Test

Impressions : Metal Gear Solid Peace Walker HD Edition

Par Rédacteur Invité le

Officialisé il y a peu, Metal Gear Solid Peace Walker HD Edition suscitait alors de grandes attentes du côté des fans de la saga de Kojima. Pour cause, Peace Walker, sorti l’an passé sur PSP, mérite amplement son entrée au panthéon de la série, tant il demeure soigné au niveau de sa trame. Oui mais voilà, l’appellation « remake HD » se mérite. Et dans le cas présent…

Inutile de prendre des gants : ce que nous avons pu voir et essayer de ce Metal Gear Solid Peace Walker HD Edition (qui fera partie de la Metal Gear Solid HD Collection, renfermant en plus les Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty et Metal Gear Solid 3 : Subsistence, de leur côté visiblement bien mieux lotis) ne nous a nullement convaincu. Affichant des textures qu’on pourrait penser avoir été découpées à la serpe, une animation visiblement peu optimisée, parce que manquant de fluidité, et un gameplay, aussi surprenant que ça puisse paraître, loin d’avoir été pensé pour les pads Xbox 360/PS3, il déçoit. Du moins, en l’état. C’est d’autant plus incompréhensible qu’il y a là matière à faire du grand, du bon. Si d’une manière plus posée, on pourra citer des heures durant les qualités du soft original, qu’on retrouve évidemment ici, et qui se terrent pèle-mêle dans un scénario en béton armé, un héros au charisme fou ou encore un côté infiltration rudement bien pensé, il n’en reste pas moins que nous avons été assez déboussolés de voir que l’équipe en charge de réaliser ce remake n’a pas trouvé bon d’adapter l’assignation des touches PSP aux pads des consoles sur lesquelles il est prévu. Ainsi, on se retrouve à essayer de se dépatouiller d’une configuration pensée pour la console portable de Sony, et ne tirant aucunement parti du potentiel des manettes Xbox 360 et Playstation 3, pourtant aptes à offrir la meilleure prise en main qui soit. Enfin, en espérant toutefois que le build que nous avons pu admirer ici a été réalisé à la va-vite, sous une pression intense de la part d’un Konami insistant pour disposer de quelque chose à présenter à l’E3. Mais entre nous, on a presque du mal à y croire…

Officialisé il y a peu, Metal Gear Solid Peace Walker HD Edition suscitait alors de grandes attentes du côté des fans de la saga de Kojima. Pour cause, Peace Walker, sorti l’an passé sur PSP, mérite amplement son entrée au panthéon de la série, tant il demeure soigné au niveau de sa trame. Oui mais voilà, l’appellation « remake HD » se mérite. Et dans le cas présent…

Inutile de prendre des gants : ce que nous avons pu voir et essayer de ce Metal Gear Solid Peace Walker HD Edition (qui fera partie de la Metal Gear Solid HD Collection, renfermant en plus les Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty et Metal Gear Solid 3 : Subsistence, de leur côté visiblement bien mieux lotis) ne nous a nullement convaincu. Affichant des textures qu’on pourrait penser avoir été découpées à la serpe, une animation visiblement peu optimisée, parce que manquant de fluidité, et un gameplay, aussi surprenant que ça puisse paraître, loin d’avoir été pensé pour les pads Xbox 360/PS3, il déçoit. Du moins, en l’état. C’est d’autant plus incompréhensible qu’il y a là matière à faire du grand, du bon. Si d’une manière plus posée, on pourra citer des heures durant les qualités du soft original, qu’on retrouve évidemment ici, et qui se terrent pèle-mêle dans un scénario en béton armé, un héros au charisme fou ou encore un côté infiltration rudement bien pensé, il n’en reste pas moins que nous avons été assez déboussolés de voir que l’équipe en charge de réaliser ce remake n’a pas trouvé bon d’adapter l’assignation des touches PSP aux pads des consoles sur lesquelles il est prévu. Ainsi, on se retrouve à essayer de se dépatouiller d’une configuration pensée pour la console portable de Sony, et ne tirant aucunement parti du potentiel des manettes Xbox 360 et Playstation 3, pourtant aptes à offrir la meilleure prise en main qui soit. Enfin, en espérant toutefois que le build que nous avons pu admirer ici a été réalisé à la va-vite, sous une pression intense de la part d’un Konami insistant pour disposer de quelque chose à présenter à l’E3. Mais entre nous, on a presque du mal à y croire…