est encore plus beau et haletant que son prédécesseur. En plus d’une histoire qui nous charme rapidement, le long-métrage bénéficie de scène de combats extraordinairement filmées et chorégraphiées qui méritent de rentrer dans le panthéon du cinéma d’action. Mettant le spectateur face à une tension constante, The Raid 2 est une vraie leçon qu’il est nécessaire de visionner une fois pour comprendre sa complexité.

Taken sorti en 2008 et réalisé par Pierre Morel

Ça raconte quoi ?

Bryan, ancien agent des services secrets, tente de recoller les morceaux avec sa famille et notamment sa fille, qu’il n’a pas vu grandir. Alors que cette dernière part en Europe pour suivre la tournée de U2, elle se fait enlever par des inconnus. Heureusement, son père était à ce moment là au téléphone avec elle et part rapidement à sa recherche. Il a ses propres techniques pour retrouver sa trace. Et s’il faut tuer pour y arriver, il n’hésitera pas.

Notre avis

Première pierre d’une trilogie devenue populaire, Taken a fait vibrer les spectateurs, notamment français, à sa sortie en salle. Arrivé sur la pointe des pieds dans nos salles obscures, le long-métrage de Pierre Morel avait réussi à faire déplacer plus d’un million de personnes. Au total, c’est plus de 221 millions de dollars que le film engrangera au Box-Office mondial. Le succès de la réalisation est notamment dûe à son rythme, relevé, et à son héros Bryan, joué par un Liam Neeson qu’on découvre dans un film d’action. Une petite pépite française qui fait du bien.

Mission Impossible : Protocole Fantôme sorti en 2011 et réalisé par Brad Bird

Ça raconte quoi ?

L’agence Mission Impossible est au plus mal. Impliqués dans un attentat terroriste au Kremlin, Ethan Hunt et son équipe doivent trouver une solution pour blanchir leur organisme, tandis que le Président a de son côté lancé l’opération « Protocole Fantôme » . Si leur objectif principal est de déjouer toute nouvelle attaque terroriste, Ethan Hunt va aussi devoir se soucier d’une équipe de fugitifs de Mission Impossible dont les motivations sont mystérieuses.

Notre avis

Très certainement l’une des plus grandes réussites dans la saga Mission Impossible, Protocole Fantôme est un petit bijou de cinéma d’action. Emmené par un casting cinq étoiles et notamment un Tom Cruise au top de sa forme, le film lance le spectateur dans une aventure épique, pleine de rebondissements et de scènes spectaculaires. Ajoutez à cela la venue de Jeremy Renner dans l’équipe et vous obtenez un long-métrage de grande qualité. À insérer dans votre collection si ce n’est pas déjà le cas.