Test

[Impressions] Ghost Recon Wildlands

Par Mathieu le

Le 7 mars prochain, un nouvel de la série des Ghost Recon verra le jour sur nos PS4, Xbox One et PC. Wildlands, puisque c’est son nom, a pu se laisser approcher durant une belle session de jeu et nous en apprendre plus sur ses capacités à laisser de côté le passé de la série pour se tourner vers de nouveaux idéaux.

Bienvenue en Bolivie. C’est au sein de ce pays de plus de dix millions d’habitants que vous allez devoir vous familiariser avec ce nouvel opus. Vous incarnez toujours un membre de l’unité d’élite des Ghosts avec pour objectif d’atteindre un certain El Sueño, grand méchant de cet opus. Ce dernier est à la tête d’un des plus grands réseaux de drogue au monde et notamment de cocaïne, les Santa Blanca. Vous devrez alors vous infiltrer au sein de ces cartels pour comprendre mieux la personnalité de ce personnage aussi charismatique qu’effrayant et pouvoir ainsi espérer l’approcher. Votre but ? Détruire et révéler les connexions qui existent entre Santa Blanca et le gouvernement local.

Les bases sont donc rapidement posées. Mais au-delà de l’aspect purement scénaristique du jeu, Ghost Recon Wildlands a de quoi faire saliver. La carte du jeu est d’ores et déjà décrite comme “la plus vaste jamais proposée par Ubisoft”, pourtant déjà aguerri dans la construction de mondes ouverts. 21 régions composent finalement cette Bolivie plus vraie que nature, doux mélange entre civilisation moderne et plaines désertiques. Nous n’avons pu nous rendre que dans une seule de ces régions mais le fait est qu’il y avait déjà de quoi faire. De quoi vivre, serait-on même tenté de dire.

GRW_SCREENSHOT_Preview_Event_1_HD_NO_LOGO

L‘univers fourmille de détails et présente des diaporamas qui feront plaisir aux collectionneurs de screenshots. La population locale se veut bien représentée et il est rare de se retrouver seul pendant très longtemps. De ce côté là, on reconnaît par ailleurs l’influence d’un certain Far Cry. Que ce soit dans la modélisation ou la conception de cet immense terrain de jeu, on sent que les équipes d’Ubisoft avaient déjà une expérience certaine lorsqu’il a s’agi de modéliser une carte comme la Bolivie. On nous promet ainsi onze écosystèmes tous différents et dépendants les uns des autres qui rythmeront l’aventure du joueur.

Néanmoins, dans cette version, le jeu n’était techniquement pas encore au point. Textures baveuses, clipping, aliasing, profondeur de champ limitée… Il y avait encore de réels efforts à faire de côté-là. Alors que le jeu sort dans un peu plus d’un mois et demi, c’est assez inquiétant.

GRW_SCREENSHOT_Preview_Event_2_HD_NO_LOGO