Dossier

Vivre dans un van aménagé : zoom sur la nouvelle tendance Youtube

Buzz

Par Amandine Jonniaux le

Popularisés par la culture nord-américaine, les tiny houses et les vans aménagés ne sont plus seulement réservés à quelques originaux Outre-Atlantique. En France aussi, de plus en plus de passionnés et de curieux optent pour un retour aux sources en adoptant le mode de vie des “vanlifers”. Promesse d’un quotidien plus économique, plus simple et moins stressant, cette nouvelle tendance se retrouve partout, et donc forcément sur les réseaux sociaux, où certains partagent leur quotidien et leurs expériences avec une communauté d’internautes de plus en plus importante.

Crédits Skitterphoto via Pixabay CC

En marge des influenceurs qui font rêver leurs followers à coup de grosses cylindrées et d’hôtels de luxe, certains décident au contraire de tout quitter pour vivre la grande aventure dans un van aménagé. Sur YouTube notamment, les nouveaux créateurs de contenu adeptes de road-trip se retrouvent partout, y compris en France, où le nombre de vidéos mises en ligne autour des vanlifers a augmenté de 50% entre 2018 et 2019 selon des informations que nous a récemment transmis la plateforme. En termes de vues, le constat se révèle encore plus frappant, puisque depuis l’année dernière, la thématique a bondi de plus de 180%.

View this post on Instagram

Épisode spécial dans les montagnes de Gaspésie, à la rencontre des caribous des bois et des paysages incroyables au coeur de ces belles Appallaches nordiques. Demain sur YouTube, si on trouve de l'internet ! 🌞

A post shared by Florent Conti (@mavieenvan) on

Aujourd’hui, les nouveaux youtubeurs lifestyle parcourent le monde et nous font rêver à coup de vlog tournés aux quatre coins du monde. Une tendance émergente qui prône notamment un retour au minimalisme et à la slow consommation, que ce soit pour des raisons économiques ou écologique. Outre la thématique du voyage, qui a toujours été un sujet particulièrement populaire sur les réseaux sociaux, la mode « van life » réunit aussi plusieurs thématiques fortes et plébiscitées sur les réseaux sociaux, qu’il s’agisse de vlog, de DIY ou encore de storytime. Un mélange des genres sous forme de carnet de voyage 2.0 qui fonctionne, entre tutos bricolage et paysages à couper le souffle, et qui séduit de plus en plus de spectateurs.

Un attrait qui s’explique par une véritable envie de retour aux sources pour Florent Conti, alias Ma vie en van sur les réseaux sociaux, qui culmine à près de 38 500 abonnés sur YouTube : « La vie en van est à la mode, parce que c’est une sorte d’échappatoire et de réponse au malaise. Aujourd’hui les gens sont en burn-out, on accumule trop de choses. Ne plus avoir de loyer ou de frais de logement, pouvoir se déplacer avec sa maison sur roues, c’est l’ultime liberté ». 

Entre vlog et réalité

Si la plupart des vanlifers, notamment en France, n’hésitent pas à partager leurs galères et leurs interrogations, la vie en road-trip est tout de même généralement présentée sur les réseaux sociaux comme une expérience ultra-positive, sans grande ombre au tableau. « C’est vrai que les réseaux sociaux donnent cette image parfaite de la vie en van, nous confie Florent Conti. Mais ce n’est qu’une facette. Personnellement, quand j’ai décidé de documenter ma vie en van, je voulais justement partager les mauvais côtés et les aspects négatifs de cette vie autant que les endroits et les choses extraordinaires que l’on peut découvrir ».

Car derrière le filtre des réseaux sociaux, le quotidien en van peut rapidement devenir compliqué à gérer en termes de logistique. Pour Philippe Douteau, alias Voyage Voyages sur YouTube, il aura ainsi fallu investir dans une antenne 4G à fixer directement sur son fourgon Michel, et deux forfaits téléphoniques. “Tant qu’il n’y a pas de vent, ça va”, explique le youtubeur dans une FAQ postée cet été. Pour Florent Conti aussi, c’est souvent le système D qui prime, même si la technologie actuelle permet de gérer la majorité des problèmes de connexion  : « Il y a dix ans, peut-être que la vie en van ne permettait pas cette hyperconnectivité, mais aujourd’hui ça paraît presque trop facile d’avoir accès à Internet. Les bibliothèques municipales sont un vrai refuge pour les vanlifers, pour travailler ou uploader des vidéos ».

Qu’il s’agisse de manger, d’alimenter leur maison sur roues ou simplement de pallier aux dépenses quotidiennes, la création d’une chaîne YouTube permet bien souvent de financer (en partie ou totalement) ce mode de vie pas comme les autres. Une passion, mais aussi “un métier à part entière” pour les quelques chanceux qui réussissent à vivre en partageant les images de leurs road-trips, comme Gregsway, premier youtubeur sur le secteur français avec ses 146 000 abonnés. Un an après avoir abandonné ses études pour partir à l’aventure, le globe-trotter décide de concrétiser un “rêve de gosse” et de “se consacrer à 100% à YouTube”, en parcourir le monde au volant de son fourgon, baptisé Henri.