Test

[Impressions] Call of Duty : Black Ops III

Par Firestarter le

À l’origine des deux premiers volets de la série Black Ops, le studio Treyarch finalise la trilogie avec un épisode aux accents technologiques plus que poussés....

À l’origine des deux premiers volets de la série Black Ops, le studio Treyarch finalise la trilogie avec un épisode aux accents technologiques plus que poussés. Déjà mis en avant dans Black Ops II avec les jetpacks et autres drones, ces arsenaux ont pris une place prépondérante dans le FPS phare d’Activision. À tel point que le fossé qui le séparait de son concurrent de toujours, Battlefield, semble se réduire un peu plus chaque année.

Black Ops 3_Evac_Beware of Blast_WM

Black Ops revient donc pour début novembre – ce qui n’est guère étonnant – et son éditeur espère en accrocher quelques uns de plus grâce à l’accent plus « futuriste » offert à la licence. Avec ça, l’éditeur sort de son chapeau un atout de charme inédit : la campagne jouable en coopération jusqu’à 4 (uniquement sur PC, Xbox One et PS4, pas sur Xbox 360 et PS3). Une première pour la série qui doit servir l’habituelle campagne qui, en dépit d’une durée de vie courte, ne manque généralement pas de punch ou du sens de la mise en scène.

Ce Black Ops III va nous entraîner dans un conflit où se mélangent intérêt des puissants, neuroscience et soldats robotisés… nous sommes bien dans un futur proche… Sans entrer dans les détails, ce scénario plaira plus aux amateurs de biomécanique qu’aux défenseurs de la baïonnette. Concernant le bout du mode campagne auquel nous avons pu jouer, nous avons pu remarquer que les quatre classes disponibles offrent, sans surprise, des gameplays légèrement différents. Marquer les ennemis pour mieux les suivre à la trace, privilégier le combat à distance (sniper), jouer les furtifs pour mieux prendre les adversaires à revers, une bonne osmose du quatuor permettra d’avancer sans trop de difficulté.

Black Ops 3_No Fly Zone

Bien évidemment, chaque acte héroïque sera récompensé, chaque personnage pouvant, tout au long de l’aventure, être personnalisé. Optimiser les compétences, changer de look et autres, tout cela sera possible dans une safe house, lieu de repos dans lequel chaque joueur aura son espace personnel. Une petite chambre, qui ne ressemble en rien à celle d’une princesse Disney, mais qui pourra être ornée d’objets trouvés dans les niveaux traversés. L’idée n’est pas non plus de la transformer en chambre témoin version fabricant suédois, mais y accrocher une belle médaille, ça peut impressionner vos coéquipiers du jour. Ranger son armement, changer d’apparence, il ne manque finalement plus qu’une douche pour se sentir comme à la maison.

[nextpage title=”La bonne surprise : le mode Zombie”]

Orientant son histoire de manière totalement libre, Black Ops III n’impose plus une linéarité immuable. Singapour, Zurich et Le Caire, triptyque de cet épisode, seront découpés en niveau jouable dans n’importe quel ordre. Une belle initiative du studio pour casser une monotonie souvent palpable. Sur le terrain, nous n’avons pas vu grand-chose des environnements ; en revanche, côté animation et action nerveuse, nous avons été servis. Échanges de feux nourris, course sur les murs à faire pâlir un Prince de Perse, pas de doute, ce nouveau numéro de charme de Treyarch porte ses fruits. Excepté le son d’un des flingues, qui ressemble plus à celui d’une agrafeuse qu’un PDW57 ou Vector, la réalisation est solide.

Black Ops 3_Specialist Prophet

On rajoutera au tableau un contenu très apprécié des fans de la série : le mode zombie appelé ici Shadow of Evil. Plongés dans les années 40, dans une ambiance graphique entre art déco et art nouveau, les quatre héros que l’on peut incarner (modélisés depuis de vrais acteurs comme Heather Graham et Jeff Goldblum) vont devoir survivre dans une aventure dont les missions seront dictées par un homme mystérieux. Heureusement, une machine à bonbons est curieusement disposée dans une rue, juste devant un cabaret. Et apparemment, ces chewing-gums de couleur ne serviraient pas uniquement à faire disparaître une haleine de poney…

Black Ops 3 Zombies_Shadows of Evil_Jack Vincent_WM

Black Ops III ne s’est pas dévêtu trop longtemps. Mais comme une danseuse de cabaret, l’effeuillage peut aussi faire son petit effet. Verdict d’ici une petite vingtaine de jours.

stopwatch 8 min.
[Test] Steredenn