Test

Neo Geo Mini de SNK : notre test d’une petite borne d’arcade de qualité mais peu accessible

Jeux Vidéo

Par Camille Suard le

SNK cède à la mode des rééditions de consoles mythiques en version miniature avec la Neo Geo Mini. Objet de désir des années 90 par sa puissance et sa ludothèque, elle est restée longtemps inaccessible à cause de son prix trop élevé. Pour moins de 130 euros, elle revient avec pas moins de 40 jeux et sous forme de jolie petite borne d’arcade.

On le savait déjà, le retrogaming est vendeur : les portages, remastered et autres rééditions se bousculent dans nos ludothèques. Certaines cartouches de Super Nes a priori d’époque se vendent au prix d’un SMIC et le marché de l’occasion, notamment de vieilles machines, a regagné en intérêt ces dernières années. Mais depuis 2016, une nouvelle tendance s’est dessinée, en provenance des constructeurs eux-mêmes : les répliques miniatures de nos consoles d’antan. Nintendo a ouvert le bal avec la NES Mini Classic puis la SNES Mini Classic, Sega prépare sa Mega Drive Mini officielle, Sony va très bientôt commercialiser sa PlayStation Classic et, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, SNK ressort sous forme de très petite borne d’arcade la Neo Geo. La plus puissante, mais aussi la plus inaccessible des machines des années 90.

Les sensations de l’époque sont-elles retrouvées ? Un tel produit apporte-t-il une vraie plus valu, comparée à d’autres méthodes moins dans la légalité comme l’émulation ? Réponses dans notre test !

La Neo Geo Mini au meilleur prix

[nextpage title= »Design »]Jolie boîte pour jolie machine. À l’intérieur, on retrouve la borne d’arcade Neo Geo miniature, un câble USB  Type-C vers USB 2.0 sans adaptateur secteur, un manuel d’utilisation et des stickers.

La machine est un bel objet, sa petite taille lui confère un look des plus mignons. Vous avez du mal à reconnaître la Neo Geo AES, la console sortie dans nos foyers en 1990 ? C’est normal, SNK a opté pour le style de la Neo Geo MVS, destinée aux salles d’arcades au même moment. Et si la version japonaise reprend les couleurs de son modèle le plus populaire, celle commercialisée en Europe opte pour des tonalités un peu plus sobres : le gris remplace le rouge sur la partie basse. Cette dernière accueille un joystick de bonne facture et six boutons : Start, Select, A, B, C et D.

Un double haut-parleur a été placé sous l’écran. On trouve un port USB Type-C sur la gauche et sur la droite de la borne servant à brancher des manettes. À l’arrière, la machine dispose d’un bouton de mise en tension, un port mini HDMI, un autre pour la prise jack et enfin, un dernier USB Type-C pour brancher la machine.

Globalement, la Neo Geo respire la qualité avec de belles finitions : SNK ne s’est pas moqué des joueurs. Grâce à ses bandes antidérapantes intégrées sous la base, elle reste bien à sa place une fois posée. Même en s’acharnant comme une brute sur le stick, elle ne bronche pas ! Malgré cette solidité et stabilité, elle est très légère avec son poids plume en dessous de la barre des 400 grammes.

[nextpage title= »Ecran et audio »]Passons maintenant au nerf de la guerre, qui a fait couler beaucoup d’encre sur sa petite taille… l’écran ! Avec une diagonale de seulement 3,5 pouces, je dois avouer que j’étais assez sceptique. Mais après l’avoir mis en route une première fois, j’ai vite revu mon jugement ! SNK se rattrape grâce à la bonne qualité de la dalle. L’image affiche une très bonne luminosité, un fort contraste et des couleurs éclatantes. Non vraiment, c’est une bonne surprise.

Les haut-parleurs intégrés sortent un son assez puissant. Réglé au maximum lors du premier lancement, ça n’a rien de flatteur avec les musiques et bruitages un peu stridents de l’époque. Mais le volume peut heureusement être réglé dans les paramètres de la machine et finalement, pour un son d’appoint, ça va. Pour éviter de faire griller les oreilles de votre entourage, vous pouvez toujours brancher votre casque audio avec une prise jack.  

[nextpage title= »Logiciel et jeux »]Une fois qu’on a allumé la Neo Geo Mini, on tombe sur un écran d’accueil où l’on peut faire défiler à l’horizontale tous les titres installés. C’est facile de se balader dans cette interface fluide, disponible en français et qui va droit au but. Pour leur présentation les jeux revêtent leur belle jaquette d’époque.

Dans les paramètres, vous pouvez choisir entre une classification par genre ou afficher en priorité les derniers titres auxquels vous avez joué. Impossible de faire une recherche, c’est bien dommage quand on se retrouve face à une si longue liste de jeux. C’est également ici que le réglage de la luminosité et du volume audio se fait. Il est possible aussi d’afficher en 4:3 ou 16:9 (l’horreur). Le filtre appelé « Amélioration graphique » n’offre pas grand intérêt en lissant ici ou là quelques textures, ça n’a même aucun impact sur certains titres. 

Sous sa belle robe, la Neo Geo Mini dissimule pas moins de 40 jeux. Vous trouverez la liste complète sur le site du constructeur, mais sachez qu’on retrouve de grandes licences comme les indémodables Metal Slug, The King of Fighters, Samurai Showdown et Fatal Fury. La ludothèque regroupe plusieurs styles de jeux, mais il faut dire qu’ils ont tout de même mis le paquet sur les jeux de combats dont de multiples épisodes des séries mentionnées plus haut (une vingtaine au total) et le beat them all (Crossed Swords, King of the Monsters, Robo Army). On trouve cependant quelques shoot them up comme Blazing Star ou Ghost Pilots, du plateformer avec Blue’s Journey, un peu de sport grâce à des jeux tels que Football Frenzy et Top Player’s Golf, d’adresse avec Asterings et un même un puzzle game simplement intitulé Puzzled qui doit beaucoup son inspiration à Tetris.  Bref, de quoi faire plaisir avant tout aux amateurs d’arcade ! Pour les plus novices, il va falloir faire preuve de patience puisque pour réussir à enchaîner les combos dans un King of Fighter sans aucune indication et aide… pas facile !

Il faut savoir que ce catalogue est propre au marché occidental et que celui proposé dans la version japonaise diffère quelque peu.

[nextpage title= »Expérience »]On a vu plus haut que l’écran apportait entière satisfaction, mais qu’en est-il des sessions de jeux et de son ergonomie ? Pour jouer, la Neo Geo Mini peut être posée à plat sur une table ou même être tenue dans les mains. Les deux fonctionnent très bien. Grâce à sa bonne confection, la borne propose un pad agréable et solide à l’usage. Plutôt précis, je n’ai pas senti la moindre faiblesse en maniant parfois très fortement le stick.  Les boutons sont tous accessibles facilement, bref, la facilité et le plaisir de jeu sont bel et bien au rendez-vous. Et avec plus de 40 titres comprenant d’excellentes licences, on trouve forcément son bonheur, même dans la durée.

Le petit souci, c’est qu’il ne s’agit pas d’une machine nomade a proprement parlé. Elle ne comporte aucune batterie qui lui permettrait de gagner en autonomie. Il faut nécessairement la brancher à une prise secteur pour la mettre en route ou bien utiliser une batterie externe, par le biais d’un câble USB Type-C. C’est vraiment dommage, car on aimerait bien se la trimbaler un peu partout, sans s’embêter avec des fils et chargeurs.

Si vous souhaitez la brancher à votre téléviseur pour un plus grand confort visuel, notamment si vous jouez à plusieurs, il va falloir investir dans un câble mini HDMI vers HDMI. Une fois que vous avez cela, rien de particulier à signaler, l’image s’affiche convenablement et je n’ai pas observé un quelconque temps de latence en jouant. C’est la meilleure façon également de profiter d’une sortie son un peu plus sympa. Cependant, plutôt que d’utiliser les contrôleurs de la borne, on vous recommandera de mettre une nouvelle fois la main au portefeuille pour acquérir une manette, celle de Neo Geo CD par exemple avec prise USB-C. Oui, SNK a été assez radin de ce côté-là.

Bien sûr, avec un Raspberry Pi, vous pourriez avoir davantage de jeux, afficher simplement sur l’écran de votre choix, paramétrer une manette… Oui. Mais cette Neo Geo Mini reste pertinente, et ce pour plusieurs raisons. Déjà, tout le monde n’a pas l’envie ni la possibilité de se plonger dans l’installation d’un Raspberry Pi. Il existe plusieurs profils de joueurs et de joueuses en 2018 et tous et toutes ne sont pas des geeks bidouilleurs. C’est un moyen plus direct et facile (bien que coûteux) de retrouver certaines sensations d’époque.  Aussi, que l’on soit collectionneur, amoureux de la Neo Geo, des bornes d’arcade ou qu’on souhaite offrir ou s’offrir un bel objet, SNK nous propose là quelque chose de qualité, qui ne manque pas de charme.

[nextpage title= »Où l’acheter ? Galerie photo et conclusion »]Pour vous offrir ce petit craquage nostalgique, il vous faudra débourser la somme de 129,99 euros. Son prix a cependant un peu descendu sur Amazon puisqu’on peut la trouver à environ 114 euros.  Quoi qu’il en soit, c’est déjà plus cher qu’une Super Nes Mini ou la future PlayStation Mini, même si cela peut s’expliquer par le choix d’intégrer un écran. De plus, on vous conseille d’investir dans un câble mini HDMI vers HDMI et au moins une manette, si vous souhaitez jouer sur votre téléviseur. La facture grimpe donc rapidement ! Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme la Rolls Royce des consoles des 90’s. Et à partir du 7 décembre, une édition spéciale Noël, habillant la borne en rouge, mais embarquant surtout deux manettes, un câble mini HDMI et 8 jeux supplémentaires, sera disponible à l’achat pour 170 euros. Personnellement je la trouve moins jolie, mais avec tout cet équipement inclus, ça vaut déjà un peu plus le coup de passer à la caisse. 

La Neo Geo Mini au meilleur prix

Galerie Photos

Notre avis

Même si la bête reste encore assez onéreuse (d’autant plus que le pack ne contient pas tout ce qu’il faut pour jouir de toute l’expérience proposée sur le papier), elle est déjà plus accessible que par le passé ! SNK a vraiment créé un bel objet, bien fini, solide, avec un écran très convaincant malgré sa petite taille. Voilà une bonne manière de (re) découvrir les classiques de cette machine mythique des 90’s, si les finances ne vont pas trop mal pour cette fin d’année.

Les plus
Les moins
  • Trop mignonne
  • Un écran de qualité
  • La sélection des 40 jeux aux petits oignons
  • Bonnes sensations avec le stick
  • Plus chère que la concurrence
  • Pas de manette et de câble mini HDMI fournis
  • Pas aussi nomade qu'elle en a l'air