Test

[Impressions] Dragon Ball Z : Extreme Butôden

Par Mathieu le

Des jeux Dragon Ball, nous en avons eu des tonnes depuis la fin des années 80. Le très moyen Dragon Ball : Le secret du dragon a été le premier à débarquer en France en 1988 sur NES (une nouvelle version DS avait été réalisé par ailleurs), mais il a fallu attendre 1993 et l’épisode Super Butôden pour voir enfin un vrai jeu de combat débarquer. C’était sur Super Nintendo et, à l’époque, nombreux étaient les fans à s’être procuré le titre. Une seconde version de ce jeu, nommée Shin Butôden sortira seulement au Japon deux ans plus tard et privera les joueurs européens de ce qui est à ce jour l’officieux Super Butôden 2.

Mais devinez quoi ? Vous allez pouvoir vous rattraper le 16 octobre prochain, avec la sortie d’un épisode exclusif à la Nintendo 3DS sobrement appelé Dragon Ball Z : Extreme Butôden. Un opus une fois encore édité par Bandai Namco, mais cette fois-ci développé par Arc System Works. Une société à qui vous devez les Guilty Gear, mais surtout les très bons BlazBlue. Des spécialistes dans les jeux de combat qui présentent des titres souvent adulés par les hardcore gamers. Est-il possible de faire la même chose dans un jeu comme Dragon Ball Z qui se doit justement d’être très accessible et pouvant être joué par tous ? Début de réponse dans cette preview.

dbz_extreme_release

Bien évidemment, je n’ai pas encore pu mettre la main sur une version complète du titre et ce qui m’a été proposé jusqu’à maintenant, c’est simplement une démo dans laquelle je pouvais avoir accès à deux modes de jeu “Battle mode” et “Versus mode”. Pour le premier cité, disons que c’est simplement un mode arcade dans lequel nous pouvons choisir une équipe de trois personnages affrontant trois autres combattants. Malheureusement, cette version ne propose que 4 protagonistes différents : Son Goku, Vegeta, Gohan ado et ce bon gros Boo.

Première chose à remarquer, chaque personnage est noté en fonction de son niveau de puissance, celui-ci allant de 1 à 7. Pour exemple, je citerais Végéta qui est noté 3 tandis que Bou est lui noté 6. Mais cette différence se ressent-elle vraiment en jeu ? Pas vraiment pour être franc. Lors de ma toute première partie, j’ai aisément pu disposer de mes adversaires. Les combos s’enchaînent avec grande facilité et on sent que le titre a été avant tout pensé pour les néophytes. Bien évidemment, certains enchaînements sont plus compliqués à mettre en place et il vous faudra maîtriser et jauger chaque coup et touche pour pouvoir espérer déclencher votre ultime attaque.
Une bonne chose en soi puisque même si on prend en main avec facilité cet Extreme Butoden, il faut espérer de nombreuses heures d’entraînement pour pouvoir maîtriser chaque personnage (on en attend plus de 100 en comptant les assists) et leurs combos.
Car oui, il est possible d’inter-changer ses personnages. Le fait de choisir dès le début trois combattants vous permet en réalité de changer à tout instant celui qui ne fait plus l’affaire, qui est à deux doigts d’y passer ou qui ne fait simplement pas le poids. Dans ce sens, la fonction “Z Assist” qui consiste à demander de l’aide à un personnage extérieur comme Bulma, Oolong ou ChiChi par exemple pourra être une fonction intéressante.

Dragon-Ball-Z-Extreme-Butoden-Trailer-Long