Test

[Impressions] Désolé Destiny, mais tu devras en montrer plus pour me séduire [PS4, Xbox One]

Par François le

La bêta de Destiny s’est terminée la semaine dernière. Activision nous donne désormais rendez-vous début septembre, pour la sortie du jeu. Mais contrairement à d’autres, je ne suis pas tant pressé que ça, car mes heures passées sur le jeu ont soulevé plus de doutes qu’elles n’ont apportées de certitudes.

1st_Person_Screenshot_2

J’ai un peu essayé tout ce que Bungie a bien voulu me mettre devant les yeux pendant la bêta. Et il en est ressorti que je suis plus incertain que jamais. La réalisation du titre est de très haute volée – c’est beau, rien à redire -, et je veux bien croire qu’on aura largement de quoi s’occuper lors de sa sortie ; pour autant, je me suis plutôt ennuyé lors de cette première rencontre. En voici les raisons.

Le titre manque (un peu) d’âme

1st_Person_Screenshot_1Primo, on ne s’attache pas de la même manière au personnage d’une aventure solo qu’à un personnage créé de toute pièce pour une aventure orientée multi. Bungie m’avait séduit avec les aventures du Master Chief, mais là, ça a été plus compliqué. On peut certes personnaliser son avatar (les pièces d’armures et les armes sont d’ailleurs variées) et faire évoluer les compétences propres à sa classe, mais cette bêta, limitée au niveau 8, ne m’a pas vraiment donné l’occasion de m’approprier mon personnage. On peut imaginer que cela prend plus de temps. On peut aussi penser que les missions « Histoire » manquent d’épaisseur.

D’autant que « le souffle épique » qu’on m’avait promis ne m’a pas effleuré lors de cette bêta. Pourtant, on sent que les développeurs ont essayé, en plaçant par exemple lors des batailles une musique grandiloquente censée vous exalter un peu… Mais c’est bien la répétitivité des combats qui reste en tête au final. Trois armes transportables, un pouvoir à jauge, les moyens pour arriver à ses fins ne sont pas légions. Contre les quelques boss, il s’agissait en tout et pour tout de tirer en continu sur les parties faibles de leurs atours jusqu’à que mort nous sépare.

Le manque de variété des missions d’exploration

1st_Person_Screenshot_3L’autre grande promesse, celle de pouvoir explorer librement de grandes zones pleine de missions secondaires, m’a également laissé sur ma faim. Là, cela est dû en partie à la répétitivité des objectifs qui se résument à scanner une zone, récupérer des objets sur les corps des ennemis, les tuer, les espionner. Le fait de repasser toujours aux mêmes endroits n’aide également pas. J’aurais à la limite préféré un chemin conçu pour le mode Histoire, et des zones périphériques pour vaquer à l’exploration et aux quêtes annexes. On mettra ça sur le compte des limitations inhérentes à une bêta.

Dans cette bêta, il n’y avait qu’une zone de « Free Roam », le Cosmodrome de l’ancienne Russie. Elle fait écho au pitch de Destiny, c’est de là qu’est partie la première vague d’exploration vers le système solaire. Pour faire simple, c’est Baïkonour, à l’abandon. La totalité de la zone est baignée dans une couleur rouille, partagée entre le cosmodrome et les entrepôts, et un ancien port avec des bateaux échoués sur le rivage. En multi, on trouvait des cartes plus colorées, comme une map sur Venus, avec moult cascades et constructions en pierre de taille.

Le multi, les promesses du Raid

Character_Creation_Screenshot_7Le multi de Destiny se décompose en deux parties. Une brique PvP nommée « L’épreuve », qui pour moi n’apporte rien de très neuf au genre, et une brique PvE plus intéressante sur le papier, le mode Raid. La première est solide, bien réalisée, mais j’ai eu l’impression de jouer à Halo. La seconde est peut-être la partie de la bêta qui m’a le plus plu. Beaucoup d’action et une vraie logique de travail d’équipe. Vous aviez par exemple un assaut qui portait le nom de « nid des diables ». Il avait lieu dans une partie de la zone Cosmodrome déjà visitée (encore une fois, une map dédiée aurait été sympa, comme ce que fait Blizzard pour ses raids dans WOW). Il s’agissait d’avancer de zone en zone, en activant des interrupteurs, en nettoyant tout ce qui apparaissait. Il y a trois boss à tuer. Bref, c’est très réussi, prenant, et j’espère vraiment que les autres raids du titre seront aussi réussis (et variés).

Cinematic_Screenshot_2Si on prend un peu de recul, cette bêta n’a rien eu d’une expérience traumatisante, mais au vu des attentes de tous les acteurs de l’industrie, le jeu devra montrer bien plus dans sa version finale, s’il veut valider le potentiel qu’on lui a porté ces derniers temps. J’ai pour le moment plus hâte de savoir que hâte de rejouer.

Nous avons participé à la bêta sur Xbox One. Les images qui illustrent ce test sont des images éditeur.

La bêta de Destiny s’est terminée la semaine dernière. Activision nous donne désormais rendez-vous début septembre, pour la sortie du jeu. Mais contrairement à d’autres, je ne suis pas tant pressé que ça, car mes heures passées sur le jeu ont soulevé plus de doutes qu’elles n’ont apportées de certitudes.

1st_Person_Screenshot_2

J’ai un peu essayé tout ce que Bungie a bien voulu me mettre devant les yeux pendant la bêta. Et il en est ressorti que je suis plus incertain que jamais. La réalisation du titre est de très haute volée – c’est beau, rien à redire -, et je veux bien croire qu’on aura largement de quoi s’occuper lors de sa sortie ; pour autant, je me suis plutôt ennuyé lors de cette première rencontre. En voici les raisons.

Le titre manque (un peu) d’âme

1st_Person_Screenshot_1Primo, on ne s’attache pas de la même manière au personnage d’une aventure solo qu’à un personnage créé de toute pièce pour une aventure orientée multi. Bungie m’avait séduit avec les aventures du Master Chief, mais là, ça a été plus compliqué. On peut certes personnaliser son avatar (les pièces d’armures et les armes sont d’ailleurs variées) et faire évoluer les compétences propres à sa classe, mais cette bêta, limitée au niveau 8, ne m’a pas vraiment donné l’occasion de m’approprier mon personnage. On peut imaginer que cela prend plus de temps. On peut aussi penser que les missions « Histoire » manquent d’épaisseur.

D’autant que « le souffle épique » qu’on m’avait promis ne m’a pas effleuré lors de cette bêta. Pourtant, on sent que les développeurs ont essayé, en plaçant par exemple lors des batailles une musique grandiloquente censée vous exalter un peu… Mais c’est bien la répétitivité des combats qui reste en tête au final. Trois armes transportables, un pouvoir à jauge, les moyens pour arriver à ses fins ne sont pas légions. Contre les quelques boss, il s’agissait en tout et pour tout de tirer en continu sur les parties faibles de leurs atours jusqu’à que mort nous sépare.

Le manque de variété des missions d’exploration

1st_Person_Screenshot_3L’autre grande promesse, celle de pouvoir explorer librement de grandes zones pleine de missions secondaires, m’a également laissé sur ma faim. Là, cela est dû en partie à la répétitivité des objectifs qui se résument à scanner une zone, récupérer des objets sur les corps des ennemis, les tuer, les espionner. Le fait de repasser toujours aux mêmes endroits n’aide également pas. J’aurais à la limite préféré un chemin conçu pour le mode Histoire, et des zones périphériques pour vaquer à l’exploration et aux quêtes annexes. On mettra ça sur le compte des limitations inhérentes à une bêta.

Dans cette bêta, il n’y avait qu’une zone de « Free Roam », le Cosmodrome de l’ancienne Russie. Elle fait écho au pitch de Destiny, c’est de là qu’est partie la première vague d’exploration vers le système solaire. Pour faire simple, c’est Baïkonour, à l’abandon. La totalité de la zone est baignée dans une couleur rouille, partagée entre le cosmodrome et les entrepôts, et un ancien port avec des bateaux échoués sur le rivage. En multi, on trouvait des cartes plus colorées, comme une map sur Venus, avec moult cascades et constructions en pierre de taille.

Le multi, les promesses du Raid

Character_Creation_Screenshot_7Le multi de Destiny se décompose en deux parties. Une brique PvP nommée « L’épreuve », qui pour moi n’apporte rien de très neuf au genre, et une brique PvE plus intéressante sur le papier, le mode Raid. La première est solide, bien réalisée, mais j’ai eu l’impression de jouer à Halo. La seconde est peut-être la partie de la bêta qui m’a le plus plu. Beaucoup d’action et une vraie logique de travail d’équipe. Vous aviez par exemple un assaut qui portait le nom de « nid des diables ». Il avait lieu dans une partie de la zone Cosmodrome déjà visitée (encore une fois, une map dédiée aurait été sympa, comme ce que fait Blizzard pour ses raids dans WOW). Il s’agissait d’avancer de zone en zone, en activant des interrupteurs, en nettoyant tout ce qui apparaissait. Il y a trois boss à tuer. Bref, c’est très réussi, prenant, et j’espère vraiment que les autres raids du titre seront aussi réussis (et variés).

Cinematic_Screenshot_2Si on prend un peu de recul, cette bêta n’a rien eu d’une expérience traumatisante, mais au vu des attentes de tous les acteurs de l’industrie, le jeu devra montrer bien plus dans sa version finale, s’il veut valider le potentiel qu’on lui a porté ces derniers temps. J’ai pour le moment plus hâte de savoir que hâte de rejouer.

Nous avons participé à la bêta sur Xbox One. Les images qui illustrent ce test sont des images éditeur.