Test

[Prise en main] Motorola Moto G6 : Une bonne pioche dans l’entrée de gamme

Smartphone

Par Henri le

Après un Moto G5 au rapport qualité-prix alléchant, la firme américaine remet le couvert avec un appareil équilibré, qui s’offre un lifting bienvenu.

Cela fait plusieurs années qu’à travers sa gamme Moto G, Motorola propose des smartphones aux prix serrés et aux performances honnêtes. Des appareils fonctionnels qui n’embarquent pas toutes les dernières innovations, mais offrent une bonne ergonomie et fluidité générale, ainsi qu’un suivi logiciel consciencieux de la part de la marque.

Après des Moto G5 et G5S convaincants, mais de plus en plus exposés à une féroce concurrence chinoise, la firme était attendue par ses fans. Après quelques journées en présence du G6, on peut affirmer sans crainte qu’elle n’a pas perdu la main et s’est même permis de peaufiner la recette.

Débarqué en mai 2018 aux côtés du Moto G6 Play, le G6 est aujourd’hui trouvable neuf pour 249 euros en version 3 Go RAM /32 Go de ROM (la version que nous avons testé) ou 269 euros pour la version 4Go RAM/64 Go de ROM.

Un tarif légèrement plus élevé que les ténors chinois et coréens, avec en tête le Redmi Note 5 voire le A5 2017. Mais le smartphone dispose malgré tout d’avantages qui pourraient lui attirer les faveurs de certains clients.

Design et Ergonomie

La gamme Moto G n’a jamais brillé par son design, mais un bel effort a ici été fourni. C’est simple, il s’agit du plus beau smartphone de la marque. Plutôt léger (167 grammes), il dispose d’une coque en verre polymère légèrement luisante du plus bel effet. Une matière qui souligne le beau travail de finition de l’ensemble, et met en valeur le format 18:9 de la dalle, qui occupe tout de même 76 % de la face avant.

Le capteur d’empreinte situé en bas de l’écran est assez compact, mais réagit bien. Il peut d’ailleurs fonctionner comme une surface tactile, un véritable mini-trackpad. Un balayage à gauche fonctionne comme une pression sur le bouton « Précédent » alors que le même mouvement vers la droite renvoie vers l’écran d’accueil.

Son placement peut dérouter, mais se révèle intéressant lorsque l’on pose le smartphone sur une table. À ce sujet, l’excroissance de l’appareil photo ressort assez clairement, mais ne l’empêche pas de rester stable. En termes de design pur, il donne même un certain cachet à la face arrière.

L’écran IPS de 5,7 pouces représente un des vrais atouts du smartphone. Elle affiche une définition Full HD+ (2160 × 1080 pixels) très agréable et des couleurs chatoyantes. Si elles le sont trop à votre gout, il est toujours possible d’en modifier la température. La luminosité aurait en revanche pu être meilleure et il faut souvent la pousser vers le haut lorsque le soleil fait son apparition.

Le bouton d’allumage tombe bien sous le pouce, mais on a tendance à étirer le doigt pour atteindre celui du volume, ce qui n’est pas idéal pour les petites mains. Le G6 se range donc plutôt la catégorie des grands smartphones.

On constate aussi la présence d’un port jack, toujours extrêmement utile. S’il peut certes recevoir quelques gouttes d’eau, il est bon de savoir qu’il n’a aucune certification IP, ce qui n’est pas vraiment étonnant sur des modèles dans cette gamme de prix.

En revanche, on apprécie grandement la présence d’un slot Double-SIM et Micro-SD, car il faut souvent choisir entre une deuxième puce ou du stockage supplémentaire.

Performance

La présence d’un processeur Snapdragon 450 n’intrigue pas, mais ce processeur d’entrée de gamme suffit-il ? Couplé à 3 (ou 4 Go) de RAM, il se comporte bien et propose une expérience fluide. On ne note pas de ralentissements dans la navigation et le multitâche.

Le smartphone n’est pas taillé pour les plus gros jeux, mais s’acquittera de la tâche sur les titres moins gourmands, notamment 2D.

La chauffe du G6 est contrôlée. Les quelques pointes de chaleur interviennent lors des phases de jeu ou de shooting photo/vidéo un peu intense, mais restent acceptables.

Interface

Motorola a le bon gout de proposer une interface très proche d’Android pur. On se retrouve donc avec la version 8.0 Oreo, le tiroir d’application et tous les correctifs de sécurité nécessaires. On apprécie aussi la grille d’icônes fixes au bas de l’écran, qui permet de composer un bureau virtuel ergonomique.

Les applications propres à Motorola ne sont pas nombreuses et se révèlent parfois utiles. C’est notamment le cas de Moto Actions, qui permet d’utiliser des mouvements de la main comme raccourci pour des actions spécifiques ou de Moto Key, qui demande vos empreintes digitales pour accéder à certains sites. Le système de reconnaissance faciale n’est pas très efficace et ne fonctionne plus lorsque l’on se trouve dans l’obscurité.

Vous l’aurez compris, vous ne serez pas submergé par les bloatware et c’est une très bonne chose.

Photo

Comme l’immense majorité des smartphones d’entrée de gamme, le Moto G6 n’excelle pas en photo. Son double APN dorsal est composé d’un capteur de 12 Mpx (ouvrant à f/1.8) et d’un autre de 5 Mpx (ouvrant à f/2.2) livre malgré tout des clichés agréables, bien que manquant d’intensité dans les couleurs. Le manque de contraste est en revanche bien compensé par un bon niveau de détails. Le déclenchement et le traitement de l’image sont plutôt rapides.

L’application photo ne propose pas pléthore d’options, mais se révèle simple à utiliser. On peut bien sûr modifier les ISO, la mise au point où l’utilisation du HDR. On remarque la présence d’un mode portrait, qui applique un effet bokeh pas trop agressif sur le sujet, ou d’un amusant mode de filtrage de couleur. Ce dernier permet d’en faire ressortir une et de laisser le reste en noir et blanc.

Le capteur 8 Mpx (ouvrant à f/2.2) livre également des photos précises, mais au contraste un peu trop faible. Les clichés de nuit sont bien sûr plus compliqués, mais restent assez lisibles pour ce type d’appareil, à condition d’utiliser le flash. Côté vidéo, le G6 peut filmer en Full HD à 30 ou 60 images par seconde. Le rendu est bien lisible grâce à une mise au point efficace.

Autonomie

La combinaison d’un SoC peu énergivore et d’une batterie de 3000 mAh permet de profiter d’une bonne autonomie même si son petit frère le G6 Play se débrouille vraiment mieux.

Le smartphone vous tiendra la journée sans broncher, mais il faudra peut-être penser à le recharger le soir. Il a en revanche pour lui l’avantage de se « revigorer » très rapidement. Grace à son chargeur Turbo Power, une heure suffit à le recharger à 80%, ce qui est franchement efficace et ravira ceux qui ont leur chargeur près d’eux.

Notre avis

Bonne pioche que ce Motorola G6. La firme américaine a réussi à concevoir un appareil doté d’un bon rapport qualité/prix et à faire un vrai effort au niveau du design. Le terminal dispose d’un bel écran et use intelligemment de son hardware pour proposer une expérience globalement fluide. De plus, la surcouche très légère, proche d’Android pur, se révèle plaisante à utiliser. L’appareil photo se situe dans une bonne moyenne pour cette gamme, même s’il ne s’agit évidemment pas d’un véritable photophone.