Test

Dossier : J’ai testé pour vous la « Digital Detox » !

coverdigitaldetoxJDG

Lundi 3 août 2015, 7h30. Ça y est, il est temps de mettre au placard mes objets digitaux ! J’éteins donc avec émotion mon MacBook et mon iPad que je range au placard. Je sors ma nano sim de mon Smartphone à la pomme préféré, pour l’insérer dans mon Nokia 3310 fraîchement recueilli du bon coin. Une vraie SPA pour Smartphone au final quand on pense. Ces compagnons électroniques sont abandonnés dans un tiroir depuis près de 15 ans.

Je regarde mon poignet, 8h30, cependant quelque chose ne va pas, mon Apple Watch va devoir prendre un air de « power reserve » et retrouver elle aussi son carton d’origine au profit d’une bonne vieille montre mécanique. Rien de mieux parfois que le bon vieux vintage, ainsi j’ouvre le capot de mon reflex argentique pour y insérer une pellicule fraîchement livrée par Amazon ce matin. À mon grand regret, je ne sais même pas mettre la pellicule. Étais-je si jeune que ça ? Zut, il va me falloir contacter ma grand-mère sur Facebook, cependant sans réseaux sociaux pour le mois à venir, il est maintenant trop tard. Une seule solution lire la bonne veille notice papier de l’appareil photo. Ca y’est la pellicule est en place je suis prêt pour ma detox !

[nextpage title= »Mais qu’est qu’une Digital Detox? »]

Mais qu’est qu’une Digital Detox?

Une Digital Detox consiste pendant une période donnée à ne pas utiliser d’appareils électroniques tels que les Smartphones, Tablettes, Ordinateurs ou autres objets connectés. C’est l’opportunité de diminuer le stress engendré par les notifications de plus en plus fréquentes de nos jours. L’idée est de se focaliser plus sur les interactions sociales du monde réel. Les résultats permettent notamment d’avoir l’esprit plus clair, de réduire son anxiété, tout en étant plus orienté vers les autres. 8H45 Alors que BFM TV annonce que la drague sur les plages atteint son apogée via les applications Tinder et Happn, avec une augmentation sur certaines plages de plus de 1554% des connexions, me voilà revenu à la drague Old school Pas de « salut mademoiselle, tu vas bien? » pour moi. Mais il va falloir ruser avec le sexe opposé qui lui n’est pas en Detox.

[nextpage title= »Mais comment en est-on arrivé à cette hyper connexion permanente? »]

Mais comment en est-on arrivé à cette hyper connexion permanente?

La réponse est de façon progressive, principalement, grâce à l’ajout de nouvelles fonctionnalités et l’accumulation d’objets nomades connectés devenant de plus en plus accessibles (ordinateur, mobile, tablette). Ainsi, sans que nous y fassions plus attention que ça, le mobile est devenu petit à petit le smartphone que nous connaissons tous aujourd’hui. (notamment avec l’introduction de l’iPhone en 2007, sachez que c’est à BlackBerry que l’on doit les premiers emails sur mobile) L’appareil photo argentique puis numérique que nous traînions dans une poche a rapidement été remplacé par ce minuscule appareil intelligent. Appareil photo d’excellente qualité que l’on a toujours avec soi, c’est aussi la console de jeux gratuits pratiqués par tous et le lecteur MP3 de notre nouvelle génération. Le mobile sert aussi à noter une multitude de choses, à enregistrer ses contacts ou faire sa liste de courses.Ainsi, le temps des blocs-notes de mamie est donc bien révolu. En parallèle, le développement des technologies 3G et récemment 4G couplées à des ordinateurs de plus en plus puissants légers et transportables permettent de se connecter partout. L’internet en situation de mobilité fait alors son apparition. Les objets connectés devenant de plus en plus nombreux, le paiement sans contact plus
présent ainsi que le big data feront qu’il sera de plus en plus difficile de vivre non connecté dans les années à venir. La société s’est progressivement organisée autour d’internet. À nous donc de jongler intelligemment entre multiples notifications, boîtes mails pleines et équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Il est 9h00 me voilà dans le métro, curieusement, j’ai à nouveau les poches remplies avec maintenant mon appareil photo, mon vieux lecteur mp3, ce cher 3310 et mon bloc note papier façon papi. Ceci ne m’était pas arrivé depuis plusieurs années. Je dégaine mon Nokia 3310 comme je dégainerai mon iPhone cependant ce sympathique dinosaure bleu ne fait rien. Je le range donc gentiment dans ma poche de jean.

actu_3518_image

Saviez-vous qu’en moyenne nous dégainons notre smartphone plus de 150 fois par jour ? Il existe d’ailleurs une application très pratique qui permet de compter le nombre de fois ou vous le regardez. Les chiffres sont impressionnants et ceci soit, car vous attendez un SMS un email ou bien juste comme ça pour combler un vide où s’ennuyer ou tout simplement ne rien faire est devenu un luxe que l’on ne se permet plus vraiment de nos jours dans notre société actuelle. Ah, ça y est, je reçois mon premier SMS, c’est Laura. Quelle sonnerie, je viens de réveiller tout le wagon avec mon ancêtre ! J’ai maintenant plus de temps pour observer les gens dans le wagon, car malheureusement maintenant que je ne plus jouer ou être les yeux rivés sur mon smartphone, je découvre un tout autre paysage. Je constate que plus de la moitié des personnes est bloquée sur leurs écrans de 4 pouces ou plus. Candy crush a le lead ce matin; la personne à ma droite vient de passer au niveau suivant. Ah, à ma gauche, on est sur une tablette Android, mais toujours sur Candy crush meilleur gestion des lignes aux friandises sucrées sur grand écran pour sûr ! Je sors du métro, il me semble que ça vibre dans ma poche, je clique en vain sur le micro de mes écouteurs blancs. Zut, mais que se passe-t-il ? À oui c’est vrai mon vieil iPod ne prend pas les appels. Je retire donc mes écouteurs et prends l’appel. J’aurais pu opter pour l’oreillette Bluetooth malheureusement allez expliquer au finlandais à la coque bleu ce qu’est le Bluetooth. Il a fallu attendre le premier Sony Ericsson T68i avec écran couleur pour découvrir cette fonctionnalité.

Il faut comprendre qu’on est maintenant dans une société ou être actif en permanence est valorisé. Ainsi, recevoir sans cesse des notifications nous aide à rester toujours actif. On éprouve également le sentiment d’être aimé et important. Non pas que l’on soit encore au niveau de François Hollande, mais selon le nombre de réseaux sociaux et de newsletters auxquels vous êtes abonné, la donne change. J’ai donc eu l’impression les premiers jours d’être un peu coupé du monde. Plus d’emails, pas de newsletters, pas de notifications Facebook, Instagram, pas de tweets ni de retweets, plus de notification du monde, du point et j’en passe …

[nextpage title= »Comment mieux gérer son temps? »]

Comment mieux gérer son temps?

Mon Nokia ne sonne maintenant que pour 2 choses un SMS d’un proche ou un appel. Même si de nos jours notre smartphone est devenu indispensable, on s’habitue vite au calme et à la tranquillité et vraiment ça repose. Par ailleurs, on n’est pas stressé ou dans l’attente de revoir telle ou telle notification, car on ne peut de toute façon rien recevoir d’autre qu’un simple SMS ou un appel même les emoji icônes n’existent pas et sont appelés binettes.

IMG_1425

Il faut savoir que notre cerveau est sans cesse soumis à des interruptions quotidiennes qui nous demandent de quitter la tâche que nous sommes en train de faire pour nous y replonger bien souvent immédiatement après y avoir répondu. En effet, 75% des gens avouent interrompre leur travail pour regarder immédiatement le contenu d’un message reçu. On parle de nos jours d’une interruption toutes les 5 minutes environ.

Une technique de gestion plus intelligente au travail consiste à ne répondre à aucune sollicitation pendant au moins 30 min et de ne regarder son tel que chaque demi-heure. On s’aperçoit vite que l’on est plus productif, car il faut au minimum entre 8 et 10 min pour retrouver la concentration que nous avions avant cette brève interruption. Il y est également démontré que la fragmentation de l’activité fait perdre 28% du temps de travail soit près de 2h par jours.

Éléments perturbateurs et nomophobie:

sleep-texting1-7

Par ailleurs, 80% des gens de votre entourage et de vos contacts respectent votre vie privée et professionnelle et ne sont pas assimilables à des éléments perturbateurs. Cependant, environ 20% sont capables de vous déranger à des moments où vous voudriez un peu de calme, et c’est à vous d’imposer vos limites et d’informer de votre volonté de ne pas être dérangé. De la même façon, il ne faut pas que vous soyez l’esclave de votre mobile. Pour info, 66% des actifs dans la population française sont angoissés à l’idée de partir au travail sans leurs mobiles. C’est ce que l’on appelle la nomophobie ( no-mobile phobie) et le stress éprouve est apparemment comparable à celui éprouvé le jour de son propre mariage ou juste avant de vous rendre chez votre dentiste préféré.

[nextpage title= »Facebook dans tout ça? »]

Facebook dans tout ça?

Parlons maintenant un peu de Facebook. Il faut savoir que 8 internautes sur 10 sont inscrits sur au moins un réseau social. Alors que Facebook représente plus de 1 milliard d’abonnés avec en prime une majorité de filles. Certaines addictes du réseau vont d’ailleurs en lisant ces lignes se dire, mais ce mec est dingue, comment a-t-il pu se passer de Facebook pendant 1 mois. Comment ne pas suivre la vie des gens, gérer ses évents et suivre les potins sur le newsfeed social de Mark? Je dois avouer que niveau drague ça a un peu complexifié l’addition elle-même déjà salée de nos jours. Il faut savoir que désormais en soirée ce sont les « friend request » qui pleuvent et non plus les numéros de téléphone. Après avoir reçu des « non je ne donne pas mon numéro comme ça, pourquoi tu ne prends pas mon Facebook » (pas mal pour regarder le lendemain si on n’a pas croisé Terminator) J’ai du donc opter pour le « Non je ne peux pas prendre ton Facebook, je suis en Detox ».  » en quoi ? » « Ok sinon tu me Add et je t’accepte dans un mois qu’en penses-tu ? Alors 06.. ? » « Bon ok ..  »

fb_3181268b

Petite astuce également, il faut savoir que si vous avez liké la page d’une marque sur Facebook ou téléchargé un e-coupon. Vous pouvez perdre la possibilité de poursuivre cette marque en justice en cas de problème. Par ailleurs, si vous souhaitez savoir combien de temps vous passez en moyenne sur Facebook, il existe aussi une application pour ça.

[nextpage title= »Peur de toujours rater quelque chose? »]

Peur de toujours rater quelque chose?

Concernant les potins, je me moque du sexe opposé, mais la population masculine est elle aussi, bien sûr, concernée. Au début on est tenté d’aller voir ce qui se passe sur les réseaux sociaux et on a l’impression de rater plein de choses…c’est ce que l’on appelle le FOMO le Fear Of Missing Out c’est aussi pour ça que l’on traîne son smartphone dans toutes les pièces de peur de rater quelque chose. Le FOMO est généré par un sentiment d’insatisfaction permanente. Ce phénomène existe également chez nous dans la vie réelle sans que nous y faisions attention. Ainsi 80% des trentenaires ont peur de passer à côté de quelque chose et passe environ 97min dans une soirée puis zap vers autre chose. En gros, si vous avez ce soir 3 soirées que vous voulez toutes les faire en vous demandant si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs et si à chaque fois vous avez fait le bon choix, alors vous êtes concernés. Vous passez ainsi une soirée à être frustré en postant photos sur photos sur Facebook ou snapchat alimentant du coup vous aussi le FOMO de vos amis. Il existe le même principe pour le travail avec des personnes qui désirent se rendre absolument à toutes les réunions au lieu de déléguer. On associe en générale le FOMO à deux choses la peur identitaire qui renvoie à la fragilité de l’image que l’on a de soi-même ou à la peur de ne pas être à la hauteur.

po2

Pour remédier à votre FOMO, il faut essayer de vous convaincre que même si vous ne recevrez pas 25 SMS, 8 WhatsApp et 10 snapchat de vos amis par jours. Ce n’est pas pour ça que vous ne comptez par pour eux et c’est ce que j’ai découvert lors de ma Detox. De la même façon. Il faut avoir confiance en soi, en ses compétences et il ne faut pas attendre des autres une attestation de valeur. De la même façon, saviez-vous que Facebook peut être très dépressiogène. En effet, les gens postent la plupart du temps des super photos quand ils font la fête ou quand ils sont dans des endroits paradisiaques en vacances pendant que vous vous êtes derrière votre écran au bureau ou que vous êtes fatigués et que vous ne sortez donc pas ce soir-là. Prenez garde à certains moments lorsque votre vie sociale n’est pas à son paroxysme, vous pouvez facilement entrer dans une zuckerbererg dépression. Globalement, les réseaux sociaux m’ont clairement manqué, mais finalement on s’habitue vite à ce paisible monde réel, on va plus vers les gens on est plus spontané, plus naturel. Ceci permet d’accepter aussi que le monde tourne sans vous, je ne traine donc maintenant plus mon smartphone dans toutes les pièces et je consulte celui-ci quand j’ai le temps.

[nextpage title= »Où suis-je sans Google Maps? »]

Où suis-je sans Google Maps?

Le pire n’est pas Facebook, le pire c’est d’essayer de réserver un billet de train par téléphone ou encore de se perdre ! S’il y’a bien de nos jours quelque chose d’utile et de révolutionnaire, c’est bien Google Maps ! J’ai donc dû repasser à la bonne vieille carte routière et au sympathique plan de Paris. Dimanche 15h, après une soirée agitée sur la terrasse de l’opéra de Paris @stefleur le roi de l’oiseau bleu me retweet un lien pour une expo et m’appelle « Alors t’n’as pas eu mon tweet? Je suis obligé de t’appeler  »  » Non Steven, je suis en Detox souviens toi « ha c’est vrai j’avais oublié t’es en Detox ». Il me motive pour faire une expo. Me voilà gonflé à bloc direction le musée des Arts et Métiers pour une expo sur le design. Je cherche donc sur mon plan où celui-ci se situe exactement. Hôtel de Ville le marais, je ne trouve pas la rue, bon, ça y est, je suis bon pour me faire toute la liste au dos.. OK c’est donc en E34 ! C’est bon je l’ai. Halala avec mon iPhone il aurait suffi de 30s pour taper l’adresse, mon iPhone me manque …

2015-07-05_020437

Grâce à mon plan j’arrive à bon port et ce, même sans suivre le petit point bleu. Je profite de cette visite pour utiliser mon reflex argentique. Très cool, Mathieu me dit alors  » hey, Justin la photo est bien, fais voir je peux regarder? ». « Mathieu, je ne peux pas te montrer maintenant ». « Ha t’as plus de batterie? » « Non Mathieu c’est une pellicule! » Aussi choqué qu’il soit, Mat attendra donc le développement du film.

[nextpage title= »Ok, je te text ! »]

Ok, je te text !

Il faut savoir que près de 79,924 millions de cartes SIM sont actives en France, soit un taux de pénétration de 120,5 % et 235 SMS/MMS par personne sont envoyés en moyenne chaque mois, soit un total de 48,3 milliards.

Flirt-Texting

Vous noterez qu’il y a quelques années lorsque l’on se donnait rendez-vous on disait « OK on se retrouve devant le café de Flore à l’angle de la rue de Rennes et du boulevard Saint-Germain ». Maintenant, c’est plus « d’accord on se retrouve à saint-germain », et on envoie une ribambelle de textos pour se retrouver « t’es où? » « Je suis sorti à la sortie 2 » « et moi a la 4 » « attend je regarde sur Google Maps » « Tu me vois là? » « Ok j’arrive » etc. et au final ce n’est que dès que ça devient compliqué que l’on appelle.

Même si mon Nokia ne fait rien, celui-ci a des côtés positifs, étant donné que c’est très long de taper un texto en T9 j’appelle plus souvent. Et c’est là que l’on réalise que dans la société actuelle les gens ne se parlent plus et s’envoient un maximum de SMS ou un message Facebook via Messenger, un WhatsApp, un snapchat ou pour les plus geek d’entre vous via Instagram, qui depuis le 1er septembre via une mise a jour de son app, propose un chat.

[nextpage title= »Des photos sans mon Smartphone? »]

Des photos sans mon Smartphone?

Sans mon appareil photo à 8M de pixels intégré à mon iPhone, je suis perdu, et bien, non. Je dois avouer que revenir à l’argentique à un petit goût de nostalgie vraiment sympa. Même si au final on ne peut pas voir ce que l’on prend les bénéfices n’en sont que positifs. On ne prend plus n’importe quoi et on s’applique lorsque l’on sait que l’on a que 36 photos couleur et 24 photos noir et blanc. Non mesdames, on ne prend pas ses plats en photo ! De la même façon on n’abuse pas des selfies.

camera

Deuxième avantage, la curiosité petit à petit avec le temps on oublie les photos que l’on a prises et on est hyper impatient de les faire développer. Je dois avouer qu’après avoir fait développer mes 3 pellicules les résultats ont été à la hauteur de mes attentes. Mais une fois de plus se trimbaler son appareil tout le temps, alors que maintenant on peut avoir du 3 en 1 dans la poche, ce n’est pas très agréable et bonjour le lumbago…

[nextpage title= »Une vie sans applications? »]

Une vie sans applications?

Très vite depuis l’apparition de l’app store en 2008 suivi du Google playstore avec Android on a vu se développer de nombreuses applications et comme le dit Apple il y a toujours une app pour ça. Ainsi sur 25 applications nous en utilisons en moyenne 4 qui monopolisent à elle seules 75% du temps passé sur nos appli. Les autres, ne sont elles pas inutiles, mais sont utilisées beaucoup plus rarement pour des tâches bien précises qui ne font pas partie de notre quotidien. En revanche, comme il y a sans cesse de nouvelles applications gratuites, que nous subissons le bouche-à-oreille de nos amis ou que la presse ou des blogs parlent sans cesse de nouvelles appli alors on télécharge pour tester, occuper son temps et nous aussi entrer dans ce monde de Feedback.

iphone-apps-1

Les applications m’ont-elles manqué pendant ma Detox? Clairement, déjà la simplicité d’expérience que l’on peut rencontrer dans une application, ainsi que la rapidité d’accès à l’information m’ont clairement manqué. Rien que par exemple la météo, que je ne pouvais consulter qu’à la télévision ou dans les journaux.

De la même façon, j’ai dû me rendre au distributeur pour consulter mon solde bancaire, un peu comme mon arrière-grand-mère, mais au moins ça fait faire de l’exercice. On a aussi une gestion de ses comptes qui est différente. Une Detox peut aussi vous permettre de faire le tri dans vos app ce qui peut souvent avoir du bon.

[nextpage title= »Le mot de la fin »]

Le mot de la fin

onemorething

Essayer de prendre du temps pour vous, de respirer et de lever de temps en temps les yeux de votre écran. Quand on sait que 60 % des Français consultent leur mobile dans la première heure qui suit leur réveil, 17 % dans les 5 premières minutes 27 % dans le quart d’heure et 42 % dans la première demi-heure on réalise à quel point nous sommes devenus dépendants. J’ai pu comprendre ce dernier mois que se déconnecter un peu a du bon. Vous pouvez pour vous aider imaginer votre mobile comme un élément perturbateur capable de créer sans cesse des interruptions positives ou négatives vous obligeant à y répondre et générant parfois du stress.

Je ne dis pas qu’il faut se déconnecter complètement, car dans la société dans laquelle nous vivons cela devient de plus en plus difficile. Par ailleurs, être connecté possède d’énorme d’avantages en termes de rapidité, de facilité d’accès à l’information, de partage et de communication. Cependant, s’accorder des moments de déconnexion est bénéfique. Je conseille donc une detox à votre niveau si vous le pouvez. Certains téléphones récents proposent un mode ne pas déranger, vous pouvez tirer parti de ces fonctionnalités.

Essayez d’analyser les interruptions que vous rencontrez, essayez de gérer vos priorités et de ne pas céder en permanence aux sirènes des interruptions inutiles. Filtrer vos messages, emails et notifications pour ne conserver que celles qui vous donnent le sourire aux lèvres. L’objectif est ici de comprendre les clefs des mécanismes de l’hyperconnexion, pour ensuite ajuster vos connexions à vos besoins afin d’en faire une utilisation optimale.

Dossier réalisé par Justin De BAERE et iphonesoft.fr